Sciences

Il y a 13.000 ans, une tempête de feu ravageait la Terre

Temps de lecture : 2 min

Cette catastrophe rivalise avec celle qui a anéanti les dinosaures.

La tempête de feu aurait provoqué une augmentation des cancers de la peau chez les êtres humains. | Matt Palmer via Unsplash
La tempête de feu aurait provoqué une augmentation des cancers de la peau chez les êtres humains. | Matt Palmer via Unsplash

Il y a environ 12.800 ans, une partie de la Terre s'est couverte de flammes qui détruisaient tout sur leur passage. Une tempête de feu particulièrement puissante a commencé à s'étendre, pour atteindre un dixième de la surface planétaire. Causée par des fragments de comètes, elle aurait, d'après les scientifiques, rivalisé avec l'incident qui a mis fin à l'espèce des saurischiens et ornithischiens, les deux grandes familles de dinosaures.

«L'hypothèse est qu'une grande comète s'est fragmentée et que les morceaux ont impacté la Terre, provoquant cette catastrophe», explique Adrian Melott, professeur émérite à l'université du Kansas et coauteur d'une étude de 2018 détaillant la catastrophe.

Les nuages ​​​​de poussière qui étouffaient la Terre ont déclenché une mini-ère glaciaire qui a gardé la planète fraîche pendant encore mille ans, alors qu'elle émergeait tout juste de 100.000 ans de couverture de glaciers. Une fois les incendies éteints, la vie a pu reprendre.

Une équipe de vingt-quatre scientifiques a mesuré un grand nombre de marqueurs géochimiques et isotopiques sur 170 sites à travers le monde, permettant de retracer cette tempête dévastatrice. «Un certain nombre de signatures chimiques différentes –dioxyde de carbone, nitrate, ammoniac et autres– semblent toutes indiquer que 10% de la surface terrestre, soit environ 10 millions de kilomètres carrés, ont été consumés par les incendies», assure Adrian Melott.

À l'origine du Dryas récent?

Les analyses ont démontré que bon nombre d'événements naturels se sont produits pour permettre la survie sur la surface brûlée. Des peupliers ont par exemple poussé à la place de forêts de pins carbonisées, cette espèce d'arbre étant mieux adaptée aux sols stériles.

Les humains ont été contraints de s'adapter à des conditions particulièrement difficiles. La couche d'ozone aurait été appauvrie par l'événement et «une augmentation des cancers de la peau et d'autres effets négatifs sur la santé» auraient frappé l'espèce humaine.

Les scientifiques de l'université du Kansas émettent l'hypothèse que la tempête de feu soit responsable de ce refroidissement supplémentaire, appelé Dryas récent. Jusqu'alors, cette variation de température demeurait inexpliquée, la seule hypothèse pointant vers l'évolution des courants océaniques. Depuis des décennies, les chercheurs ne parviennent pas à s'entendre et l'idée des fragments de comètes ne fait pas l'unanimité. L'étude de l'université du Kansas prend clairement le parti de la soutenir.

«L'hypothèse de l'impact est toujours une hypothèse, mais cette étude fournit une quantité massive de preuves, qui, selon nous, ne peuvent être expliquées que par un impact cosmique majeur», appuie le coauteur de l'étude.

Newsletters

Les hommes sont plus exposés au cancer que les femmes en raison de différences biologiques

Les hommes sont plus exposés au cancer que les femmes en raison de différences biologiques

Une découverte scientifique vient remettre en cause l'influence majeure du mode de vie dans le développement de la maladie, et penche davantage pour les particularités des sexes.

À cause du changement climatique, 99% des bébés tortues sont maintenant des femelles

À cause du changement climatique, 99% des bébés tortues sont maintenant des femelles

Saviez-vous que le sexe des tortues est influencé par la chaleur?

Notre eau du robinet est excellente et nous n'en profitons pas assez

Notre eau du robinet est excellente et nous n'en profitons pas assez

De traitements en contrôles, tout est mis en place de façon à la rendre aussi irréprochable que possible.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio