Sciences

Une maison hantée sert de terrain d'étude à des scientifiques

Temps de lecture : 2 min

Le but est d'identifier comment le corps humain réagit aux menaces.

Être avec des amis dans une maison hantée est plus stressant, en raison de la contagion émotionnelle. | Patrick Tomasso via Unsplash
Être avec des amis dans une maison hantée est plus stressant, en raison de la contagion émotionnelle. | Patrick Tomasso via Unsplash

Que ce soit en regardant des films d'horreur, en lisant des romans terrifiants ou en visitant des lieux abandonnés, beaucoup d'entre nous aimons avoir la frousse. En Californie, dans le comté d'Orange, une maison hantée a ouvert ses portes en 2014. The 17th Door attire chaque année des amateurs d'horreur à l'approche d'Halloween. Désormais, elle contribue en plus à la science.

Une équipe de scientifiques a cherché à améliorer la compréhension des systèmes biologiques impliqués dans les différentes réactions de peur chez l'être humain, en prenant pour terrain d'étude cette maison hantée californienne. Menée par Sarah Tashjian, post-doctorante en psychologie à Caltech, ce travail a été publié dans la revue Psychological Science.

Une étude antérieure réalisée en 2020 et menée par Mathias Clasen, de l'Université d'Aarhus, avait mis en évidence deux stratégies de régulation de la peur adoptées par les humains: ceux qui la défient sont les «accros à l'adrénaline» et ceux qui essayent de calmer leurs frayeurs sont les «blancs-knucklers».

Les facteurs contextuels

La maison hantée The 17th Door est le fruit de l'imagination d'un couple, Robbie et Heather Luther. Ses dix-sept pièces renferment chacune un type différent de peur ou de menace. Dans le cadre de l'étude, 156 participants –recrutés parmi les gens qui fréquentaient déjà cette attraction– ont été guidés de pièce en pièce par l'un des employés. Ils ont été confrontés à diverses menaces, certaines induisant de la douleur, «ce qui n'est pas éthiquement autorisé dans les laboratoires», précisent les scientifiques.

L'équipe a identifié trois facteurs principaux qui influencent la façon dont les participants réagissent: la contagion émotionnelle des amis, les sentiments subjectifs de peur et la prévisibilité de la menace. Par exemple, «les pièces qui comprenaient des éléments de surprise inattendus ont suscité des réponses [de peur] plus élevées que celles qui présentaient des alertes», commente Sarah Tashjian dans Ars Technica. Pour ce qui est de l'influence du groupe, les chercheurs ont remarqué une association entre le nombre d'amis qui faisaient l'expérience en même temps et la réponse physique globale du corps au stress et à la peur. Plus un participant avait d'amis avec lui, plus sa réponse physique était élevée. Capter les signaux comportementaux de ses amis amplifierait donc sa propre réaction de peur, notent les scientifiques.

«Cette étude est distincte [des autres déjà menées] parce que nous mesurons de multiples aspects de la conductance cutanée [activité électrique biologique enregistrée à la surface de la peau et reflétant l'activité des glandes sudoripares], y compris les réponses lentes, celles rapides, la fréquence et le niveau de réponses. La plupart des études n'utilisent qu'une seule de ces mesures», écrivent-ils.

Tashjian et ses collègues espèrent pouvoir continuer leurs recherches immersives et examiner comment le contexte social peut influencer la peur.

Newsletters

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

L'Union européenne semble se focaliser sur la réduction des émissions de dioxyde de carbone. Quitte à oublier la perte de biodiversité massive.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio