Politique / Monde

Comment la Russie défie la France en Afrique

Temps de lecture : 8 min

Après avoir perdu son influence en Afrique dans les années 1990, le Kremlin est aujourd'hui en pleine opération séduction.

Vladimir Poutine, entouré de plusieurs dirigeants africains, lors d'un sommet Russie-Afrique, à Sotchi, le 24 octobre 2019. | Sergei Chirikov / POOL / AFP
Vladimir Poutine, entouré de plusieurs dirigeants africains, lors d'un sommet Russie-Afrique, à Sotchi, le 24 octobre 2019. | Sergei Chirikov / POOL / AFP

Le 23 octobre 2019, au bord de la mer Noire, dans la ville russe de Sotchi, Vladimir Poutine se retrouvait face à un parterre de dirigeants africains. Cette grand-messe était le premier sommet Russie-Afrique. L'occasion pour le président russe de vanter les relations historiques que son pays entretient avec plusieurs États africains.

«Nous voulons doubler d'ici 4 à 5 ans les échanges commerciaux entre la Russie et l'Afrique [évalués à 20 milliards de dollars par an en 2018, ndlr]», avait-il déclaré, promettant dans la foulée des effacements de dettes et des aides militaires. De quoi attirer l'attention des quarante-trois chefs d'État et de gouvernement africains présents.

Depuis cette rencontre, copiée sur le modèle des sommets Afrique-France, Chine-Afrique, Japon-Afrique, États-Unis-Afrique, ou encore Turquie-Afrique, les experts en géopolitique ont commenté à de nombreuses reprises ce qu'ils nomment désormais «le grand retour de la Russie en Afrique». Car, dans les années 1960-1970, en pleine période de guerre froide, l'Union soviétique était l'une des plus grandes puissances d'influence en Afrique. Une partie de l'élite du continent, qui évolue aujourd'hui dans les sphères du pouvoir, a d'ailleurs été formée en ex-URSS. Le Mali, qui adopta un régime socialiste au lendemain de son indépendance, symbolise bien cette emprise d'antan.

À la suite de l'éclatement de l'URSS, l'influence russe s'est considérablement réduite. Mais, depuis une dizaine d'années, Vladimir Poutine a de nouveau le regard tourné vers le continent. L'objectif est double: reconquérir ses anciennes zones d'influence et aller bousculer d'autres puissances mondiales –notamment la France– dans leur pré carré africain.

Le cas centrafricain

Pour évoquer le grand retour de la Russie sur le continent, les experts prennent surtout l'exemple de la Centrafrique. Il y a encore six ans, qui aurait imaginé des forces spéciales russes débarquer à Bangui pour assurer la garde rapprochée du président centrafricain?

Ce pays d'Afrique centrale, qui fut longtemps chasse gardée de la France, s'est retrouvée sous la coupole du Kremlin en un temps record. En 2013, sous la présidence de François Hollande, l'Hexagone était pourtant intervenu dans le pays, au moment où les combats faisaient rage entre les groupes rebelles Seleka et les anti-balaka après le renversement de l' ex-président François Bozizé.

Comment expliquer cette inclusion russe dans un pays si longtemps acquis à la France? Pour Antoine Glaser, journaliste et spécialiste de l'Afrique, l'explication est simple. «En Afrique, la Russie fait de l'opportunisme. Elle sait profiter des situations. En cela, la Centrafrique est un cas d'école. Quand la France décide de mettre fin à l'opération Sangaris, les Russes qui étaient déjà présents au Soudan voisin en profitent pour négocier avec les Centrafricains.»

Selon plusieurs spécialistes, il n'y a aucun doute: le groupe mercenaire Wagner, c'est la Russie.

Au même moment, le pays africain est soumis à un embargo de l'ONU sur les armes qui réduit la capacité du gouvernement à équiper ses soldats. C'est dans ce contexte que les négociations avec les Russes aboutissent au déploiement, dès 2016, de paramilitaires pour épauler les forces centrafricaines dans la guerre contre les groupes armés. Cette présence de mercenaires russes en Centrafrique restera pendant plusieurs mois dissimulée. Ni le gouvernement centrafricain, ni la Russie ne communiquera sur le sujet. Il faudra attendre 2018 pour voir les deux pays signer officiellement un accord de coopération militaire. Quelques centaines de soldats russes seraient alors déployés en Centrafrique –le gouvernement de Poutine a toujours clamé qu'il ne s'agissait que de simples instructeurs et non de troupes combattantes.

Quant aux paramilitaires russes, le Kremlin jure n'avoir aucun lien avec eux. Selon plusieurs spécialistes, il n'y a aucun doute: le groupe mercenaire Wagner, c'est la Russie. Et le financier de l'organisation, un certain Evgueni Prigojine, se trouve être un proche de Vladimir Poutine.

La société militaire privée a déjà fait parler d'elle en Syrie, en Ukraine et en Libye. C'est en enquêtant sur la présence du groupe en Centrafrique que trois journalistes russes avaient été assassinés en 2018 dans des conditions qui restent encore mystérieuses.

En Centrafrique, les experts de l'ONU désignent Valery Zakharov comme étant le commandant en chef de ces paramilitaires. L'homme est aussi le conseiller à la sécurité du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra. Dans une autre vie, Valery Zakharov a été membre du service intérieur de sécurité russe, le FSB, que Vladimir Poutine a dirigé sous le mandat de Boris Eltsine.

La haine anti-française nourrie par la Russie?

Cette arrivée des Russes dans la garde rapprochée du président centrafricain a signé de facto la fin de la relation exclusive que la France entretenait avec la Centrafrique depuis son indépendance en 1958, suscitant des tensions diplomatiques inédites entre Paris et Bangui.

Féru de Twitter –avant qu'il ne suspende son compte il y a quelques mois–, Valery Zakharov n'hésitait pas à s'attaquer publiquement à la France et à ainsi nourrir ce qui est nommé aujourd'hui «la haine anti-française en Afrique».

«L'arrivée des Russes s'est en effet accompagnée d'une campagne anti-française orchestrée de manière assez violente. On ne dénonçait pas seulement la politique de Paris mais on en appelait à s'en prendre aux Français sur place», constate Roland Marchal, professeur à Sciences Po Paris.

Déboussolée par la montée en puissance de la Russie en Centrafrique, la France a tenté de montrer les muscles: Paris a annoncé suspendre, en juin, sa coopération militaire avec le pays africain et geler l'aide budgétaire au gouvernement du président Touadér, qu'Emmanuel Macron a qualifié d'«otage des mercenaires» qui cautionnerait la campagne anti-française orchestrée par les Russes.

Une bataille d'influence sur les réseaux sociaux

Au-delà de la Centrafrique, c'est dans toute l'Afrique francophone que la Russie, via ses différents réseaux, compte défier la France, se présentant comme celui qui aide et ne juge pas, versus la puissance coloniale et impérialiste.

En décembre 2020, Facebook avait exoposé au grand jour la guerre d'influence et de désinformation qui se jouait en ligne entre Paris et Moscou. Le réseau social révélait avoir suspendu des centaines de faux comptes pilotés depuis la Russie et la France. Les comptes pro-Russes dénigraient l'action de la France en Afrique, tandis que les pro-Français louaient la réussite de l'opération Barkhane dans le Sahel.

«C'est la première fois que notre équipe a constaté que deux campagnes –de France et de Russie– interagissaient activement l'une envers l'autre, notamment en se liant d'amitié, en commentant, et en accusant la partie adverse d'être fausse», expliquait l'équipe de Facebook.

«Le but premier de la présence russe en Afrique, c'est de faire de l'argent. La France n'est pas la cible principale.»
Antoine Glaser, journaliste

L'un des réseaux de désinformation aurait eu des liens avec l'armée française –ce qui n'a jamais été confirmé par le ministère des Armées. Selon Facebook, «contrairement à l'opération menée par la France, les deux réseaux liés à la Russie s'appuyaient sur des ressortissants locaux dans les pays qu'ils ciblaient pour générer du contenu et gérer leur activité en ligne. Cela correspond à des cas que nous avons exposés par le passé, notamment au Ghana et aux États-Unis, où nous avons vu les campagnes russes coopter des voix locales pour se joindre à leurs opérations d'influence, probablement pour éviter la détection et paraître plus authentique. Malgré ces efforts, notre enquête a permis d'identifier certains liens entre ces deux campagnes russes».

Ces campagnes anti-françaises en ligne sont-elles commandées directement par le gouvernement russe? «L'ordre ne vient pas forcément du Kremlin», répond d'emblée Kevin Limonier, maître de conférences en géographie et en études slaves à l'Institut Français de géopolitique (Université Paris 8). «Il y a ceux que j'appelle des entrepreneurs d'influence qui accompagnent ce grand retour de la Russie en Afrique. Certains ont des liens directs avérés avec le Kremlin comme le président du groupe paramilitaire Wagner. Par contre, d'autres sont des électrons libres. Certains devancent même le pouvoir ou suscitent le pouvoir russe à agir dans un pays donné au nom de leurs propres intérêts.» Le journaliste Antoine Glaser abonde dans le même sens: «Le but premier de la présence russe en Afrique, c'est de faire de l'argent. La France n'est pas la cible principale. Mais c'est facile de jouer sur l'anti-France.»

Le Sahel, nouveau terrain de chasse de la Russie

Intérêt financier ou stratégie géopolitique du pouvoir russe? En tout cas, après la conquête de la Centrafrique, les entrepreneurs d'influence de la Russie ont mis le cap sur les pays du Sahel, s'appuyant sur des acteurs locaux nostalgiques de l'URSS et admirateurs de Vladimir Poutine. Au moment où la France réorganise l'opération Barkhane et réduit ses troupes, notamment au Mali, en remettant les clés de quelques-unes de ses bases aux forces locales, les partisans d'une intervention russe jubilent et clament que «l'heure de la Russie au Mali et au Sahel a sonné». Au cri de «France dégage et vive la Russie» lors de meetings dans la capitale malienne, les partisans de «la plateforme intervention Russie» sont convaincus que le pays est une grande puissance militaire, supérieure à la France, et qu'elle saura vaincre les djihadistes en un temps record, là où l'Hexagone a échoué.

De nombreux experts en sécurité mettent en garde: il serait naïf de croire que la Russie pourrait sauver le Sahel. «L'économie russe est exsangue. On le voit en Syrie où la guerre leur coûte très cher. C'est pourquoi ils font appel à des mercenaires, le coût est moindre, et ces groupes s'auto-financent. En Syrie, ce financement se fait via des parts dans le pétrole. En Centrafrique, via les exploitations minières», explique le géopolitologue Kevin Limonier.

À défaut d'une intervention officielle et directe, c'est ce modèle d'intervention que le Kremlin semble vouloir mettre en place au Mali. Depuis septembre 2021, le bruit court que la junte au pouvoir et le groupe Wagner sont en discussion pour le déploiement de mercenaires russes. Tout en reconnaissant que des prises de contact ont eu lieu, le gouvernement malien assure que rien n'a encore été acté. Mais le sujet est pris très au sérieux par Paris qui a menacé à plusieurs reprises de se retirer du Mali si l'accord venait à être signé.

Pas de quoi faire reculer Wagner. Au contraire. Selon plusieurs sources, la société mobilise tous les réseaux possibles pour faire aboutir la signature d'un accord avec les autorités maliennes de transition. Hasard des choses ou calcul, le ministre de la Défense, le colonel Sadio Camara, considéré comme le véritable homme fort du pouvoir militaire au Mali, est rentré de Russie, où il était en formation, peu de temps avant le coup d'État d'août 2020. Le Premier ministre de transition, Choguel Kokalla Maïga, est tout aussi russophile et russophone, il fut élève dans les années 1980 de l'Institut de télécommunications de Moscou. Deux poids de la galaxie pro-russe qui donnent un atout de taille à Wagner pour négocier son implantation au Mali.

Via des comptes de propagande récemment créés sur les réseaux sociaux, le groupe prépare déjà sa venue au Mali. Il s'appuie aussi sur des influenceurs maliens de renom, sur Twitter et Facebook, qui relaient ses informations et appellent au déploiement rapide des paramilitaires russes. Pour le journaliste Louis Keumayou, président du Club de l'Information Africaine, cette percée de la Russie s'explique avant tout par «l'affaiblissement de la France dans son pré carré [...] Oui, la Russie est en train de gagner du terrain. Il y a une opinion au sein des anciennes colonies françaises: il faudrait mettre un terme à la Françafrique. Une alternative aujourd'hui se présente et peut être considérée comme sérieuse, c'est la Russie».

Mais Vladimir Poutine a-t-il les moyens de sa politique de grand retour en Afrique? Sur cette question, Louis Keumayou a une réponse tout aussi tranchée. «La Russie pour le moment n'a pas grand-chose à mettre sur la table au niveau financier. Et ça compte quand même d'être un grand partenaire économique. La plupart des pays africains, même quand leur opinion publique n'est pas favorable à la France, ont une balance commerciale qui est largement déficitaire vis-à-vis de la France.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Pour le journaliste, cela fait de la France, «le principal bailleur de fonds, et le principal avocat et défenseur de ces pays-là devant les institutions financières internationales. Ça, c'est un avantage que la Russie n'aura pas. Par contre, elle a aussi un gros avantage, c'est qu'aujourd'hui, l'image de la France, sa parole, sont plus que jamais dégradées, et dévaluées en Afrique».

Newsletters

Le coup de l'émotion

Le coup de l'émotion

[Épisode 9] Alors que Ghislain veut rendre son poste plus lucratif et développer les partenariats avec le secteur privé, Najwa, elle, espère limiter au maximum les entorses à son intégrité professionnelle.

La semaine imaginaire de Jean-Michel Blanquer, le re-retour

La semaine imaginaire de Jean-Michel Blanquer, le re-retour

Mwallez on s'accrocheeee!

La présidentielle française s'invite dans l'hémicycle européen

La présidentielle française s'invite dans l'hémicycle européen

Alors qu'il inaugurait sa présidence tournante du Conseil de l'Union européenne, Emmanuel Macron a été vivement critiqué, à Strasbourg, par des eurodéputés de l'opposition.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio