Société

«Il m'a demandé si j'avais pensé à partir, j'ai bêtement répondu oui»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Valérie, qui craint d'avoir perdu l'homme qu'elle aime sur un malentendu.

«Depuis mon départ, je pense à lui toutes les nuits.» | Marina Khrapova via Unsplash
«Depuis mon départ, je pense à lui toutes les nuits.» | Marina Khrapova via Unsplash

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par WhatsApp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

J'ai 51 ans. Je vivais jusqu'à il y a deux mois et demi avec mon conjoint qui a 61 ans. Nous vivions ensemble depuis sept ans. Nous nous sommes rencontrés il y a plus de vingt-cinq ans –mais nous sommes tombés amoureux en nous retrouvant des années plus tard.

Bernard est quelqu'un qui a toujours une revanche à prendre sur la vie. Il a un ego assez fort et un besoin de reconnaissance important. Moi, je suis une idéaliste, à la quête du parfait.

Nous avons eu des relations admirables. Il y a quelque temps, je suis entrée en ménopause –avec tout ce que ça implique. Complètement épuisée, déréglée, déboussolée.

Nous ne communiquions pas beaucoup –je l'avoue.

Jusqu'à ce fameux dimanche 5 septembre où je me suis effondrée en larmes. Je me sentais mal, épuisée... Bernard m'a demandé ce que j'avais. Je lui ai dit que je me sentais malheureuse, que j'étais épuisée, que je me sentais mal... Je lui ai demandé s'il pouvait faire quelque chose pour m'aider.

Il m'a demandé si j'avais déjà pensé à partir. J'ai bêtement répondu oui... Mais ce n'était pas vrai, je pleurais d'épuisement. J'étais tellement mal...

Il a alors dit: si c'est comme ça, va-t'en... Je lui ai fait répéter, je lui ai demandé s'il n'avait que ça à me proposer. Il a répondu oui...

Alors j'ai déménagé. Durant ces trois semaines, nous avons continué à dormir dans le même lit à sa demande.

Tous ceux qui connaissent Bernard –ses sœurs, ses amis, ma famille aussi– pensent –tout comme moi– qu'il a eu peur que je parte et qu'il a voulu garder la tête haute. En juin, il m'écrivait dans des SMS qu'il m'aimait. C'est un homme qui tait ses sentiments et moi –à l'inverse– je suis assez expansive.

Depuis, je n'ai jamais cessé de l'aimer. Je pense à lui chaque jour et toutes les nuits. J'en ai perdu l'appétit et le sommeil et c'est très compliqué. Envie de rien. Nous partageons des SMS tous les jours, assez laconiques de son côté. Je lui envoie des mails. Je lui ai écrit une longue lettre.

Nous devons échanger et discuter. Il en a convenu... Mais c'est à son initiative et il fait traîner les choses. Est-ce qu'il a besoin de temps?

Je pense qu'il m'aime encore tout comme je l'aime et qu'il est juste buté sur sa position. J'attends avec impatience le moment, comme je lui ai dit, «de poser mon cœur et ma vie sur la table». Tout ceci n'est qu'une question d'ego et de malentendu –de manque de communication, c'est certain.

Mais nous sommes résolument faits l'un pour l'autre. Il le sait, je le sais. Que puis-je faire?

Valérie

Chère Valérie,

Il y a malheureusement bien des couples qui se sont séparés sur un malentendu. C'est aussi un vivier inépuisable pour les auteurs et autrices dramatiques. Ce dont il faut bien prendre conscience, c'est que l'absurdité de la situation ne vous protège pas de ses conséquences. Si rien n'est fait, vous pourriez très bien continuer à vous aimer sans plus jamais être ensemble. Tout ça pour une conversation malheureuse, une éducation qui valorise le silence et un problème de communication général. Et c'est à Bernard de changer de son plein gré.

Si c'est effectivement un homme fier, il risque de ne pas supporter que ses proches qui vous soutiennent viennent lui dire qu'il a fait une erreur. Il a peut-être été blessé par votre réponse quand vous lui avez avoué avoir déjà pensé à une vie sans lui mais cela ne justifie pas d'être aussi buté. Deux cas de figure pourraient expliquer le comportement qu'il a aujourd'hui: d'un côté, qu'il veuille vous apprendre une leçon et vous faire passer le goût de recommencer à dire des choses de cet ordre; de l'autre, qu'il ait aussi des doutes pour sa part quant à la pérennité de votre relation. Dans tous les cas, il est cruel de vous laisser ainsi souffrir.

Vous appelez de vos vœux le moment de pouvoir vous exprimer et retrouver votre amour mais si, en face, on vous y oppose des problèmes d'ego, alors vous ne pourrez pas faire grand-chose. C'est la difficulté dans les relations amoureuses: une seule bonne volonté ne suffit pas ou jamais sur le long terme, il faut toujours être deux pour que cela fonctionne. C'est maintenant à Bernard de faire un geste vers vous, d'avoir cette envie de communication et de construction pour l'avenir.

Ce que vous pouvez rayer de la carte, cependant, c'est le sentiment de culpabilité. Vous n'avez rien fait de mal qu'être vous-même et vivre un moment de détresse. À une question absurde, vous avez répondu par l'absurde, même si ce n'était pas le sujet du tout de ce qui se jouait là. Vous avez le droit d'être en colère d'avoir été si peu soutenue, aussi peu comprise. D'avoir souffert et puis d'avoir été rejetée. Ce qui me semble important, c'est de continuer à être vous-même, d'exprimer ce que vous ressentez comme vous le ressentez. Si vous finissez par vous remettre en couple avec Bernard, il sera important que vous ne viviez pas dans la peur d'être «punie» pour une phrase qui exprime juste votre sentiment profond. Vous avez le droit d'être en détresse et tout ne tourne pas autour de lui.

Être en couple, c'est aussi pouvoir exprimer cela et trouver une oreille idéalement attentive ou a minima de bonne volonté. Ici, il me semble qu'à la moindre fissure dans votre histoire, et une fissure qui n'est même pas vraiment le fait de votre histoire en plus, Bernard en profite pour vous le reprocher très durement. Vous aviez le droit de craquer comme tout le monde en a le droit. Vous avez le droit d'être bouleversée par la ménopause et d'avoir besoin d'exprimer ce chaos intérieur.

À un moment, encore une fois, c'est à Bernard de faire des efforts. Et la suite de votre histoire ne va tenir qu'à ça, à sa capacité ou pas à entendre ce que vous avez à dire sans forcément le prendre pour lui personnellement. Une trop grande fierté peut être toxique et elle peut aussi éteindre des histoires d'amour. Vous ne serez jamais responsable de ça mais vous pourriez bien en être la victime.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

Des lapins domestiques retrouvent les restes de trois personnes dans un jardin

Des lapins domestiques retrouvent les restes de trois personnes dans un jardin

Peut-être pensaient-ils bien faire en offrant des os et un crâne à leurs propriétaires.

Retours difficiles

Retours difficiles

Pourquoi tant de vélos finissent-ils au fond de l'eau?

Pourquoi tant de vélos finissent-ils au fond de l'eau?

Accidents ou vandalisme: les fleuves deviennent des cimetières aquatiques pour bicyclettes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio