Santé / Monde

Ce qui se passe quand on est testé positif au Covid à Hong Kong

Temps de lecture : 2 min

Le territoire a opté pour une stratégie «zéro Covid» et ne plaisante pas avec les mesures d'isolement.

Vaccinées ou non, les personnes qui contractent le Covid-19 doivent rester isolées prés d'un mois à Hong Kong. | Jida Li via Unsplash
Vaccinées ou non, les personnes qui contractent le Covid-19 doivent rester isolées prés d'un mois à Hong Kong. | Jida Li via Unsplash

Il est l'un des seuls sur la liste et pourtant, le territoire de Hong Kong poursuit sa politique «zéro Covid». Mais à quel prix? Le jeune Darryl Chan en a fait les frais et a raconté son histoire dans un entretien avec CNN.

Le 19 décembre, l'homme s'est envolé de Londres en direction de Hong Kong pour commencer un nouveau travail. Premier problème: les autorités locales voient d'un très mauvais œil les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, qu'elles considèrent comme un risque majeur de propagation du variant Omicron. Mais Darryl Chan n'allait pas se dégonfler pour si peu. Afin de contrer cette méfiance, il a pris l'initiative de réaliser plusieurs tests, en plus de présenter un schéma vaccinal complet. Paré à décoller, le jeune homme pensait laisser tous ses problèmes à Londres. Ce ne fut pas le cas.

Fraîchement débarqué, il doit réaliser un test Covid-19 obligatoire à l'aéroport. Son résultat affiche «préliminaire positif», ce qui signifie qu'il doit passer d'autres tests. Darryl est dirigé vers une zone bouclée avec comme seul ameublement un lit. Quelque treize heures passent avant qu'il ne soit emmené en ambulance dans l'hôpital le plus proche. Résultat du deuxième test: positif variant Omicron. «J'ai fait tant de tests dans la semaine précédant mon vol, et tous sont revenus négatifs... Je n'ai jamais pensé que je serais positif à mon arrivée», confie-t-il au média américain.

Un protocole oppressant

Les autorités de Hong Kong sont claires sur le protocole. Si une personne est testée positive au SARS-CoV-2 ou à ses variants, elle doit être isolée pour une durée de près d'un mois. Lors des dix premiers jours (au minimum), le malade doit rester à l'hôpital.

Darryl Chan a dû se soumettre à une organisation quasi militaire encadrée par les autorités. À son arrivée à l'hôpital, il est confiné au sein du service d'isolement dans une chambre 24 heures sur 24. Chaque jour, c'est la même routine. À 8h du matin, une sonnerie retentit et annonce aux patients de relever leurs constantes. Interdiction de sortir prendre l'air ou de faire de l'exercice, les malades attendent patiemment les heures fixes des repas en regardant des séries ou en jouant sur leur téléphone. Une routine particulièrement pesante, comme le décrit Darryl Chan: «Vous avez presque l'impression d'être de retour à l'école, avec un réveil et un coucher contrôlés, vous n'êtes pas en mesure de contrôler ce que vous pouvez manger.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Il ne pourra sortir de cette chambre qu'avec deux tests négatifs. Mais cela ne suffira pas: il devra ensuite passer quatorze jours supplémentaires dans un établissement d'isolement. Pour Darryl Chan, «le pire, c'est de ne pas savoir quand on peut sortir».

Newsletters

Encore une croisière piégée en pleine mer par le Covid

Encore une croisière piégée en pleine mer par le Covid

Malgré l'arrivée d'Omicron, l'industrie maintient ses activités coûte que coûte.

La solitude et les ruptures nuisent davantage à la santé des hommes qu'à celle des femmes

La solitude et les ruptures nuisent davantage à la santé des hommes qu'à celle des femmes

Plus de deux désunions et sept ans de solitude au cours de leur vie adulte se traduisent par un niveau d'inflammation plus élevé.

En Algérie, le Covid gagne du terrain chez les soignants

En Algérie, le Covid gagne du terrain chez les soignants

Le taux de vaccination demeure extrêmement faible dans le pays, et le personnel médical ne fait pas exception.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio