Life

Wawa-Mania, l'encombrant martyr du téléchargement

Slate.fr, mis à jour le 02.06.2010 à 9 h 22

Les défenseurs du libre téléchargement se déchirent autour du cas Wawa-Mania, un forum très connu de partage de contenus copyrightés en pleine tempête judiciaire. Les membres de l'Atild (Association pour le téléchargement et la libre diffusion sur Internet) ont fait une action «commando» jeudi 26 mai dans les locaux de l'Alpa (Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle) pour défendre Dimitri Mader, alias Zac, l'ancien webmaster de Wawa-Mania, qui risque d'aller en prison s'il ne verse pas une caution de 20.000 euros.

Le blog Bluetouff a dénoncé avec virulence le choix de faire de Zac un martyr du téléchargement. Selon le blog, Zac profitait des internautes de Wawa-Mania en tirant de son activité de substantiels revenus, ce qui va à l'encontre de la philosophie des adeptes du libre téléchargement.

Je vous parlais il y a quelques heures à peine de Wawa-Mania et je vous faisais part de mes soupçons sur l’éthique de Zac et sa fine équipe. Nous avons maintenant un paquet d’éléments qui nous font penser que nous sommes bien face à une organisation de cyber délinquants. [...] Nous avons acquis la conviction que Wawa-Mania discrédite aussi bien la scène warez que les opposants au projet de loi liberticide qu’est HADOPI.

Signe des tensions dans la communauté, le blog Bluetouff a été victime d'une attaque par déni de service et n'est plus en ligne à l'heure actuelle. Un post très critique sur le blog de Paul Da Silva reste lui en ligne.

L'Atild a publié un communiqué sur son site pour essayer de calmer la polémique et justifier la défense de Zac. Non sans prendre un certain recul:

Zac, par son ancienne activité de webmaster de Wawa-Mania a créé la polémique quandt à ses revenus soi-disant mirobolants. Que les choses soient claires, notre soutien envers Zac existe pour la simple raison que Zac est un adhérent de l’association. [...] Lire aujourd’hui des affabulations sur les revenus de Zac nous égare du propos. Quels que soient les revenus de Zac, notre but est de lutter contre l’idée que des mandats de dépôts puissent être demandés contre des gens qui n’ont pas commis de violences ou de crimes de sang.

Le site Numérama, qui fait autorité dans le milieu des libertés numériques, a choisi son camp et a publié mardi 1er juin un point de vue anti-Wawa Mania. Il distingue clairement les Suédois de Pirate Bay, considérés comme des martyrs des lois anti-téléchargement, et le Français Zac:

The Pirate Bay est défendable. Ils n'indexent pas du contenu warez, ils indexent tous les contenus, donc y compris du warez, par conséquence plutôt que par objectif. Ils accompagnent leur service d'un discours politique jusqu'au-boutiste, parfois mal compris. Leur idée n'est pas de spolier les ayants droit, mais de défendre une idéologie extrême de la liberté d'échanger l'information et les oeuvres sur Internet. Ils ont mis The Pirate Bay au service de cette idéologie, sans fournir eux-mêmes aucun contenu piraté, mais en laissant les utilisateurs se l'approprier. Wawa-Mania, lui, est indéfendable sur le plan juridique. Et sur le plan idéologique, il faut s'accrocher. Le site semble réalisé uniquement dans le but de gagner de l'argent, soit en creux parce qu'il en fait économiser à ceux qui téléchargent, soit directement parce qu'il en fait gagner à ceux qui l'administrent.

[Lire l'article sur Numerama]

Photo: CAT5e / RJ-45, Justin Marty, via Flickr CC License by
Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte