Sciences

Comment les animaux ont commencé à faire du bruit

Temps de lecture : 2 min

Pendant des milliards d'années, la Terre était calme. Puis, progressivement, la vie est devenue bruyante.

Au moment où les insectes apprenaient à bourdonner, les vertébrés ont probablement eux aussi commencé à expérimenter le son, mais sous une forme très primaire. | Alexei Zaitcev via Unsplash
Au moment où les insectes apprenaient à bourdonner, les vertébrés ont probablement eux aussi commencé à expérimenter le son, mais sous une forme très primaire. | Alexei Zaitcev via Unsplash

Partout, il y a du bruit, des villes aux forêts en passant par les océans. Les sons des animaux animent notre environnement. Pourtant, pendant la majeure partie de l'histoire de notre planète, les seuls bruits présents étaient ceux du vent, de la pluie et des vagues. L'analyse de fossiles a permis de mieux comprendre comment les animaux avaient commencé à faire du bruit.

La vie sur Terre serait apparue il y a 3,7 milliards d'années. Les premiers organismes ne produisaient aucun bruit. C'est durant l'explosion évolutive de la période cambrienne, il y a entre 541 et 485,4 millions d'années, que les animaux ont commencé à être bruyants. Mais ces comportements sonores de base étaient liés aux déplacements et à la prédation. Il a fallu attendre encore 200 millions d'années avant que le bourdonnement des insectes n'apparaisse, modelant ainsi un nouveau monde sonore.

Du bourdonnement à l'écholocation

Les scientifiques ne savent pas exactement quand les insectes ont commencé à émettre et à entendre des sons. Mais ce qui est sûr, c'est qu'un fossile de katydid datant d'environ 250 millions d'années a montré que cette sorte de sauterelle possédait une anatomie capable de produire des sons. En émettant et entendant des sons, ces premiers insectes bourdonnant pouvaient communiquer à distance, détecter un prédateur, attirer des proies mais aussi charmer un potentiel partenaire.

Au moment où les insectes apprenaient à bourdonner, les vertébrés ont probablement eux aussi commencé à expérimenter le son, mais sous une forme très primaire. Ce n'est qu'au cours de l'ère mésozoïque, il y a environ 230 millions d'années, que les capacités vocales des vertébrés se sont enrichies. Les dinosaures figuraient d'ailleurs parmi les animaux les plus doués pour l'acoustique à cette époque. Mais leurs capacités sonores sont souvent mal interprétées dans l'imaginaire collectif. Des scientifiques ont découvert que les sons des dinosaures prédateurs, comme le Tyrannosaurus-rex, ressemblaient davantage à ceux des oiseaux qu'à des mammifères. Ainsi, les T-rex auraient pu cacarder plutôt que rugir.

C'est également à cette période que les mammifères sont apparus. Ils étaient déjà capables d'entendre et produire des sons à haute fréquence leur permettant de communiquer sans être détectés. Mais les maîtres des vocalisations sophistiquées et qui vivent encore parmi nous sont les oiseaux. Ils possèdent, au lieu d'un larynx, une syrinx qui leur permet de produire des sons compliqués sans puiser trop d'énergie. Cependant, on ne connaît pas encore l'origine de cet organe.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Avec l'arrivée de l'ère cénozoïque, qui a débuté il y a 66 millions d'années, deux groupes sont apparus et avec eux la capacité de voir grâce au son: les chauves-souris et les baleines. L'écholocation est une révolution écologique majeure: les vertébrés pouvaient chasser les insectes volants dans l'obscurité totale.

Newsletters

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Les symptômes persistants forcent certains travailleurs à trouver des solutions par eux-mêmes pour conserver leur emploi, quand ils ne sont pas tout simplement contraints de le quitter.

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

[L'Explication #60] Elles ont une fâcheuse tendance à faire du lèche-vitrine.

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Une nouvelle étude de neurosciences montre des corrélations entre notre position sociale et le volume relatif de matière grise qu'on possède.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio