Sciences

Les scarabées du désert pratiquent le sexe oral

Temps de lecture : 2 min

Ce rituel de parade nuptiale aide à un accouplement réussi chez les coléoptères.

Les mâles pratiquent un cunnilingus sur les femelles coléoptères avant de passer à la copulation. | Ingo Doerrie via Unsplash
Les mâles pratiquent un cunnilingus sur les femelles coléoptères avant de passer à la copulation. | Ingo Doerrie via Unsplash

En matière de sexe, les animaux aussi ont leur petit penchant. Chez les scarabées du désert, une espèce appelée Platyope mongolica qui se trouve en Mongolie, le sexe oral est un rituel que les mâles effectuent auprès des femelles avant la copulation. Selon une étude réalisée par le chercheur en sciences agricoles en Mongolie, Xinghu Qin, ce cunnilingus favoriserait un bon accouplement.

C'est en se promenant dans les pâturages près du désert de Hunshandak en Mongolie-Intérieure que Xinghu Qin a repéré un comportement déroutant chez deux coléoptères: l'un léchait constamment la queue de l'autre. Il a alors mené l'enquête avec ses collègues pour la revue Ecology and Evolution.

«Nous avons observé un comportement d'auto-léchage chez plusieurs animaux. Mais les mâles ou les femelles qui lèchent les parties génitales de leurs partenaires, spécifiquement chez les insectes, c'est quelque chose d'extrêmement rare», explique Matjaž Gregorič, une entomologiste à l'Institut de biologie Jovan Hadži en Slovénie, qui n'a pas participé à l'étude.

La parade nuptiale des coléoptères

Les recherches de Xinghu Qin sur les scarabées du désert lui ont permis de comprendre pourquoi ces insectes pratiquent le sexe oral. Lorsqu'un mâle trouve une partenaire potentielle, il commence à frotter sa lèvre supérieure sur les parties génitales de la femelle. Si la performance ne correspond pas aux attentes de la femelle, elle s'enfuit. En revanche, plus le mâle pratique le sexe oral, plus il y a de chances que l'accouplement soit réussi plus tard.

Le sexe oral a également été observé chez l'araignée à écorce de Darwin. L'étude avait été conduite en 2016 par Matjaž Gregorič et son équipe. Chez les mouches à fruit, les mâles lèchent aussi les organes génitaux des femelles. Cela aiderait probablement à détecter les phéromones, rapporte Daisuke Yamamoto, entomologiste à l'Institut national des technologies de l'information et de la communication du Japon.

Newsletters

Les pesticides rendraient les abeilles soûles, alertent des scientifiques

Les pesticides rendraient les abeilles soûles, alertent des scientifiques

Difficultés à voler et à trouver de la nourriture: les produits chimiques sont un danger pour le cerveau des pollinisatrices et donc, pour leur survie.

Les piqûres de moustiques peuvent causer bien plus que quelques démangeaisons

Les piqûres de moustiques peuvent causer bien plus que quelques démangeaisons

Nous ne sommes pas tous égaux face aux moustiques. Non seulement certaines peaux les attirent davantage, mais en plus, les réactions à leurs piqûres varient d'une personne à l'autre.

Même sans avoir appris le solfège, la plupart des gens sont capables de suivre la théorie musicale

Même sans avoir appris le solfège, la plupart des gens sont capables de suivre la théorie musicale

Une nouvelle étude tend à montrer que même sans connaître les règles de la composition musicale, on les suit intuitivement.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio