Société

La thérapie de couple n'attend pas le nombre des années

Temps de lecture : 2 min

Ils ont moins de 30 ans, sont en couple depuis quelques années voire quelques mois, et consultent déjà.

Contrairement à leurs parents, les jeunes couples n'attendent pas d'être en crise pour consulter. | Elizabeth Tsung via Unsplash
Contrairement à leurs parents, les jeunes couples n'attendent pas d'être en crise pour consulter. | Elizabeth Tsung via Unsplash

Ils ont entre 25 et 30 ans, sont dans une jeune relation de couple et consultent ensemble un thérapeute. Ces partenaires ont décidé de miser sur l'aide d'un professionnel afin de mettre toutes les chances de leur côté pour s'épanouir à deux. La thérapie de couple est une tendance qui se pratique de plus en plus chez les moins de 30 ans aux États-Unis, relate le Guardian.

Irene Wu, 28 ans, et Dillon Tang, 24 ans, tous deux originaires de Los Angeles, ont commencé à se fréquenter lors du premier confinement, mais la communication dans leur couple s'est rapidement détériorée. «Dillon semblait s'en foutre de tout, tandis que moi, je donne beaucoup d'importance aux choses», témoigne Irene. Ils se sont alors tournés vers la thérapie de couple.

Irene et Dillon ne sont pas un cas isolé. En 2017 déjà, une enquête de la MidAmerica Nazarene University (un établissement d'enseignement privé du Kansas) indiquait que 51% des jeunes Américains âgés de 23 à 38 ans avaient déjà suivi une thérapie de couple (les 25-30 ans représentant le gros du bataillon). Contrairement à leurs parents, les jeunes couples n'attendent pas d'être en crise pour consulter. Et de manière plus générale, les psychologues observent que la santé mentale fait l'objet d'une attention soutenue chez les millennials.

Pas de tabou à consulter

«En général, les jeunes générations ont tendance à ressentir moins de honte à l'idée de consulter un thérapeute, à s'améliorer et à partager leurs sentiments», explique Simone Bose, conseillère de couple pour Relate, une organisation caritative britannique. «Souvent, l'un d'entre eux a déjà suivi une thérapie individuelle et suggère [à l'autre] d'assister à une consultation ensemble», ajoute-t-elle.

Pour Lisa Hochberger, thérapeute de couple, les jeunes «ne veulent plus se tourner vers l'alcool, la nourriture, la drogue ou faire la fête pour garder leur calme». Globalement, ils ne veulent pas répéter le schéma de leurs parents qui ont peut-être subi des traumatismes non réglés, relate-t-elle. «Les générations plus âgées considèrent la thérapie comme un traitement contre la maladie mentale: vous devez avoir un problème et être malade mentalement pour voir un thérapeute», déplore Lisa Hochberger.

Il semblerait d'ailleurs que la pandémie ait accéléré le processus, puisque les confinements ont incité certains couples à s'installer plus rapidement ensemble et à se découvrir autrement. La culture constitue un autre catalyseur: livres, podcasts, séries, la thérapie de couple est partout et le tabou d'en suivre une s'est brisé.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Après un an de thérapie, Irene explique que Dillon et elle sont des personnes très différents de ce qu'elles étaient au début de leur relation. Chaque semaine, leur thérapeute les aidait à démêler les épisodes conflictuels survenus les jours précédents et à identifier les facteurs déclencheurs. La thérapie a donné à chacun les outils pour exprimer ses émotions.

Newsletters

La maison des Télétubbies détruite à cause de fans trop intrusifs

La maison des Télétubbies détruite à cause de fans trop intrusifs

La propriétaire du lieu a volontairement inondé le terrain.

Air Prudence

Air Prudence

Affaire Damien Abad: plus glauque, tu meurs

Affaire Damien Abad: plus glauque, tu meurs

[BLOG You Will Never Hate Alone] Dans cet embrouillamini au milieu de querelles de pouvoir, on a quelque mal à s'y retrouver.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio