Santé / Tech & internet

Surprise, les écrans pourraient en fait aider à dormir

Temps de lecture : 2 min

Deux récentes études viennent contredire ce qu'on pensait jusqu'à présent.

Une série et on dort? | Victoria Heath via Unsplash
Une série et on dort? | Victoria Heath via Unsplash

À une époque où les écrans sont omniprésents, il semble compliqué de dire adieu à nos appareils quand vient le soir. De nombreuses études menées au cours de la dernière décennie ont mis en évidence leur effet néfaste sur notre sommeil. Mais deux nouveaux travaux scientifiques s'inscrivent en faux.

Ces recherches démontrent que regarder des écrans avant de dormir n'altère pas la qualité du sommeil ni sa durée. Mieux, ils pourraient même aider à se reposer avant de tomber dans les bras de Morphée.

Le temps d'écran compte

La première étude a été publiée dans le Journal of Sleep Research. Les chercheuses ont recruté cinquante-huit adultes pour analyser leur sommeil et leur consommation d'écrans. Elles ont constaté que la qualité de sommeil n'était pas affectée par l'utilisation de ces objets avant de dormir, et mieux encore, que la durée du sommeil était améliorée.

En revanche, le temps d'écran joue beaucoup. Tant qu'il reste relativement court et qu'il n'est pas associé à d'autres activités, l'heure du coucher est plus précoce et le sommeil meilleur. «Par exemple, regarder un service de streaming ou écouter un podcast avant de vous coucher peut servir d'activité passive et apaisante qui améliore certains aspects de votre sommeil», indique Lindsay Hahn, coautrice de l'étude.

La seconde étude est parue dans la revue Sleep Medicine. Elle a analysé l'effet que produisaient la consultation des réseaux sociaux et l'écoute d'exercices de relaxation avant l'heure du coucher sur trente-deux adultes. Les données ont révélé que se rendre sur Instagram ou Twitter quelques minutes avant de dormir n'altérait pas la qualité du sommeil. Encore mieux, l'écoute d'exercices de relaxation y a apporté des améliorations.

Bien que les résultats semblent positifs, les chercheurs alertent sur le fait que «retarder l'heure du coucher en raison de l'utilisation prolongée des médias pourrait avoir des effets néfastes. Il est toujours recommandé de limiter l'utilisation de toute activité médiatique au coucher afin d'obtenir une quantité suffisante de sommeil réparateur.»

Et les enfants?

Ces deux études en complètent une autre du chercheur en psychologie Andrew Przybybylski, de l'Université d'Oxford, publiée en 2018. Elle porte sur la relation entre le sommeil et l'utilisation des écrans chez les enfants. En examinant 50.000 enfants, il a démontré que le temps d'écran avait un impact sur la durée du sommeil.

«Chaque heure de temps d'écran était liée à trois à huit minutes de sommeil de moins par nuit», commente Andrew Przybybylski. D'après Pete Etchells, un autre professeur (n'ayant pas participé aux études), «le message à retenir est que la relation entre l'utilisation des écrans et le sommeil n'est pas simple, et que nous ne faisons que nous familiariser avec sa compréhension». Le sujet reste toutefois compliqué, car les résultats divergent d'un âge à un autre et d'un certain type d'utilisation des écrans à un autre.

«Les gens ont tendance à s'inquiéter des écrans qui affectent leur santé ou leur bien-être, observe Lindsay Hahn, mais nos conclusions montrent à plusieurs reprises que l'utilisation des médias peut également être bénéfique.»

Newsletters

Face au Covid, deux camps d'experts: les rassuristes et les précautionneux

Face au Covid, deux camps d'experts: les rassuristes et les précautionneux

Les uns estiment qu'il est temps de passer à autre chose, les autres qu'il faut rester sur ses gardes. Un débat qui, au-delà de son aspect scientifique, est éminemment politique.

Un traitement contre une maladie génétique modifie radicalement la couleur des cheveux

Un traitement contre une maladie génétique modifie radicalement la couleur des cheveux

La thérapie expérimentale n'a pas eu que l'effet escompté.

Abandonnons la «guerre à la drogue»: le sujet, c'est comment mettre en place la légalisation

Abandonnons la «guerre à la drogue»: le sujet, c'est comment mettre en place la légalisation

La perpétuation de ce combat, perdu depuis longtemps, se nourrit d'évidences fausses peinant à irriguer le sens commun de nos sociétés tout en échouant à freiner le bouillonnement mondial qui les menace.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio