Égalités / Société

À New York, agressions en série contre des femmes d'origine asiatique

Temps de lecture : 2 min

Arrêté par les autorités, le coupable sera poursuivi pour crimes de haine.

À New York, le 14 février 2022, des hommes et des femmes manifestent contre les nombreux crimes commis contre des personnes d'origine asiatique. | Michael M. Santiago / Getty Images North America / Getty Images via AFP
À New York, le 14 février 2022, des hommes et des femmes manifestent contre les nombreux crimes commis contre des personnes d'origine asiatique. | Michael M. Santiago / Getty Images North America / Getty Images via AFP

Dimanche 27 février à Manhattan, un homme âgé de 28 ans s'est approché d'une quinquagénaire d'origine asiatique, avant de la frapper au visage. Le début d'un chemin fait de racisme, de sexisme et de violence, ses victimes successives ayant toutes le même profil: il s'en est en effet pris à sept femmes identifiées comme asiatiques, des jeunes adultes pour la plupart.

Les sept victimes ont été blessées par les attaques de l'homme, dont le mode opératoire était systématiquement le même: leur asséner un coup (de poing ou d'épaule) au visage, puis quitter rapidement les lieux. Deux des femmes ainsi agressées ont dû être admises à l'hôpital pour y être soignées, relate The Cut.

Rapidement identifié, cet homme nommé Steven Zajonc a été interpellé quatre jours plus tard après s'être brièvement barricadé au sein de la New York Public Library. L'homme, qui vit dans le quartier de Manhattan, n'était pas connu des services de police. Il n'avait jamais rencontré aucune de ses victimes et n'avait eu aucun échange avec elles, même juste avant de les attaquer.

Ces agressions en série ne constituent hélas que le dernier exemple en date des violences anti-asiatiques. À New York, la conseillère municipale Carlina Rivera, représentante du district où ont eu lieu les sept attaques, a fait savoir qu'elle était «aussi dévastée qu'enragée» par ces «crimes motivés par des questions de genre et de race». Elle a également ajouté que «condamner n'est pas suffisant».

Le racisme anti-asiatiques explose violemment

D'après les dernières estimations, les crimes perpétrés contre les membres de la communauté asiatique ont augmenté de 339% l'an dernier, mais leur caractère raciste est rarement pris en compte par la justice. C'est heureusement bien le cas cette fois, sans doute du fait de la répétition des agressions contre des personnes ayant toutes les mêmes caractéristiques. Steven Zajonc est notamment poursuivi pour crimes de haine, ce qui fait simultanément référence à la motivation raciste et sexiste de ses actes.

À New York, les communautés AAPI (pour «Asian Americans and Pacific Islanders») ne cessent de s'émouvoir et de se scandaliser contre la répétition des actes de haine à l'encontre de leurs membres. Des manifestations ont lieu régulièrement à ce sujet. Fin février, on a appris la mort de GuiYing Ma, Chinoise de 61 ans vivant à New York. Cette femme avait été brutalement attaquée fin novembre et a fini par succomber à ses blessures. Selon The Cut, trois autres new-yorkais ou new-yorkaises d'origine asiatique ont trouvé la mort ces dernières mois après avoir subi de pareilles agressions.

Newsletters

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Dans la lutte contre les discriminations, les alliés jouent un rôle essentiel. Mais s'affirmer comme tel ne suffit pas: il faut des actes.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio