Santé / Économie

Des entreprises américaines accordent des congés sabbatiques à leurs employés épuisés

Temps de lecture : 2 min

De quoi contrer les burn-out et espérer que les salariés reviennent plus motivés.

L'entreprise Asana propose à ses employés des congés sabbatiques de six semaines. | Sharon McCutcheon via Unsplash
L'entreprise Asana propose à ses employés des congés sabbatiques de six semaines. | Sharon McCutcheon via Unsplash

Alors que la pandémie sévit depuis maintenant deux ans, les cerveaux fatiguent et l'ambiance devient épuisante, entre télétravail, réorganisation des entreprises et retour au bureau fractionné. Dans certaines sociétés américaines, un nouveau concept prend place avec pour but de soulager les employés: les congés sabbatiques.

Goldman Sachs, Citigroup et Asana ont ressenti ce besoin croissant chez leurs employés et ont voulu y répondre, rapporte le Wall Street Journal. Directement empruntés au milieu universitaire, les congés sabbatiques permettent de prendre un certain recul sur sa situation et de se laisser le temps d'y réfléchir.

Le congé sabbatique est indemnisé au bon vouloir de l'entreprise et le salarié retrouve à son retour le même poste que celui qu'il avait quitté. L'expérience peut également profiter à l'employeur: le travailleur reviendra certainement de meilleure humeur et plus motivé à travailler. Chez certains salariés, une sorte d'excitation au travail serait même apparue.

Des conditions plus ou moins strictes

Mais ces congés ne sont pas si simples à obtenir. En réalité, c'est à chaque entreprise d'établir ses critères d'accès. Il paraît logique de ne pas donner deux mois de congé à une personne travaillant à un poste depuis un an. Dans le cas américain, c'est la loyauté et l'ancienneté qui priment. Chez Goldman Sachs, la barre est mise haut: l'entreprise offre des congés sabbatiques et non payés de six semaines, à condition de travailler dans la banque depuis au moins quinze ans.

Pour les autres, les conditions sont plus accessibles. Chez Citigroup, entreprise financière basée à New York, les employés travaillant depuis au moins cinq ans ont droit à maximum douze semaines de congé. Concernant la rémunération, l'entreprise nord-américaine promet de maintenir 25% du salaire.

Le rêve de tout salarié épuisé reste celui de l'entreprise Asana, un gestionnaire de communication d'équipe de San Francisco. Elle propose à chacun de ses employés, travaillant depuis au moins quatre ans au sein de l'entreprise, des congés sabbatiques entièrement payés. La période peut s'étendre jusqu'à six semaines sans aucune perte de salaire. Cependant, Asana demande un préavis de trois mois avant la prise de congé sabbatique, ce qui permet aux directeurs de planifier le départ et de repartager les tâches afin de ne pas créer un manque au sein de l'entreprise.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

La tendance ne concerne, pour l'instant, que des sociétés américaines. Mais elle pourrait s'étendre vers l'Europe. Alors que certaines entreprises se laissent tenter par la semaine de quatre jours, il ne serait pas improbable de voir les congés sabbatiques apparaître chez nous. Une manière de remotiver les employés et de faire prendre conscience aux employeurs de leur valeur.

Newsletters

Encore une croisière piégée en pleine mer par le Covid

Encore une croisière piégée en pleine mer par le Covid

Malgré l'arrivée d'Omicron, l'industrie maintient ses activités coûte que coûte.

La solitude et les ruptures nuisent davantage à la santé des hommes qu'à celle des femmes

La solitude et les ruptures nuisent davantage à la santé des hommes qu'à celle des femmes

Plus de deux désunions et sept ans de solitude au cours de leur vie adulte se traduisent par un niveau d'inflammation plus élevé.

En Algérie, le Covid gagne du terrain chez les soignants

En Algérie, le Covid gagne du terrain chez les soignants

Le taux de vaccination demeure extrêmement faible dans le pays, et le personnel médical ne fait pas exception.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio