Life

Cherche nègre numérique pour RDV galant

Slate.fr, mis à jour le 04.06.2010 à 0 h 18

Vous êtes un homme d'affaires surchargé? Vous ne vous y retrouvez plus dans la jungle des sites de rencontre? Vous en avez marre de ne pas obtenir de réponses à vos innombrables requêtes numériques (et romantiques)?

L'assistance pour «dates» via Internet est peut-être faite pour vous. Aux Etats-Unis, des dizaines de sociétés proposent en effet de trouver sur le Web la personne idéale pour un rendez-vous galant sans que le client ait à faire le moindre effort.

Pour cela, il suffit d'appeler et de fournir quelques informations de base. Ensuite, des nègres font tout le boulot. Création d'un profil, inscription sur les sites en question, sélection de photos, envoi de mails, identification des «candidat(e)s» potentiel(le)s, suivi des conversations, briefing: toutes les étapes de la séduction en ligne sont prises en charge. Jusqu'au jour du rendez-vous fatidique...

La compagnie Virtual Dating Assistants est pionnière en la matière. Elle fait payer le prix fort. Ses services de base sont facturés 600$ (490 euros), garantissant deux rendez-vous mensuels. La formule «executive» à 1.200$ promet elle cinq rencontres par mois aux souscripteurs.

Créée en juin 2009 par Scott Valdez et Mark Anderson, l'entreprise travaille aujourd'hui avec 45 écrivains en freelance. 80% de sa clientèle est masculine.

Richard, un des clients, a accepté de témoigner pour le Washington Post. Ce responsable marketing overbooké justifie son adhésion aux services de VDA par «une analyse coût-bénéfice. Passer tout mon temps à faire des tâches de secrétariat n'a vraiment aucun sens pour moi».

Pour ce jeune cadre, il ne s'agit donc ni d'une question de timidité ni d'un manque de savoir-faire, mais bien d'un problème de temps. Quant au fait de mentir sur sa vraie identité (il n'a pas vraiment intérêt à révéler qu'il n'est pas l'auteur des mails!), Richard a une réponse toute prête:

La seule chose qui compte vraiment, c'est que l'alchimie opère avec une personne et qu'elle sache que vous êtes vraiment quelqu'un de bien.

Un argument qui convainc pas bon nombre d'internautes pour qui une telle sous-traitance n'est pas tolérable. Certains accusent ces compagnies de mensonge pur et simple. D'autres s'indignent du parallèlle établi entre la séduction et la vente en ligne. Sur le blog XXFactor de Slate.com, Amanda Marcotte réagit:

Si vous êtes trop occupé pour étudier les profils sur un site de rencontres, j'ai tendance à croire que vous devez être bien trop occupé pour passer du temps à connaître quelqu'un une fois que le service a fait son boulot, consistant à prétendre que vous souhaitez rencontrer quelqu'un fait pour vous.

[Lire l'article sur le site du Washington Post]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: I can't believe what I'm looking at / Ed Yourdon via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte