Monde

La Corée du Nord dispose-t-elle de torpilles humaines?

Foreign Policy, mis à jour le 02.06.2010 à 15 h 38

[Traduction d'un article paru dans Foreign Policy]

Il y a quelques semaines, en lisant Danger Room, le blog Défense de Wired, j'ai remarqué une étrange histoire, mentionnée pour la première fois dans le quotidien sud-coréen Chosun Ilbo. La marine nord-coréenne posséderait une unité de «torpilles humaines» qui pourraient avoir été impliquées dans le naufrage de la frégate sud-coréenne Cheonan. Oui, une torpille humaine ressemble bel et bien à ce que vous imaginez:

Les unités de torpilles humaines appartiennent au 17e Bataillon de snipers, et sont déployées à l'est comme à l'ouest, en brigades. Elles sont composées de soldats d'élite, calquées sur le modèle des UDT/SEAL sud-coréennes. Pendant que le reste du pays mourrait de faim à cause des restrictions économiques, certains déserteurs affirment que ces troupes continuaient d'être très bien nourries.

Jean Jin-sung, un poète nord-coréen qui a réussi à franchir la frontière, écrivait récemment sur son blog que les unités de torpilles humaines «sont mieux traitées que les équipages des sous-marins». Certains rapports affirment que la Corée du Nord a formé des équipes dans chaque corps d'armée, sur la volonté du «cher leader» Kim Jong-il. Après l'invasion américaine en Irak en 2003, le dictateur avait déclaré qu'une armée ne pouvait être battue dès lors qu'elle a recours aux attentats suicide.
Les torpilles humaines utilisent aussi d'autres tactiques, en lançant par exemple des attaques à l'aide de vaisseaux semi-submersibles équipés de torpilles légères et d'autres explosifs, actionnés à courte portée.

De prime abord, cette histoire ressemblait trop aux élucubrations qu'on voit habituellement dans les médias sud-coréens. Mais dans une interview, j'ai remarqué qu'un ancien timonier de la marine nord-coréenne, capturé en 1996, corroborait l'existence de telles unités:

Lee a déclaré qu'il avait entendu parler des torpilles humaines, expliquant qu'elles appartiennent aux brigades de sniper de la Mer Jaune et de la Mer du Japon. Chaque flotte dispose d'un commando suicide. Au début, ils voyagent à bord des sous-marins, mais à un certain point, ils chevauchent leurs torpilles pour atteindre leur cible. L'état-major fait croire aux opérateurs qu'ils peuvent s'échapper avant l'impact mais, dans la réalité, c'est très difficile.

J'imagine à quel point.

Je suis toujours sceptique, mais encore plus curieux. Lee a d'autres choses à dire (même si elles n'ont pas été confirmées), notamment sur la façon dont un sous-marin nord-coréen a pu s'introduire dans les eaux sud-coréennes sans se faire détecter par les radars, ainsi que sur les motivations de Kim Jong-il.

Joshua Keating

Traduit par Olivier Tesquet

[Lire le billet de blog de Foreign Policy]

A lire également: La Corée du Nord remet les torpilles sous-marines humaines au goût du jour, sur Abstrait-Concret

Photo: Torpedo / Daniel Morris via Flickr CC License by

Foreign Policy
Foreign Policy (247 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte