Santé / Sciences

Souffrant de problèmes d'érection, un homme s'est injecté de la mousse isolante dans le pénis

Temps de lecture : 2 min

Il s'est rendu aux urgences trois semaines plus tard, alors qu'il urinait du sang.

La mousse isolante injectée dans l'urètre de l'homme a également obstrué la vessie. | Greg Rosenke via Unsplash
La mousse isolante injectée dans l'urètre de l'homme a également obstrué la vessie. | Greg Rosenke via Unsplash

Un homme qui rencontrait des problèmes d'érection s'est injecté de la mousse isolante dans le pénis –de manière accidentelle, selon ses dires. Les médecins qui l'ont pris en charge ont relaté son histoire dans un article publié dans la revue Urology Case Reports. Il détaille comment cet Américain de 45 ans a tenté de soigner son dysfonctionnement érectile en insérant divers objets dans son urètre.

Le patient a confié aux médecins avoir «inséré une longue paille dans son urètre» qui était attachée à une bombe de mousse isolante, avant que son partenaire n'appuie par inadvertance sur le bouton pour déployer le produit. La mousse isolante obstruait presque entièrement l'urètre et remplissait la vessie. L'homme s'est rendu aux urgences trois semaines plus tard, alors qu'il urinait du sang (hématurie) et ressentait d'importantes douleurs ainsi que des difficultés mictionnelles.

«Après avoir donné son consentement éclairé, le patient a été emmené au bloc opératoire pour le retrait du corps étranger», rapportent les scientifiques. L'homme a subi cinq opérations différentes. Pour retirer la mousse ancrée dans son urètre, les médecins ont pratiqué une urétrostomie périnéale, une procédure qui implique de couper une zone comprise entre l'anus et le pénis. L'opération s'est bien déroulée, mais les médecins restent vigilants.

De la maladie mentale à la gratification sexuelle

«Les corps étrangers sont insérés dans le tractus génito-urinaire pour diverses raisons et peuvent présenter un défi pour les retirer», notent les scientifiques dans leur article. Il peut s'agir d'objets ménagers courants comme des pailles, des cotons-tiges ou des piles, mais parfois des clous ou des fils de câble électrique peuvent aussi être retrouvés. «Ces objets peuvent alors migrer et devenir irrécupérables sans intervention médicale», ajoutent-ils.

Les diverses raisons qui poussent les individus à s'insérer des objets dans l'urètre sont les suivants: la maladie mentale, le trouble de la personnalité limite, la gratification sexuelle ou encore l'obtention d'une libération provisoire de prison pour consulter un médecin. «Malheureusement, de nombreux patients sont des récidivistes et, par conséquent, une évaluation psychiatrique pour prévenir les blessures récurrentes doit être envisagée», expliquent les médecins dans leur article.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Dans le cas qui les concerne, l'homme de 45 ans n'a pas récidivé et n'est donc pas suivi en psychiatrie. En revanche, s'il souhaite faire des opérations de reconstruction de son pénis, il lui faudra préalablement consulter un psychiatre.

Newsletters

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Les symptômes persistants forcent certains travailleurs à trouver des solutions par eux-mêmes pour conserver leur emploi, quand ils ne sont pas tout simplement contraints de le quitter.

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Parents et médecins ne cessent de tirer la sonnette d'alarme face à une situation qui s'aggrave.

Hépatites pédiatriques d'origine inconnue: ce qui ressort des premières investigations

Hépatites pédiatriques d'origine inconnue: ce qui ressort des premières investigations

Au moins 450 enfants sont atteints d'hépatites aiguës à travers le monde. Aujourd'hui, personne ne peut encore émettre de recommandations pour protéger les plus jeunes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio