Life

Ces politiques qui disparaissent des photos

Slate.fr, mis à jour le 01.06.2010 à 19 h 29

Et si le logiciel Photoshop devenait le nouvel ennemi des politiques et de leur communication?

Le quotidien La Provence relate une histoire qui rappelle le jeu des 7 erreurs de notre enfance. Mais cette fois, il prend une dimension politique et a provoqué la colère de la section locale du Parti socialiste, qui a découvert que 3 personnes avaient été supprimées d'une photo officielle. Le cliché en question, a été pris le 25 février dernier devant le Palais des Festivals de Cannes et publié il y a un mois dans le mensuel municipal Cannes Soleil. La magie Photoshop.

Problème: parmi ces personnes «disparues», deux élues socialistes dont la chef de file du PS local, Apolline Crapiz. De quoi déclencher les foudres du parti, qui n'hésite pas à parler de «censure». La mairie UMP a declaré être étrangère à cette affaire. Du côté de la publication, on se dégage de toute responsabilité. A l'origine de la retouche, le Palais des Festivals, qui aurait fourni directement la photo officielle à la gazette locale. Motif invoqué: la volonté de mettre en avant les employés –et non les politiques– réunis pour célébrer l'obtention de certifications qualité.

Un épisode qui n'est pas sans rappeler le récent scandale du Dominion Post, rapporté il y a quelques jours par le site d'Arrêt sur images. A la différence près que dans le cas américain, il s'agit d'une manipulation de la rédaction elle-même et non d'un cliché transmis. Le quotidien américain avait en effet publié en une un cliché du gouverneur de la Virginie de l'Ouest et de deux personnes lors de la signature d'une loi. Or, sur la photo originale se trouvaient six personnes. Trois personnes ont été«effacées»  via Photoshop. Et il s'agit une nouvelle fois de politiques... en campagne. C'est en tout cas ce qu'invoque la rédactrice en chef du journal, Geri Ferrara, dans un éditorial publié le 21 mai dernier. Selon elle, ce choix éditorial n'a pas été pris à la légère. Il s'appuie sur la politique du journal qui veut qu'on ne publie jamais de clichés de candidats en campagne. La rédactrice en chef s'interroge toutefois: peut-être n'aurait-elle pas dû publier la photo du tout, dans ce cas.

[Retrouvez l'article de la Provence ici, l'article d'Arrêt sur image , et l'éditorial du Dominion Post en pdf ici.]

Photo: Free Giant Macro Pencil and Pink Eraser/ Pink Sherbet Photography via flickr License CC by

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

À LIRE ÉGALEMENT: La hanche de Demi Moore menace la liberté de la presse

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte