Monde

James Lee Burke: la réponse d'Obama à BP est «une énorme déception»

Temps de lecture : 2 min

Il y avait eu Bush et Katrina, il y a maintenant Obama et la marée noire de BP. James Lee Burke, l'auteur américain de polars et notamment de Dans la brume électrique dénonce une réponse très décevante de son président, dans une interview accordée à Rue 89.

Obama veut le bien des gens, certes, mais sa réponse à la fuite pétrolière BP est une énorme déception. Il n'a rien compris à la dimension du problème. Il a tenu trop peu de conférences de presse et a permis à la direction de BP de devenir la principale source d'informations sur la fuite et ses conséquences! Il n'a pas saisi la gravité de l'accident.

Ce manque de réactivité pourrait même selon Burke avoir un impact sur le destin politique du président:

La fuite pétrolière et sa réaction au drame rendent sa réélection problématique.

L'auteur, qui a si souvent écrit sur la Lousiane et vient de publier un recueil de nouvelles sur l'avant Katrina, est profondément attristé par le désastre. Et quand le PDG de BP annonce qu'il y aura un «impact très modeste», Burke estime qu'il s'agit d'une déclaration «absolument dégoûtante»:

Quand tout sera fini, les marécages de la Louisiane seront probablement détruits. Il faudra plusieurs générations pour les réhabiliter. Je peux à peine en parler.

Photo: Barack Obama on the Primary/jurvetson via Flickr License CC by

[Lire l'article de Rue 89]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

Ce 25 mai, les Irlandaises et Irlandais sont appelés aux urnes pour le référendum sur la révision du huitième amendement de la Constitution, qui rend l’IVG illégale dans quasiment tous les cas.

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Newsletters