Sciences

L'éducation sexuelle fait véritablement baisser les taux de grossesse des ados

Temps de lecture : 2 min

Une vaste étude américaine établit pour la première fois un lien de cause à effet entre des formations qui ne se limitent pas à la seule promotion de l'abstinence et la baisse des grossesses adolescentes.

Les scientifiques ont analysé les certificats de naissance de bébés nés de mères âgées entre 14 et 19 ans. | Amr Taha™ via Unsplash
Les scientifiques ont analysé les certificats de naissance de bébés nés de mères âgées entre 14 et 19 ans. | Amr Taha™ via Unsplash

Aux États-Unis, une loi de 1996 n'autorisait les financements fédéraux qu'aux cours d'éducation sexuelle promouvant l'abstinence. Ce qui a changé en 2010 avec deux nouvelles législations votées sous la présidence Obama. Depuis, les jeunes Américains se sont vus également proposer des programmes d'éducation à la responsabilité personnelle et de prévention des grossesses adolescentes, riches d'informations sur la sexualité, la reproduction et la contraception.

Révélée le 14 février, une vaste étude atteste sans ambiguïté de leur efficacité. Menée par Nicholas D. E. Mark et Lawrence L. Wu, sociologues à l'université de New York, elle est la première à établir un lien proprement causal entre ces cours –proposés à classes équivalentes à la troisième ou à la seconde françaises– et la diminution des grossesses adolescentes dans un échantillon nationalement représentatif. En l'espèce, et depuis 2010, les chercheurs estiment que ces formations se sont soldées par une baisse moyenne de 3% des grossesses adolescentes, dans un pays tristement célèbre pour en détenir le record des pays développés.


Une «quasi-expérience»

Si des études antérieures avaient déjà conclu que de tels programmes d'éducation sexuelle étaient bénéfiques pour réduire les taux de grossesses adolescentes, nombre d'entre elles ne fournissaient que des données corrélationnelles. L'étude de Mark et de Wu, qui sera formellement publiée dans les PNAS le 22 février, constitue pour sa part une «quasi-expérience» –un dispositif capable de mettre au jour une relation de cause à effet, mais sans en passer par l'échantillonnage aléatoire typique exigé par les recherches expérimentales en bonne et due forme.

Plus précisément, les scientifiques se sont penchés sur cinquante-cinq comtés américains ayant reçu des fonds pour des cours de prévention des grossesses adolescentes, puis ont analysé les certificats de naissance de ces régions, en se limitant aux bébés nés de mères âgées entre 14 et 19 ans et en les comparant à plus de 2.800 comtés n'ayant pas reçus de tels financements.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Il en ressort que, dès la première année, le taux de grossesse adolescente perd 1,5% dans la région concernée, pour atteindre 7% de diminution cinq ans plus tard.

Newsletters

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Les symptômes persistants forcent certains travailleurs à trouver des solutions par eux-mêmes pour conserver leur emploi, quand ils ne sont pas tout simplement contraints de le quitter.

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

[L'Explication #60] Elles ont une fâcheuse tendance à faire du lèche-vitrine.

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Une nouvelle étude de neurosciences montre des corrélations entre notre position sociale et le volume relatif de matière grise qu'on possède.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio