Monde

La crise ukrainienne ne se passe pas comme Poutine l'avait prévu

Temps de lecture : 10 min

Le président russe souhaitait diviser les États membres de l'OTAN. C'est tout le contraire qui s'est passé.

Cette fois, les manœuvres de Poutine ont été trop grossières et ses démentis d'activité inhabituelle trop flagrants. | Yuri Kochetkov / POOL / AFP
Cette fois, les manœuvres de Poutine ont été trop grossières et ses démentis d'activité inhabituelle trop flagrants. | Yuri Kochetkov / POOL / AFP

Pour l'instant, on ne peut pas dire que la crise ukrainienne se passe bien pour Vladimir Poutine.

Le président russe a déployé près 100.000 soldats à la frontière ukrainienne (soit assez pour organiser une véritable invasion, si c'est ce qu'il a l'intention de faire), mais son attitude menaçante envers l'Ukraine n'est pour lui qu'un moyen de parvenir à ses principaux objectifs, à savoir a) établir une «sphère d'influence» qui recréerait autant que possible l'ancien empire russe (ou soviétique), b) approfondir les fissures politico-économiques de l'Union européenne et c) créer un fossé entre les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN.

Or, c'est tout le contraire qu'il a accompli avec sa manœuvre militaire. La menace ouverte qui pèse sur l'Ukraine a rassemblé les pays européens autour d'une cause commune, a redonné vie à la mission originelle de l'OTAN, qui consistait à décourager et limiter l'expansionnisme russe, et a, par conséquent, resserré les liens entre les alliés européens et les États-Unis (le principal garant de leur sécurité) plus fermement que jamais depuis la fin de la guerre froide.

Poutine avait des raisons de croire que les choses tourneraient autrement. En voyant Joe Biden faire l'apologie du Quad –la nouvelle alliance des États-Unis, du Japon, de l'Inde et de l'Australie, destinée à unir les alliés de l'Asie et du Pacifique contre l'essor de la Chine– il a pu se dire que l'OTAN avait perdu de son importance. Il a aussi vu de quelle manière les États-Unis se sont retirés de l'Afghanistan, et s'il a pu comprendre cette décision (son Union soviétique bien aimée fait partie des empires qui ont été enterrés ici), il n'aura pas manqué de remarquer l'incompétence de ce départ précipité et l'inquiétude, pour ne pas dire la panique, que cela a pu susciter chez les alliés des États-Unis.

Pendant ce temps, le Royaume-Uni s'est retrouvé isolé à la suite du Brexit, Angela Merkel a pris sa retraite de chancelière, laissant le plus grand et le plus riche pays de l'OTAN dans un moment de flottement, tandis que, de son côté, Emmanuel Macron cherchait à profiter de l'aubaine pour lui prendre sa place de leader de l'Europe continentale avec une envie d'«autonomie stratégique» de l'Europe par rapport à Washington.

Maintenant ou jamais

Impossible de savoir si c'est vraiment ce qu'avait Poutine en tête, mais, objectivement, le moment a dû lui sembler propice pour agir –d'autant plus que cet enquiquineur de Volodymyr Zelensky (le président ukrainien) était en train de se rapprocher de plus en plus de l'Occident avec le renouvellement de sa demande d'intégrer l'OTAN. Une demande que les responsables américains semblaient voir d'un œil bienveillant, puisqu'ils affirmaient qu'ils finiraient sans doute par l'inviter un jour ou l'autre à rejoindre le club. Ajoutons à cela que les États-Unis ont fourni l'armée ukrainienne en armes et en formateurs, sans parler des membres des forces spéciales et de la CIA, sans doute envoyés sur place, aux yeux du président russe, pour commettre on ne sait quel méfait.

Du point de vue de Poutine, cette conjonction entre menace et opportunité ne pouvait que paraître encourageante. En 2014, il avait déjà annexé la Crimée et monté des incursions armées dans l'est de l'Ukraine, ce qui avait certes entraîné quelques conséquences (sanctions économiques, expulsion du G8 et d'autres désagréments), mais rien de bien terrible. Pourquoi en serait-il autrement cette fois-ci?

Poutine s'attendait peut-être à ce que la résistance s'effondre avant même de se manifester.

C'est pourquoi dès novembre (voire avant), il a fait déplacer des dizaines de bataillons de chars, des missiles, des véhicules d'infanterie et des dizaines de milliers de soldats vers la frontière ukrainienne. Nous ignorons toutefois s'il a réellement prévu une invasion ou s'il souhaite seulement en utiliser la menace pour forcer ses adversaires à faire des concessions au sujet de ses exigences –c'est-à-dire que l'OTAN cesse de s'agrandir vers l'est et que l'armée américaine diminue sa présence dans les régions autrefois détenues par l'Union soviétique.

Poutine s'est peut-être dit que, même si Biden réagissait, les Européens resteraient divisés. Certains d'entre eux, notamment les Allemands, allaient sans doute craindre de se brouiller avec Moscou, de peur que les approvisionnements en gaz et en pétrole ne soient coupés en plein hiver, pile au moment où les températures chutent. Qui irait s'imposer de telles difficultés pour le seul bien de l'Ukraine, pays que personne en Europe, ou presque, ne souhaite réellement voir rejoindre l'OTAN? D'autant plus que tout le monde a bien conscience que c'est un pays qui revêt une importance particulière pour la Russie.

En d'autres termes, Poutine s'attendait peut-être à ce que la résistance s'effondre avant même de se manifester, ce qui aurait forcé Zelensky à se soumettre aux pressions de Moscou sans que les Russes n'aient à tirer un seul coup de feu.

Un obstacle nommé Biden

Mais les choses ne se sont pas passées de cette façon. Les manœuvres de Poutine étaient trop grossières et ses démentis d'activité inhabituelle trop flagrants. Puis, autre rebondissement, Biden et ses diplomates, qui s'étaient montrés maladroits dans d'autres domaines, sont tout à coup devenus super compétents. Biden est très à l'aise avec les affaires transatlantiques: l'OTAN était la pièce centrale de la politique extérieure américaine durant les décennies où il était en poste à la commission des affaires étrangères du Sénat américain, ainsi que lorsqu'il était vice-président.

Le secrétaire d'État Antony Blinken avait aussi été à ses côtés durant nombre de ces années. Enfin, la secrétaire d'État adjointe, Wendy Sherman, avait obtenu de bons résultats aux tables de négociation les plus difficiles. Leurs efforts ont réussi à maintenir l'union des trente pays de l'OTAN pour s'opposer aux manœuvres de Moscou et menacer d'actions fermes en cas de toute nouvelle invasion du territoire ukrainien.

Quoi que Poutine finisse par faire, son plan visant à diviser les membres de l'OTAN et à réduire la présence américaine près des frontières russes a échoué. En tout, Washington a placé plus de 8.500 soldats supplémentaires en alerte pour un déploiement en Pologne et en Estonie, afin de renforcer les flancs orientaux de l'OTAN. La Pologne et la Grande-Bretagne ont annoncé un «pacte de sécurité trilatéral» avec l'Ukraine et, bien que personne ne sache vraiment ce que cela signifie, les deux pays ont redoublé dans le même temps leurs récents envois d'armements vers Kiev. La Suède et la Finlande, les voisins les plus occidentaux de la Russie, restés jusqu'ici militairement neutres depuis des décennies, réfléchissent désormais à la possibilité de rejoindre l'OTAN.

S'il décidait d'envahir l'Ukraine, il s'agirait de la plus grande bataille en Europe –mais aussi de l'opération militaire la plus complexe entreprise par la Russie– depuis la Seconde Guerre mondiale.

Que va donc faire Poutine maintenant? Les soldats et les chars postés à la frontière seraient en théorie capables de battre l'armée ukrainienne, qui, bien que s'étant considérablement perfectionnée ces dernières années, serait largement dépassée. Cependant, il faut préciser que l'armée russe n'a jamais été très douée pour maintenir des lignes d'approvisionnement. Cela lui poserait donc un problème si elle devait occuper une partie du territoire ukrainien, notamment dans les villes.

En outre, les Russes ne s'opposeraient pas qu'à l'armée régulière, mais aussi aux combattants de la résistance civile, à qui les États-Unis et l'OTAN apporteraient –comme l'ont prévenu les responsables– leur aide sous forme d'armes, de support logistique et de renseignements.

La prudence selon Poutine

Durant les vingt-deux années qu'il a passées à la tête de la Russie, que ce soit en tant que président ou Premier ministre, Vladimir Poutine s'est toujours montré très prudent dans ses actions militaires. L'annexion de la Crimée s'est faite sans effusion de sang ni coup de feu tiré (la plupart des habitants se considéraient, de toute façon, comme russes). De même, son incursion dans l'est de l'Ukraine était principalement destinée à assister les séparatistes russes.

Les responsables du Kremlin continuent à nier que des soldats de l'armée russe ont pu traverser la frontière, même si l'on estime que 500 d'eux environ (et plus de 14.000 Ukrainiens) sont morts dans cette guerre de huit ans. Son invasion de la Géorgie a pris moins d'une semaine. Et la seule fois où il a envoyé des forces terrestres en Syrie, elles ont été repoussées lors d'une confrontation armée avec les Américains, à la suite de quoi il n'a plus aidé le régime de Bachar el-Assad qu'avec son armée de l'air ou presque.

S'il décidait d'envahir l'Ukraine, il s'agirait de la plus grande bataille en Europe –mais aussi de l'opération militaire la plus complexe entreprise par la Russie– depuis la Seconde Guerre mondiale. En outre, les soldats russes qui reviendraient chez eux dans des sacs mortuaires seraient morts, cette fois-ci, non pas pour défendre leur mère-patrie (comme ils le firent contre les nazis), mais pour tenter de conquérir un pays voisin.

Enfin, si les États-Unis finissaient par imposer à la Russie les lourdes sanctions envisagées par Biden –parmi lesquelles l'interdiction pour les grandes banques et les oligarques d'effectuer des transactions en dollars, ainsi que la suspension des importations de composants provenant des États-Unis (ce qui dévasterait le secteur high-tech russe)– la population et les élites du pays pourraient commencer à se plaindre des projets erratiques de Poutine. C'est ce qu'avaient fait les commissaires du Kremlin lorsqu'ils avaient reproché à Khrouchtchev la crise des missiles à Cuba, qui s'était finie par une défaite pour la Russie et avait incité les États-Unis à augmenter de façon spectaculaire leur arsenal nucléaire.

L'OTAN pas sereine

Toutefois, si les chars russes traversaient la frontière, l'unité tant vantée de l'OTAN pourrait bien être mise à mal. Si Poutine répondait aux sanctions en coupant les approvisionnements en gaz et en pétrole de l'Europe, l'Allemagne, qui est particulièrement dépendante de l'énergie russe, pourrait céder: elle a déjà empêché l'Estonie de revendre des armes allemandes à l'Ukraine et a interdit aux avions britanniques de transporter des armes à destination de l'Ukraine en passant par l'espace aérien allemand. De nombreux oligarques russes ont investi beaucoup d'argent dans l'immobilier à Londres; s'ils ne pouvaient plus payer leurs hypothèques ou leurs taxes foncières, les entreprises britanniques et Boris Johnson –ou quiconque lui succède– pourraient aussi perdre patience.

Une solution diplomatique est toujours possible.

Biden sait bien que les grandes expressions d'amitié ont tendance à vaciller dès que le sang commence à couler et que les finances s'assèchent. C'est sans doute pourquoi, avec les autres pays occidentaux, il préfèrerait que la situation se règle de manière diplomatique le plus tôt possible. Personne ne sait quel va être le choix de Poutine. S'il cherche à trouver une sortie au milieu de cette autoroute vers le désastre, la question va être de savoir comment l'amener à la prendre tout en lui permettant de garder un moyen de sauver la face. Le pousser dans ses retranchements risquerait de l'inciter à être deux fois plus agressif.

Lors de sa conférence de presse du mardi 1er février avec le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, Vladimir Poutine –qui, jusque-là, n'avait pas prononcé un mot en public au sujet de l'Ukraine depuis décembre– a laissé entrevoir une issue possible. Pour être franc, il a surtout pris une pose pessimiste, se plaignant que Washington ait ignoré sa demande principale, qui était d'interdire de façon permanente à l'Ukraine d'entrer dans l'OTAN. Orban l'a aidé en prenant ouvertement son parti et en devenant ainsi –ce qui était hautement prévisible– le premier membre de l'OTAN à sauter en marche du train de l'alliance.

Un nouvel espoir

Néanmoins, le président russe a également fait deux remarques qui pourraient –je dis bien pourraient– jeter une lueur d'espoir sur ce paysage morose. Tout d'abord, il a déclaré n'avoir pas encore répondu à la lettre que Joe Biden avait écrite la semaine précédente en réponse à ses demandes. Pour le dire autrement, une solution diplomatique est toujours possible.

Ensuite, il a fait référence (sans les citer) à plusieurs accords Est-Ouest signés au fil des ans –les accords d'Helsinki de 1975, la Charte de Paris pour une Nouvelle Europe de 1990 et la déclaration d'Istanbul de 1999– auxquels les autorités américaines ont également fait référence. Les Américains ont fait remarquer que ces accords permettent à tous les pays de choisir leurs propres alliances de défense, ce qui signifie que la Russie n'a pas le droit de dicter si l'Ukraine peut devenir membre de l'OTAN ou non.

Poutine a quant à lui noté que ces mêmes accords stipulent également qu'aucun pays ne peut accroître sa sécurité tout en menaçant celle des autres. Le président russe considère qu'un agrandissement de l'OTAN, qui inclurait l'Ukraine, serait une menace pour la sécurité de son pays.

On pourrait imaginer que Biden reconnaisse l'argument de Poutine et appelle à l'ouverture de négociations sur l'élaboration de la sécurité européenne du XXIe siècle de manière à protéger les intérêts de toutes les parties, y compris ceux de la Russie. Dans un premier temps, Biden pourrait proposer à la Russie de retirer au moins une partie de ses soldats et de ses chars de la frontière ukrainienne. En échange, les États-Unis pourraient suspendre leurs activités miliaires en Ukraine et, pour le moment, dans le reste de l'Europe de l'Est.

Les exercices navals dans la mer Noire pourraient également être interrompus au moins durant le temps des négociations. Les inspecteurs internationaux pourraient surveiller tous les mouvements et les suspensions d'armes. Les Russes pourraient inspecter les sites de défense antimissile de l'Europe de l'Est, afin de vérifier qu'ils ne peuvent pas être utilisés en soutien des missiles offensifs, comme les Russes disent le croire.

Pas de guerre à court terme

L'essentiel –du moins le maximum que l'on puisse faire pour le moment– serait de désamorcer les tensions, de rendre toutes les activités militaires plus transparentes et de réduire les risques d'erreurs de calcul pouvant mener à la guerre. À un moment donné, Biden devra trouver un moyen d'assurer à Poutine –une fois que les milliers de tourelles de char ne seront plus dirigées vers les Ukrainiens– que ce ne sera pas de sitôt que l'Ukraine rejoindra l'OTAN. Cette éventualité ne devant pas se produire dans un avenir proche, elle ne devrait pas être un motif de guerre.

En parallèle Poutine se rend à Pékin pour les Jeux olympiques d'hiver. Il ne va sans doute pas vouloir détourner l'attention du grand spectacle organisé par le président chinois Xi Jinping –qui est devenu il y a peu, d'un point de vue géopolitique, son nouveau meilleur ami– en envahissant l'Ukraine. Aussi, il est très improbable qu'une guerre éclate durant les deux prochaines semaines.

Biden et l'OTAN devraient profiter de l'occasion pour continuer à montrer leur union et faire retomber la pression –inciter calmement Poutine à modifier légèrement ses intentions en lui permettant de trouver une solution diplomatique. Pour l'instant, la situation ne semble pas réussir à Poutine, mais si elle s'aggravait, cela pourrait tourner au désastre pour tout le monde.

Newsletters

L'abrogation de la loi Roe v. Wade pourrait davantage pénaliser les femmes noires

L'abrogation de la loi Roe v. Wade pourrait davantage pénaliser les femmes noires

Selon des experts, elles seraient davantage susceptibles de faire l'objet d'enquêtes de la part des autorités.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 25 juin au 1er juillet 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 25 juin au 1er juillet 2022

Manifestations contre l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade qui autorisait l'avortement aux États-Unis, dérèglements climatiques, et début des départs en vacances... La semaine du 25 juin au 1er juillet en images.

À 86 ans, elle devient la doyenne mondiale des hôtesses de l'air

À 86 ans, elle devient la doyenne mondiale des hôtesses de l'air

Bette Nash, qui a commencé à voler en 1957, détient aussi la plus longue carrière en tant qu'agent de bord. Elle fêtera ses 65 ans de vol cet automne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio