Politique / Monde

Ukraine, la guerre annoncée de Vladimir Poutine

Temps de lecture : 14 min

Les perspectives qu'ouvre l'offensive diplomatique russe sur l'Ukraine sont déplorables et potentiellement dramatiques. C'est dire si les enjeux de la négociation de Genève sont énormes, et les risques de succès faibles.

Manifestation contre Vladimir Poutine, le 9 janvier 2022 à Kiev. Sur les pancartes de ces deux hommes, un seul mot: «tueur». | Sergei Supinsky / AFP
Manifestation contre Vladimir Poutine, le 9 janvier 2022 à Kiev. Sur les pancartes de ces deux hommes, un seul mot: «tueur». | Sergei Supinsky / AFP

Le 10 janvier, les négociateurs russes et américains se rencontrent à Genève pour entamer des conversations sur la stabilité stratégique, à la suite de deux entretiens téléphoniques entre Vladimir Poutine et Joe Biden, le 7 et le 30 décembre. La tenue de ces conversations répond à une série de plaintes virulentes de la Russie sur la question de l'Ukraine et la politique de l'Occident à son égard, accompagnée d'une concentration de forces russes aux frontières de l'Ukraine, la Russie laissant planer la menace de recourir à la force si ses demandes n'étaient pas satisfaites. L'annonce de la tenue de ces discussions a été généralement accueillie avec soulagement, car elle semblait de nature à apaiser la Russie et à éviter une intervention armée de sa part.

Auparavant, on avait assisté à une séquence de prises de position russes qui s'est étalée de juillet à décembre 2021. Elles portent la marque personnelle de Vladimir Poutine et forment une vue cohérente de sa vision du problème et de la façon dont il propose de le régler. Il importe donc de les analyser attentivement.

Cet examen amène à une conclusion alarmante: la Russie s'estime, sur la question ukrainienne, et plus largement sur l'organisation de la sécurité européenne, la victime d'une entreprise hostile multiforme de la part de l'Occident; cette entreprise, dont le cœur est l'avancée sous toutes ses formes de l'OTAN en Ukraine, mais ne s'y limite pas, doit cesser; la Russie doit obtenir la garantie juridique qu'elle prenne fin, et que soit défini avec elle un ordre de sécurité rééquilibré en Europe; si l'Occident ne lui donne pas satisfaction rapidement, la Russie n'aura d'autre choix que de prendre des mesures technico-militaires pour corriger la situation injuste qui lui est faite.

Cette séquence s'est ouverte le 13 juillet dernier par un exposé historico-politique du problème ukrainien dans un long article de Vladimir Poutine intitulé «Sur l'unité historique des Russes et des Ukrainiens». Il y développe l'idée qu'un même peuple s'est trouvé divisé en trois entités, la Russie, l'Ukraine et la Biélorussie, et défend la cause de leur unité historique, linguistique et civilisationnelle.

Griefs croissants

Au-delà des mérites intrinsèques de cette thèse, qui mériterait discussion, ce qu'il faut en retenir pour l'analyse de la crise actuelle est une idée simple. Pour le président russe, cette division a été encouragée de tous temps par des forces étrangères: l'impérialisme autrichien, la Pologne et l'Allemagne nazie hier, l'Occident depuis l'éclatement de l'URSS. Il n'y a pas de différend russo-ukrainien, ni de problème de fond véritable qui divise les deux pays; ce sont l'Amérique du Nord et ses alliés qui sont, aujourd'hui, la seule cause du problème.

Ceux-ci, selon Vladimir Poutine, travaillent de façon active et persistante à séparer l'Ukraine et la Russie; ils l'ont fait en 2014 en fomentant la révolution de Maïdan; ils continuent, en dépit de l'élection en 2019 de Volodymyr Zelensky, a priori mieux disposé envers la Russie que Petro Poroschenko: «Les auteurs occidentaux du projet “anti-russe” ont mis en place le système politique ukrainien de telle sorte que les présidents, les députés, les ministres changent, mais qu'il y ait une orientation constante vers la séparation avec la Russie, vers l'inimitié avec elle.»

Poutine a, le 18 novembre, élargi ses griefs, devant le Collège du ministère des Affaires étrangères à Moscou, épisode ayant ouvert la rapide succession d'interventions et de propositions russes qui a culminé à l'occasion de sa traditionnelle conférence de presse-fleuve de fin d'année, le 23 décembre.

Poutine se réfère à l'engagement qui aurait été pris oralement par les Américains dans le contexte de la négociation sur l'unité allemande de 1990 de ne pas élargir l'OTAN à l'avenir.

Le 18 novembre, il a demandé que cesse le déploiement de «missiles» et de «troupes» aux abords de la Russie et réclamé «de sérieuses garanties de long terme pour assurer la sécurité de la Russie». Il a déploré que le gouvernement ukrainien ne mette pas en œuvre les accords de Minsk, seule base pour la solution du problème du Donbass, et que la France et l'Allemagne, co-parrains de la négociation, le laissent faire.

Il a, le 1er décembre, dans une brève allocution à l'occasion d'une cérémonie de remise de lettres de créances, précisé ses demandes en indiquant que la Russie voulait obtenir des États-Unis et de ses alliés «des accords concrets qui excluront tout élargissement supplémentaire de l'OTAN à l'Est, ainsi que le déploiement de systèmes d'armes [la] menaçant à proximité du territoire russe». Pour ajouter ensuite: «Je voudrais souligner que nous avons besoin de garanties légales précises, de garanties juridiques, car nos partenaires occidentaux n'ont pas tenu les promesses verbales qu'ils nous ont faites.»

Poutine se réfère à l'engagement qui aurait été pris oralement par les Américains dans le contexte de la négociation sur l'unité allemande de 1990 de ne pas élargir l'OTAN à l'avenir. Il n'y a pas eu, semble-t-il, d'engagement explicite de cet ordre à cette époque, où le pacte de Varsovie existait encore et l'élargissement de l'OTAN n'était envisagé par personne.

En revanche, le règlement par traité de l'unité allemande prévoyait que l'infrastructure, les armes nucléaires et les forces stationnées de l'OTAN ne s'étendraient pas au territoire de l'ex-RDA, une façon de signifier que l'Alliance ne prendrait pas avantage du vide laissé par le retrait soviétique. Les Russes peuvent dire, à bon droit, que l'élargissement de l'OTAN n'était pas conforme à l'esprit du règlement de 1990, mais pas qu'il a violé un engagement de l'Ouest.

Deux traités pour un apaisement

Le 17 décembre, le ministère russe des Affaires étrangères a rendu publics deux projets de traités correspondant aux dites garanties. L'un, intitulé «Accord sur des mesures pour assurer la sécurité de la Fédération de Russie et des pays membres de l'OTAN» se réfère à des principes généraux de sécurité et prévoit pour l'essentiel que les pays qui étaient membres de l'OTAN avant son élargissement en 1997 s'engagent à ne déployer ni forces ni armes sur le territoire d'autres États en Europe, que toutes les parties au traité s'abstiennent de déployer des missiles dans des zones leur permettant d'atteindre le territoire d'autres parties, et que les membres de l'OTAN renoncent à tout élargissement supplémentaire de l'OTAN «y compris l'Ukraine ou tout autre État».

L'autre est un «Traité entre les États-Unis et la Russie sur des garanties de sécurité». Y seraient affirmés des principes de «sécurité indivisible, égale et non diminuée». Les États-Unis s'engageraient à ne pas élargir l'OTAN, à ne pas établir de base sur le territoire de pays ayant appartenu à l'URSS et qui ne seraient pas membres de l'OTAN, ni à entretenir avec eux de coopération militaire. Les deux parties s'engageraient, en outre, à observer diverses restrictions dans le déploiement d'armes et, en particulier, à ne pas déployer d'armes nucléaires hors de leurs frontières.

«Je crois fermement que c'est clair comme le jour: nous voulons assurer notre sécurité.»
Vladimir Poutine, dans sa conférence de presse du 23 décembre 2021

Le 23, lors de sa conférence de presse annuelle, Poutine n'a rien renié de son analyse de la situation: les dirigeants de l'Ukraine n'appliquent pas les accords de Minsk et la Russie doit se préparer à protéger la population russe du Donbass au cas où ils chercheraient à régler la question par la force. Parallèlement, «on essaye de créer dans ces territoires une sorte d'anti-Russie en y entassant les armements les plus modernes et en lavant le cerveau de la population locale. […] Comment la Russie doit-elle vivre avec tout cela? Devons-nous toujours rester sur nos gardes, observant ce qui se passe là-bas et quand une attaque pourrait venir?»

Évoquant les discussions à venir avec les Américains, il a qualifié de «très positive» leur réponse, mais il a rappelé que la Russie avait «parlé clairement et directement contre tout élargissement à l'Est de l'OTAN. La balle est dans leur camp. Ils doivent répondre d'une façon ou d'une autre.» Plus loin, il reprend:

«L'Ouest aurait dû voir la Russie comme un allié potentiel et la renforcer, mais ils ont fait le contraire et cherché à la fragmenter encore davantage. Puis ils ont commencé à élargir l'OTAN à l'Est. Nous leur avons dit de ne pas le faire, en arguant qu'ils nous avaient promis de ne pas le faire. Ils nous ont dit: “Avez-vous une trace écrite? Non, allez-vous en, on se moque de vos inquiétudes.” Ils ont continué, année après année, à chaque fois nous avons montré les dents, essayé d'empêcher la chose, exprimé nos inquiétudes. Mais non, ils n'ont rien voulu entendre, disant qu'ils feraient ce qu'ils estimaient nécessaire. Il y a eu une, deux, trois, quatre, cinq vagues d'élargissement. Qu'est-ce qu'ils ne comprennent pas? Je ne sais pas. Vous pouvez dire que c'est clair de façon abondante. Je crois fermement que c'est clair comme le jour: nous voulons assurer notre sécurité.»

Poutine en sept points

De cet enchaînement de positions de Vladimir Poutine, on peut retenir plusieurs points.

  • Poutine agit avec une émotion visible et le sentiment d'accomplir une mission historique

Les revendications de Poutine s'inscrivent dans une vision historique: celle d'une histoire singulière, où le peuple russe, en butte à l'hostilité du monde extérieur, a su trouver en lui-même les ressources pour demeurer une grande puissance. Les divisions intérieures, les erreurs, les crimes même dont est émaillée l'histoire russe, il préfère les minimiser ou les ignorer.

C'est ainsi que dans son article sur l'unité de l'Ukraine et de la Russie, il concède une erreur de l'URSS, celle d'avoir élargi à des terres russes les frontières de l'Ukraine, d'avoir «créé un pays qui n'existait pas»; il ne mentionne pas la grande famine organisée par Staline en 1932, comme si ce drame ne comptait pas dans l'histoire des relations entre la Russie et l'Ukraine. En ce sens, la coïncidence de la montée de la tension sur l'Ukraine et de l'interdiction de Memorial n'est pas un hasard.

Par ailleurs, celui que les sycophantes qui peuplent les médias à sa dévotion désignent comme «le rassembleur des terres russes» –c'était le surnom de Dimitri Ier Donskoï, prince de Moscovie, qui fit reculer les Tatars au XIVe siècle– regarde, après la Géorgie et la Crimée, l'Ukraine comme une mission à accomplir, pour ne pas laisser s'y installer l'inacceptable: une Ukraine à l'indépendance pleine et entière, ouverte à l'influence occidentale et qui s'éloignerait de la Russie. Les signes en ce sens, qu'il s'agisse comme la loi sur les langues de 2019 qui vise à favoriser l'usage de l'ukrainien au détriment du russe, l'exaspèrent. Vis-à-vis des dirigeants ukrainiens, il perd patience.

  • Le sujet n'est plus le Donbass, mais bien l'Ukraine

On pouvait penser que le statu quo servait les intérêts des Russes. Ils ne s'en accommodent plus. Ils espéraient que le volet politique des accords de Minsk –qui prévoit notamment une large autonomie pour le Donbass, y compris la police et la justice, et la modification de la constitution ukrainienne dans un sens fédéral– leur donnerait un levier d'influence permanent sur les choix de l'Ukraine.

Or Kiev joue la montre et les parrains du processus de Minsk, la France et l'Allemagne, n'ont pas réussi à rapprocher les vues des parties sur la séquence des mesures à prendre. L'option existe, pour l'Ukraine, de déclarer le Donbass territoire occupé et de s'en désintéresser.

Le rejet du leadership de Kiev est donc total.

Dans ces conditions, il ne sera plus le levier d'influence sur Kiev que les Russes escomptaient, et le temps risque de jouer contre eux. Aussi bien, dans leurs prises de position des derniers mois, les Russes dénoncent-ils les atermoiements de Kiev; mais ils ne réclament plus en priorité la mise en œuvre des accords de Minsk. Ils ont élargi le sujet à l'Ukraine entière et à sa relation avec l'Ouest, qu'ils blâment pour la paralysie du processus de Minsk.

  • Poutine ne veut pas d'une négociation avec Kiev, mais avec les seuls Américains

Interrogé sur l'article historique de Poutine en juillet, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a répondu que ce dernier avait bien de la chance de trouver le temps d'écrire de si longs articles et qu'il aurait mieux fait d'en utiliser un peu pour parler avec lui. Dans un article insultant paru début octobre dans Kommersant, l'ancien président russe Dimitri Medvedev a écrit –réponse à ce trait d'humour qui n'a pas dû plaire?– qu'il ne servirait à rien pour la Russie de lui parler, puisqu'il n'était qu'un vassal des États-Unis, avertissant Zelensky, qui est juif, que les forces nationalistes avec lesquelles il était allié «finiraient par lui coudre une étoile jaune sur le dos».

Le rejet du leadership de Kiev est donc total, et les Russes ne veulent d'autre interlocuteur dans l'affaire ukrainienne que l'instigateur, à leurs yeux, de l'aliénation de l'Ukraine à l'égard de la Russie: les États-Unis. Vis-à-vis d'eux, les discours de Poutine sont ambivalents: comme dans une querelle de famille, les griefs de toute sorte, réels et imaginaires, accumulés depuis des années ressortent d'un coup avec violence et en désordre; en même temps, Poutine recherche et valorise la relation avec une puissance avec laquelle il lui plaît de poser en égal.

  • Ses demandes ne pourront être satisfaites

À s'en tenir à la lettre des demandes de Vladimir Poutine, celles-ci ne pourront être satisfaites: sans parler du fond, des garanties en forme de traité mettraient des mois à être négociées (outre leurs chances d'être jamais ratifiées par le Sénat américain, qui sont nulles). Certaines, qui remontent à l'ère soviétique comme le retrait des armes nucléaires américaines d'Europe, ouvrent toute une série de problèmes dont l'on ne pourrait venir à bout qu'après des années. Les armes offensives dont la Russie allègue la présence à ses frontières et demande la suppression sont un mystère: s'agit-il des missiles anti-char portables Javelin que les Américains livrent depuis 2017 à l'Ukraine?

Des armes anti-missiles de l'OTAN en Roumanie et en Pologne, projet qu'Obama a déjà révisé à la baisse au début de sa présidence dans le cadre du «reset» avec la Russie au profit de systèmes anti aériens Aegis? Ni les Javelin ni les Aegis ne sont offensives. Surtout, pourquoi l'Ouest devrait-elle prodiguer des assurances de sécurité unilatérales à la Russie, et quelles garanties celle-ci est-elle prête à donner en échange? Cette question posée lors de la conférence de presse du 23 décembre a indigné Poutine, qui a répondu: les membres de l'OTAN se garantissent les uns les autres, ils se suffisent, nous n'avons rien à leur donner. Une réponse qui laisse entière la question-clé: la Russie est-elle prête à accepter l'indépendance de l'Ukraine et quelles assurances est-elle prête à donner à cet égard?

  • Or il se montre pressé et intransigeant

Non sans candeur, lorsqu'il a présenté ses objectifs au Collège du ministère des Affaires étrangères russe, Poutine a dit: «Malgré vos masques je vois des sourires sceptiques dans vos yeux, comment peut-on attendre cela de nos partenaires, peu fiables pour dire le moins? Mais nous devons essayer.»

À quoi peut servir l'option militaire dans cette affaire?

Ce qui n'a pas empêché le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov d'insister sur l'urgence et le caractère indivisible des propositions russes: qu'on ne nous fasse pas traîner en longueur, ou commencer à sélectionner les sujets, a-t-il dit en substance. Tout cela tend à suggérer que ces demandes sont faites pour être rejetées, et donner aux Russes le prétexte dont ils ont besoin pour intervenir militairement en Ukraine.

  • La Russie a tous les moyens de dominer une éventuelle escalade militaire en Ukraine

Cette interprétation se présente d'autant plus à l'esprit que deux données militaires dominent cette affaire. La première est que la Russie a, sur le plan régional, une supériorité militaire écrasante et ce que, dans le jargon stratégique, l'on appelle la maîtrise de l'escalade: quelle que soit la réponse militaire qu'il pourrait lui opposer, elle a les moyens de dominer son adversaire à chaque niveau de l'escalade.

Dans la crise actuelle, l'OTAN porte une responsabilité importante, celle d'avoir fait miroiter à l'Ukraine une perspective d'adhésion aussi irréaliste que dangereuse.

La deuxième donnée est que le déploiement des forces russes semble dirigé non vers le Donbass, mais vers une portion bien plus large de l'Ukraine, ce qui ouvre plusieurs hypothèses: une invasion du sud de l'Ukraine pour établir une continuité territoriale entre la Russie et la Crimée; la poursuite de ce mouvement vers l'Ouest pour comprendre l'ensemble de la Nouvelle-Russie, cette frange méridionale de l'Ukraine, dont Poutine a espéré, en vain, qu'elle se soulèverait en même temps que le Donbass en 2014; voire une occupation de tout l'Est de l'Ukraine jusqu'au Dniepr, c'est-à-dire jusqu'à Kiev.

À ceci s'ajoute une inconnue supplémentaire, la plus troublante de ce dossier: à quoi peut servir l'option militaire dans cette affaire? Quel que soit le scénario retenu, sur quoi peut-il déboucher? Une nouvelle portion de l'Ukraine rattachée à la Russie? Avec quel projet politique pour les relations entre la Russie et l'Ukraine, la Russie et l'Ouest, sinon une inimitié irréconciliable entre les premiers, et une nouvelle guerre froide entre ces derniers?

  • L'élargissement de l'OTAN aura enragé les Russes sans améliorer la sécurité de l'Ukraine

Dans la crise actuelle, l'OTAN porte une responsabilité importante, celle d'avoir fait miroiter à l'Ukraine une perspective d'adhésion aussi irréaliste que dangereuse. En 2008, au sommet de Bucarest, elle avait pris une décision sage qui était de ne pas engager de processus d'adhésion avec un pays qui n'était pas menacé, où elle n'avait pas d'intérêt majeur et qu'elle n'avait pas les moyens de défendre, alors qu'il représentait pour la Russie un intérêt quasiment existentiel.

On doit à la diplomatie britannique le compromis inepte qui a consisté à ne pas admettre l'Ukraine, tout en disant dans le communiqué du sommet: «Nous avons décidé que ces pays deviendraient membres de l'OTAN», formule qui visait aussi la Géorgie. Il en résulte qu'on a eu le pire de deux mondes: des dirigeants russes que cette perspective a au mieux sincèrement effrayés, au pire servis, en les aidant à alarmer l'opinion russe contre l'Occident; une Ukraine pas davantage protégée, et dont les dirigeants ont pu avoir l'illusion qu'ils auraient le soutien de l'Occident en cas d'épreuve de force avec les Russes.

Dès demain, la diplomatie américaine va se trouver face au dilemme soit de risquer une guerre pour défendre la liberté de l'Ukraine d'adhérer à l'OTAN, alors que l'OTAN n'a nulle intention d'exercer cette option; soit de rassurer les Russes sur le fait que l'OTAN ne va pas s'élargir à l'Ukraine; ce qui serait répondre à la demande russe la plus compréhensible et au fond la plus importante, peut-être la seule façon de désamorcer la crise, mais dans des circonstances où ce geste risque de passer pour un acquiescement à la mainmise de la Russie sur l'Ukraine.

Les perspectives qu'ouvre l'offensive diplomatique russe sur l'Ukraine sont déplorables et potentiellement dramatiques. Rien de bon n'en sortira. C'est dire que les enjeux de la négociation de Genève sont énormes, et les risques de succès faibles: Poutine a fait tapis, tout mis sur la table et s'est –volontairement, on peut le craindre– mis dans une situation où il lui sera difficile de reculer. On peut se dire qu'il bluffe; lui seul le sait, mais il n'en donne pas l'impression, et ce serait hasardeux de parier là-dessus.

L'administration Biden, affaiblie à l'intérieur et par la débâcle afghane, aura peu de marge de manœuvre face à sa première grande crise. Elle a su, jusqu'ici, combiner la fermeté, en menaçant la Russie de graves sanctions, et l'ouverture, avec la négociation de Genève. On ne sait si elle aura les qualités pour la gérer avec succès.

Les Européens, ou plutôt la France et l'Allemagne, peuvent y contribuer: ces deux pays ont été les plus opposés à l'élargissement de l'OTAN à l'Ukraine; ils sont les parrains du processus de Minsk. Ils peuvent aider les États-Unis à descendre du perchoir où la promesse irresponsable du communiqué de Budapest les a mis. Ils peuvent, avec l'aide des États-Unis, relancer le processus de Minsk. Encore faudrait-il que la France sorte de sa délectation pour les calculs politiciens autour du Covid et la sémantique présidentielle, et s'aperçoive que nous sommes peut-être entrés dans la plus grave crise internationale depuis la fin de la Guerre froide.

Newsletters

Le coup de l'émotion

Le coup de l'émotion

[Épisode 9] Alors que Ghislain veut rendre son poste plus lucratif et développer les partenariats avec le secteur privé, Najwa, elle, espère limiter au maximum les entorses à son intégrité professionnelle.

La semaine imaginaire de Jean-Michel Blanquer, le re-retour

La semaine imaginaire de Jean-Michel Blanquer, le re-retour

Mwallez on s'accrocheeee!

La présidentielle française s'invite dans l'hémicycle européen

La présidentielle française s'invite dans l'hémicycle européen

Alors qu'il inaugurait sa présidence tournante du Conseil de l'Union européenne, Emmanuel Macron a été vivement critiqué, à Strasbourg, par des eurodéputés de l'opposition.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio