Sciences

Faire repousser les membres, le nouvel espoir fou de la science

Temps de lecture : 2 min

Une étude effectuée sur des grenouilles pourrait, dans un avenir lointain, profiter aux humains.

Bien que les membres des grenouilles aient repoussé, ils ne sont pas identiques à ceux amputés. | Westley Nelson B.A.via Unsplash
Bien que les membres des grenouilles aient repoussé, ils ne sont pas identiques à ceux amputés. | Westley Nelson B.A.via Unsplash

Les scientifiques prennent les humains pour des poulpes. Dans une nouvelle étude publiée ce mercredi dans la revue Science Advances, des chercheurs ont démontré qu'ils étaient capables de déclencher la repousse des pattes chez les grenouilles. Un exploit qui pourrait peut-être s'appliquer un jour aux êtres humains.

D'après la science, la perte de membres va s'accélérer au fil des années. Accidents du travail, cancers ou encore blessures militaires, d'ici 2050, environ 3,6 millions d'Américains devraient être concernés. Tous ces drames ont fait réfléchir les chercheurs et la même question revenait: quand l'homme pourra-t-il générer ses membres?

Pour y répondre, le professeur de biologie Michael Levin a décidé de faire des essais sur 115 grenouilles africaines femelles à griffes. Pour l'expérience, ses collègues et lui ont amputé les amphibiens d'une de leurs pattes arrière. Les grenouilles ont ensuite été séparées en trois groupes: le premier recevait un bioréacteur portable en silicone nommé BioDome et un cocktail de cinq médicaments; le deuxième, juste le BioDome; et le troisième était juste suivi par une expérience de contrôle, sans intervention.

Le cocktail de médicament a été développé par Michael Levin et la première autrice de l'étude, Nirosha Murugan, professeure à l'université Algoma en Ontario. Les médicaments choisis stimulent la production de collagène, qui permet de cicatriser, et encouragent la croissance des fibres nerveuses et des vaisseaux sanguins et musculaires. Cette formule a été la première testée et rend particulièrement fière l'équipe de scientifiques. «Cela me rend très heureux parce que si notre première supposition est aussi bonne, imaginez à quoi pourrait ressembler notre version optimisée à l'avenir», déclare le professeur de biologie.

Le BioDom, quant à lui, a été chargé de cinq composés pro-régénératifs. Il a permis au groupe de grenouilles concernées d'activer une repousse en 18 mois. Après son injection, les membres reconstruits étaient composés de muscles, d'os et de nerfs. Les amphibiens pouvaient s'en servir à nouveau pour se tenir debout, et même nager.


De nouveaux membres différents

L'espèce de grenouille choisie pour cette expérience est connue pour ses doigts et orteils en forme de longues griffes. Après l'expérience, les scientifiques se sont rendu compte que la repousse du membre inférieur n'épousait pas sa forme originelle. Michael Levin pense que la raison réside soit dans le fait que le mélange de médicaments n'est pas encore le bon, soit parce que l'équipe n'a pas attendu assez longtemps pour que la régénération soit totale. «Certains animaux ont très bien répondu, et d'autres pas aussi grands que d'autres, mais tout le monde s'est amélioré», souligne-t-il.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Les chercheurs ont d'ores et déjà l'espoir que dans un avenir lointain, le BioDome et le cocktail de médicaments soient proposés aux humains. On pourrait ainsi envisager la régénération de nos membres à l'instar des poulpes, crabes et étoiles de mer qui, eux, le font naturellement.

Newsletters

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Les symptômes persistants forcent certains travailleurs à trouver des solutions par eux-mêmes pour conserver leur emploi, quand ils ne sont pas tout simplement contraints de le quitter.

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

[L'Explication #60] Elles ont une fâcheuse tendance à faire du lèche-vitrine.

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Une nouvelle étude de neurosciences montre des corrélations entre notre position sociale et le volume relatif de matière grise qu'on possède.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio