Politique

Woerth lâche Pécresse pour Macron: un ralliement opportuniste ou idéologique?

Temps de lecture : 2 min

L'ancien ministre du Budget estime que sa formation politique «a dérivé».

À deux mois maintenant de l'élection présidentielle, le mercato politique bat son plein. Des soutiens de Marine Le Pen la délaissent pour Éric Zemmour, mais Valérie Pécresse –critiquée dans son propre camp– subit elle aussi des défections.

Jeudi matin, Éric Woerth, ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy et président des Finances à l'Assemblée nationale, annonçait au journal Le Parisien qu'il quittait le banc Les Républicains pour soutenir Emmanuel Macron. «Je n'adhère pas au discours de LR qui décrit une France qui n'est pas tout à fait la mienne, une France nostalgique recroquevillée sur elle-même. […] J'ai trouvé que ma formation politique a dérivé», assurait-il.

Ce ralliement est-il opportuniste ou idéologique? Valérie Pécresse perd-elle la face dans la campagne? Qui sera le prochain perdant du mercato? Où en sont les sondages?

Roselyne Febvre et Jean-Marie Colombani, directeur de Slate.fr, décortiquent cette situation politique avec Frédéric Dabi de l'Ifop et David Revault d'Allonnes, rédacteur en chef politique du Journal du Dimanche, dans l'émission «Politique» de France 24, en partenariat avec Slate.

Newsletters

Jusqu'au-boutisme

Jusqu'au-boutisme

Mot compte double

Mot compte double

Puisque LFI refuse le compromis, la politique économique est décidée par la droite

Puisque LFI refuse le compromis, la politique économique est décidée par la droite

Pour faire passer ses textes à l'Assemblée nationale, le gouvernement doit faire quelques concessions. Et comme seuls Les Républicains et le Rassemblement national se montrent conciliants, on voit quelle direction va prendre sa politique économique.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio