Santé / Sciences

Une étude met en garde sur les risques liés au vapotage passif

Temps de lecture : 2 min

Elle observe un lien significatif entre exposition indirecte à la cigarette électronique et problèmes pulmonaires chez les jeunes adultes.

Cette étude rappelle notamment la plus grande vulnérabilité des femmes aux effets délétères du tabac. | Yoann Boyer via Unsplash
Cette étude rappelle notamment la plus grande vulnérabilité des femmes aux effets délétères du tabac. | Yoann Boyer via Unsplash

Aux États-Unis, comme ailleurs, le succès de la cigarette électronique ne se dément pas. Entre 2011 et 2015, selon des données du ministère américain de la Santé et d'agences sanitaires officielles, le vapotage a ainsi augmenté de 900% chez les lycéens, et entre 2017 et 2019, il a encore été multiplié par deux. Ce qui n'est pas sans susciter des préoccupations pour la santé des jeunes générations, même si l'innocuité relative du vapotage par rapport à la bonne vieille clope ne fait plus trop de doute.

Publiée le 10 janvier dans la revue Thorax, une étude sur les effets du vapotage passif a de quoi relancer la machine à peurs tant elle observe une augmentation significative de certains problèmes pulmonaires chez les jeunes adultes exposés.

Bronchites et essoufflements

Menée de 2014 à 2019 par l'équipe de Tahat Islam, sur une cohorte de 2.097 lycéens californiens âgés en moyenne de 17 ans, elle montre en effet que le vapotage passif est associé à un risque accru de symptômes bronchiques et d'essoufflement, une corrélation d'autant plus forte que les sujets ne sont pas eux-mêmes fumeurs (de cigarettes, électroniques ou non, ou de cannabis).

En l'espèce, les jeunes adultes exposés aux vapeurs nicotiniques étaient 40% plus susceptibles de se plaindre de problèmes chroniques de toux et de mucosités ou d'avoir eu une bronchite dans l'année écoulée, et 53% plus susceptibles de se dire fréquemment essoufflés. À noter qu'en matière d'essoufflement, les femmes étaient largement majoritaires, à 70,2%, à consigner de tels symptômes.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Des résultats rappelant la plus grande vulnérabilité des femmes aux effets délétères du tabac. De fait, pour un même nombre de cigarettes fumées, on estime que les femmes ont entre 20% à 70% de risques supplémentaires de développer un cancer que les hommes, notamment parce que leurs poumons sont physiologiquement plus sensibles aux substances cancérigènes de la cigarette.

Newsletters

Encore une croisière piégée en pleine mer par le Covid

Encore une croisière piégée en pleine mer par le Covid

Malgré l'arrivée d'Omicron, l'industrie maintient ses activités coûte que coûte.

La solitude et les ruptures nuisent davantage à la santé des hommes qu'à celle des femmes

La solitude et les ruptures nuisent davantage à la santé des hommes qu'à celle des femmes

Plus de deux désunions et sept ans de solitude au cours de leur vie adulte se traduisent par un niveau d'inflammation plus élevé.

En Algérie, le Covid gagne du terrain chez les soignants

En Algérie, le Covid gagne du terrain chez les soignants

Le taux de vaccination demeure extrêmement faible dans le pays, et le personnel médical ne fait pas exception.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio