Égalités / Culture

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

Temps de lecture : 3 min

Depuis leur publication, les livres de J. K. Rowling font partie des lectures préférées des enfants. Mais ils semblent davantage renforcer les stéréotypes de genre que les renverser.

Dans Harry Potter à l'école des sorciers, ce n'est qu'une fois la faiblesse d'Hermione montrée qu'elle fait partie du groupe. | Capture d'écran Film, Jeux, Série via YouTube
Dans Harry Potter à l'école des sorciers, ce n'est qu'une fois la faiblesse d'Hermione montrée qu'elle fait partie du groupe. | Capture d'écran Film, Jeux, Série via YouTube

La littérature de jeunesse offre de multiples possibilités d'aborder, sous différents angles, la construction culturelle et la création de modèles qui peuvent façonner la vision du monde des futurs adultes.

L'une des sagas les plus importantes de cette littérature, au cours des dernières décennies, est incontestablement Harry Potter de J. K. Rowling. Son succès, accru par ses adaptations au cinéma, en fait une œuvre à fort impact pour les enfants et les jeunes, devenue un phénomène de masse –générant des files d'attente interminables pour se procurer les nouveaux volumes au moment de leur sortie, mais aussi colloques et sujets de recherche.

Stéréotypes de genre

L'analyse, dans une perspective de genre, des éventuels stéréotypes qui apparaissent dans l'œuvre, tant dans ses dialogues que dans ses descriptions, peut fournir des données intéressantes. En gardant à l'esprit qu'il s'agit du volume dans lequel les personnages principaux sont présentés, c'est le premier tome de la saga qui retient notre attention ici: Harry Potter à l'école des sorciers.

Le dialogue, dans cette œuvre, est employé constamment pour donner plus de réalisme à l'histoire tout en impliquant directement le lecteur dans l'action. C'est par le dialogue et les descriptions que l'autrice présente les protagonistes de l'histoire.

Il n'existe pas d'opinion unique sur la caractérisation d'Hermione et de Harry. Certaines études considèrent que Rowling a su créer des personnages qui, selon les circonstances, assument des rôles actifs ou courageux, ce qui fait qu'Hermione possède des caractéristiques qui vont au-delà des rôles de genre traditionnels.

Cependant, il existe beaucoup plus de recherches suggérant qu'avec le personnage d'Hermione, l'autrice a créé une fille qui, au fond, a besoin d'être sauvée, ou des enseignantes à Poudlard qui ne seront jamais aussi sages que Dumbledore.

En parlant d'Hermione

Hermione ne peut pas être considérée comme un stéréotype féminin positif parce qu'elle n'apparaît pas comme une jeune fille forte et sûre d'elle, ce qui, de plus, est imputé à son caractère et à son manque de contrôle émotionnel, présentés comme des signes de faiblesse par rapport à la force ou au contrôle supposés de Harry ou Ron. Ce trait est noté comme récurrent dans l'œuvre de Rowling, qui utilise un discours et une terminologie plus étroitement liés au rationnel pour les personnages masculins, tandis que les personnages féminins sont plutôt associés à l'émotionnel et à l'irrationnel.

Dans Harry Potter à l'école des sorciers, J. K. Rowling indique clairement dès le début qu'Hermione est beaucoup plus studieuse et intelligente que Harry et Ron, ce qui lui vaut d'être rejetée par ses camarades de classe, qui ne l'incluent que lorsqu'elle doit être sauvée. Ce n'est qu'une fois la faiblesse de la jeune fille montrée et démontrée qu'elle fait partie du groupe: «À partir de ce moment, Hermione Granger est devenue leur amie.»

Cette action reproduit ce que Marta Roqueta appelle le trope de la «demoiselle en détresse», qui explique comment la jeune femme qui semblait si confiante et intelligente a besoin de la protection et des soins du personnage masculin de l'histoire qui, de cette façon, récupère le premier rôle, réduisant Hermione à celui de compagne du véritable héros, Harry Potter.

Ce type de caractérisation est également lié à ce que d'autres auteurs appellent le «syndrome de la trinité» et qui montre comment, dans la littérature d'enfance et de jeunesse actuelle, il existe des personnages féminins très compétents, intelligents et courageux qui masquent des préjugés de genre: dans ces récits, ces jeunes femmes, lorsqu'elles font des erreurs, ont besoin de l'intervention d'un personnage masculin et cela les positionne, une fois de plus, en infériorité par rapport à eux.

Imaginaire collectif

Malgré cette caractérisation du personnage d'Hermione par rapport à celui de Harry, on peut observer que cette œuvre témoigne de certaines avancées dans la littérature de jeunesse en ce qui concerne le dépassement du genre et la recherche de l'égalité. On n'y trouve pratiquement aucune référence aux stéréotypes physiques, et Hermione est caractérisée comme une fille intelligente et déterminée –bien qu'elle apparaisse finalement dépendante de Harry par la suite.

Harry Potter fait déjà partie de l'imaginaire collectif de celles et ceux qui l'ont découvert à la fin des années 1990. Par conséquent, l'aborder dans une perspective de genre est essentiel pour détruire les stéréotypes qui génèrent et accentuent les inégalités.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Newsletters

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Dans la lutte contre les discriminations, les alliés jouent un rôle essentiel. Mais s'affirmer comme tel ne suffit pas: il faut des actes.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio