Société

Cinq signes qu'il est temps de penser à quitter votre job

Temps de lecture : 2 min

Qui dit nouvelle année dit bonnes résolutions.

La perte de confiance en soi au travail est un indicateur non négligeable. | Mario Gogh via Unsplash
La perte de confiance en soi au travail est un indicateur non négligeable. | Mario Gogh via Unsplash

L'année 2022 fait ses débuts et les résolutions vont bon train. Alors que l'épidémie d'Omicron force le retour au télétravail, il est peut-être temps de se questionner sur son job. Objectifs de carrière, bonne entente avec l'équipe, santé physique et mentale... Un peu d'introspection ne fait jamais de mal. Mais qu'est-ce qui peut réellement vous pousser à quitter votre emploi? Le site Quartz a identifié cinq critères.

Vous n'apprenez plus rien

Il arrive par moments que cette dimension soit au point mort dans votre expérience professionnelle. Les périodes creuses au travail sont normales, on alterne souvent entre des phases d'apprentissage et des phases de croisière, mais ces dernières ne doivent pas perdurer dans le temps. En effet, l'apprentissage apporte de nouvelles opportunités. Si, par malheur, vous n'en voyez pas à l'horizon, c'est qu'il est probablement temps de regarder ailleurs. Stagner et rester dans une telle situation pourrait entraver votre trajectoire professionnelle sur le long terme. Avant de penser à partir, entamez une discussion avec votre manager pour voir les opportunités d'évolution qu'il a pour vous.

Vous vous adaptez et oubliez les réelles compétences

Parce qu'il n'existe pas de job parfait, tout le monde adopte quelques petits mécanismes d'adaptation. Mais lorsque la liste devient beaucoup trop longue et que ces stratégies prennent trop de place dans votre tête et votre quotidien professionnel, cela signifie qu'elles influent sur vos réelles compétences. Cette liste est assez simple à dresser: il s'agit des choses que vous n'auriez pas à faire dans un environnement plus fonctionnel, comme vous débattre –parfois de manière agressive– avec un patron pour parvenir à vendre une idée. Un conseil: parlez-en avec une personne extérieure et neutre pour qu'elle puisse vous dire si vous réagissez de manière excessive ou pas.

Vous ne recommanderiez pas votre entreprise

Une amie cherche du travail et vous savez que votre entreprise embauche. Elle a toutes les qualités requises et pourtant, vous n'allez pas lui conseiller de postuler. Si vos amis méritent mieux, pourquoi pas vous? Demandez-vous si le problème vient de l'entreprise ou de vous, regardez comment cela se passe pour vos collègues et envisagez une vraie pause dans le travail pour voir comment vous vous sentez.

Votre confiance en vous est entamée

Un autre moyen de savoir si votre job n'est pas fait pour vous et que l'environnement dans lequel vous évoluez ne vous convient plus consiste à jauger votre confiance en vous. Si elle a été affectée et que vous vous sentez moins capable, c'est mauvais signe. Le travail est supposé apporter davantage de compétences et donc de confiance en soi, et non l'inverse. Une perte de confiance entraîne un énorme risque: vous allez penser qu'il est difficile de trouver un autre emploi, que vous n'en avez pas les capacités. C'est faux. Prenez le temps d'observer en profondeur ce qui vous anime, ce qui a affecté votre confiance en vous et d'évaluer la communication au sein de l'entreprise, afin de voir si les choses peuvent être améliorées avant d'envisager de partir.

Votre travail vous affecte physiquement

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le stress fatigue énormément le corps et ses effets se font ressentir. Vous connaissez votre environnement de travail et vous vous connaissez vous-même, vous savez donc s'il vaut la peine d'essayer de fixer des limites et/ou de développer des habitudes saines. Si vous fixez votre fin de journée à 19h par exemple, cette deadline sera-t-elle tenable? Si vous vous réservez un moment pour faire de l'exercice, cela suffira-t-il à changer quelque chose? Voilà quelques questions que vous pouvez vous poser.

Newsletters

Le monde post-Covid sera celui de la démobilité

Le monde post-Covid sera celui de la démobilité

Néologisme pré-pandémie, il désigne la limitation choisie des déplacements afin de ne plus subir inconfort et pertes de temps. La démobilité s'incarne dans le télétravail et constitue une perspective bien enclenchée qu'il faut savoir accompagner.

Éducation nationale: y a-t-il un problème Blanquer?

Éducation nationale: y a-t-il un problème Blanquer?

Les enseignants observent une dégradation sans précédent de l'école publique depuis la prise de fonction du ministre.

273 newsletters, 388 articles, 13 ans... C'est le moment de faire une grosse pause

273 newsletters, 388 articles, 13 ans... C'est le moment de faire une grosse pause

Ensemble, on a discuté violences sexuelles, féminicides, noms de famille des femmes, écologie, scientologie, généalogie, Houellebecq, Buffy, David Foster Wallace et j'en passe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio