Monde

Le meurtrier était l'autre frère jumeau

Temps de lecture : 2 min

Aux États-Unis, un homme a passé vingt ans derrière les barreaux pour un meurtre qu'il n'avait pas commis. Son jumeau a finalement avoué être le coupable.

Kevin Dugar a passé vingt ans en prison pour un meurtre commis par son frère jumeau Karl, qui a longtemps gardé le silence. | Matthew Ansley via Unsplash
Kevin Dugar a passé vingt ans en prison pour un meurtre commis par son frère jumeau Karl, qui a longtemps gardé le silence. | Matthew Ansley via Unsplash

Kevin Dugar, originaire de l'Illinois et ex-membre du gang Vice Lords, a été libéré de prison mardi 25 janvier après avoir passé près de vingt ans derrière les barreaux. La justice l'avait désigné coupable du meurtre d'Antwan Taylor, un membre d'un gang adverse. Or le meurtrier était le frère jumeau de Kevin, Karl Smith (il porte le nom de jeune fille de sa mère), qui a finalement avoué avoir commis le crime dans une lettre.

Le 22 mars 2003, Karl Smith sort d'une soirée d'anniversaire après avoir consommé de la drogue et de l'alcool. Alors qu'il va acheter de l'herbe avec un ami, Gabriel Curiel, il tombe sur un membre du gang adverse. La tension monte, alimentée par la guerre des gangs ambiante, et Karl tire avec son arme sur Antwan Taylor. Après une enquête de police, c'est Kevin Dugar qui est arrêté pour meurtre. Un témoin oculaire affirme l'avoir vu sur les lieux du drame, vêtu de noir.

Au procès, Kevin Dugar tente tout pour se faire innocenter. Mais son alibi ne tient pas et le témoin maintient sa version. Le juge le condamnera à cinquante-quatre ans de prison.

Une lettre pour tout avouer

En préparant la défense, l'avocat de Kevin Dugar propose à son client de passer un accord: plaider coupable d'homicide involontaire –coupable au deuxième degré– pour écoper de «seulement» onze ans de prison et espérer être libéré plus tôt pour bonne conduite. Mais Kevin refuse: «Je ne fais pas un plaidoyer pour une connerie que je n'ai pas commise», confie-t-il au Guardian.

De son côté, le vrai coupable, Karl Smith, garde le silence en pensant que le jury innocentera son frère. Malgré le verdict, il ne bouge pas et laisse son jumeau partir en prison. Petit à petit, il est pris de remords et s'inquiète que son secret soit dévoilé. Gabriel, l'ami qui était avec lui le soir du meurtre, pourrait tout révéler et cela l'inquiète. Il décide alors de se rendre chez lui, le menace et lui tire une balle dans l'épaule. Un coup de feu se perd et vient percuter la tête du fils de Gabriel. Par chance, l'enfant de 6 ans se remettra de cette blessure. Après cet événement, Karl est jugé et reconnu coupable de plusieurs chefs d'accusation, il écope de quatre-vingt-dix-neuf ans de prison.

Dans sa cellule, son secret continue de le ronger, alors il écrit une lettre à son frère jumeau, dix ans après le procès: «Écoute Kevin, je tourne autour du pot avec toi sur une connerie que j'ai gardée secrète pendant des années, et je dois l'enlever de ma poitrine avant que ça ne me tue.» Il ajoute qu'il lui a gâché la vie, lui a fait perdre un temps précieux auprès de sa fille, et qu'il est responsable des douleurs qu'il a endurées.

En 2018, après réévaluation du dossier en prenant en compte cette lettre, le juge rejette la demande de nouveau procès pour Kevin. Il pense que les aveux de Karl Smith ne sont «absolument pas fiables», les frères jumeaux ayant l'habitude de se faire passer l'un pour l'autre. Mais le 18 mars 2021, les avocats de Kevin parviennent à se rendre devant la cour d'appel de l'Illinois pour plaider sa cause.

Un mois plus tard, la cour d'appel valide un nouveau procès pour Kevin. Et le 25 janvier 2022, elle annule sa condamnation. Kevin Dugar a pu sortir de prison sous caution, une libération conditionnelle lui a été accordée. Son avocat espère qu'il n'y aura pas besoin d'un nouveau procès pour démontrer son innocence. Kevin dit ne pas en vouloir à son frère jumeau, qu'il aime. Le seul responsable, selon lui, est le système judiciaire américain.

Newsletters

Mon Europe à moi: «Il faut que l'UE tape du poing sur la table pour défendre la liberté de la presse»

Mon Europe à moi: «Il faut que l'UE tape du poing sur la table pour défendre la liberté de la presse»

Le journalisme indépendant et le pluralisme des médias sont menacés dans de nombreux pays de l'Union européenne. Pourtant, celle-ci semble impuissante. Jusqu'à quand?

Que se passe-t-il au Grand Canyon pour que tout le monde y chope la gastro?

Que se passe-t-il au Grand Canyon pour que tout le monde y chope la gastro?

Le service du parc exhorte les touristes à ne surtout pas laisser leurs «déchets humains» dans la nature.

Mon Europe à moi: «Il ne faudrait pas qu'une culture européenne vienne effacer les cultures locales»

Mon Europe à moi: «Il ne faudrait pas qu'une culture européenne vienne effacer les cultures locales»

Le travail de l'Union européenne sur la culture est méconnu. Pourtant, le budget mobilise des milliards d'euros.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio