Sciences

Depuis la révolution industrielle, la floraison des plantes britanniques a été avancée d'un mois

Temps de lecture : 2 min

Si le phénomène est risqué pour les jardiniers et les producteurs de fruits, il a de quoi être mortel pour la faune.

Büntgen et ses collègues estiment que le printemps au Royaume-Uni pourrait bientôt démarrer en février. | Ming Jun Tan via Unsplash
Büntgen et ses collègues estiment que le printemps au Royaume-Uni pourrait bientôt démarrer en février. | Ming Jun Tan via Unsplash

Au Royaume-Uni, le changement climatique fait que les plantes fleurissent désormais avec un bon mois d'avance. Cela pourrait avoir de lourdes conséquences pour l'agriculture et l'horticulture, et représenter un péril mortel pour la faune sauvage.

Tel est le principal résultat d'une étude publiée le 2 février dans les Proceedings of the Royal Society B Biological Sciences. Menée par l'équipe d'Ulf Büntgen, professeur d'analyse des systèmes environnementaux à Cambridge, elle se fonde sur plus de 400.000 observations de 406 espèces végétales –arbres, arbustes, herbes et plantes grimpantes– avec des données datant de 1753 à 2019 récoltées dans les îles anglo-normandes, les Shetland, en Irlande du Nord et dans le Suffolk.

Elle conclut que la date moyenne de la première floraison de 1987 à 2019 s'est avancée d'un mois entier par rapport à la période 1753-1986, soit celle de l'accélération du réchauffement climatique anthropique liée à la révolution industrielle.

Le point de départ d'une cascade de déséquilibres

Ce phénomène peut avoir de fâcheuses conséquences pour les agriculteurs et les jardiniers. Comme peuvent en témoigner bien des producteurs de fruits français après les gelées historiques d'avril 2021, si des arbres fruitiers se mettent à fleurir tôt après un hiver doux et sont ensuite touchés par un gel tardif, des récoltes entières risquent d'être détruites.

Selon les chercheurs, les risques écologiques sont encore plus préoccupants. En effet, une floraison précoce peut être le point de départ d'une cascade de déséquilibres. Pourquoi? Parce que les plantes, les insectes, les oiseaux et autres représentants de la faune sauvage ont évolué de concert pour synchroniser leurs stades de développement. Lorsque telle plante fleurit, elle attire tel insecte, qui va attirer tel oiseau, et ainsi de suite. Mais si un élément de la chaîne s'adapte plus vite que les autres au changement climatique, il y a un risque de désynchronisation... et d'effondrement des espèces les plus lentes à réagir.

Et ce n'est encore qu'un début. Si les températures mondiales continuent d'augmenter au rythme actuel, Büntgen et ses collègues estiment que le printemps au Royaume-Uni pourrait même bientôt démarrer en février.

Newsletters

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

L'Union européenne semble se focaliser sur la réduction des émissions de dioxyde de carbone. Quitte à oublier la perte de biodiversité massive.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio