Société / Monde

Existe-t-il une identité nationale russe?

Temps de lecture : 8 min

Le pays compte en son sein de nombreuses minorités, qui tentent de trouver leur place dans un ensemble dominé par les Russes ethniques.

Vladimir Poutine salue les représentants des nombreuses confessions religieuses présentes en Russie, sur la place Rouge à Moscou, le 4 novembre 2019, jour de l'Unité nationale. | Evgenia Novozhenina / AFP
Vladimir Poutine salue les représentants des nombreuses confessions religieuses présentes en Russie, sur la place Rouge à Moscou, le 4 novembre 2019, jour de l'Unité nationale. | Evgenia Novozhenina / AFP

Ce mois de décembre marque le trentième anniversaire d'un événement d'envergure mondiale: la dislocation de l'URSS. Parmi les quinze États qui en sont issus, la Fédération de Russie reste à bien des égards une exception, au-delà de sa superficie, de son poids démographique ou de son influence politique dans la région. En effet, sa trajectoire sociopolitique unique distingue également la Russie des autres ex-républiques soviétiques.

Existe-t-il une identité nationale russe? Les politiques mises en œuvre depuis trente ans n'ont pas permis d'apporter de réponse claire à cette question –particulièrement complexe dans ce pays d'une grande diversité ethnique et culturelle, et cultivant un rapport pour le moins ambigu au passé soviétique et impérial.

Un passé soviétique toujours présent

Contrairement à l'Ukraine voisine, le passé soviétique continue de fournir un ancrage identitaire fort à l'État russe. Tout comme la Biélorussie avec laquelle elle poursuit depuis vingt ans l'édification d'un «État d'union», la Russie n'a pas glorifié la sortie de la période soviétique en tant que mythe de fondation ou de renaissance nationale.

La Grande Victoire du 9 mai 1945 y est commémorée comme le principal évènement rassembleur, qui tient lieu de fête nationale, bien plus que la journée de la Russie, célébrée depuis 1992 en mémoire de l'adoption de la déclaration de souveraineté de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR) le 12 juin 1990, ou la journée de l'Unité nationale (ou populaire). Cette dernière est célébrée le 4 novembre depuis 2005 pour commémorer la libération en 1612, par les milices populaires, de Moscou occupée par des troupes polonaises, et la fin du Temps des troubles avec l'élection ultérieure du premier tsar de la dynastie des Romanov.

Les dirigeants actuels de la Russie, nés dans les années 1950 et 1960, ont progressivement élevé la mémoire de la période soviétique tardive –les années Brejnev (1964-1982)– au rang d'idéal normatif, celui de la «bonne» Union soviétique [khorochiï Sovetskiï Soïouz]. Pour le politologue Vladimir Gelman, il s'agit d'une image embellie du système soviétique dépourvu de ses défauts inhérents, comme les pénuries ou la violation systémique des libertés civiles. En invoquant la nostalgie de cet «âge d'or» soviétique, Vladimir Poutine et son entourage ne cessent de qualifier l'effondrement de l'URSS de «tragédie» et de «catastrophe».

Plus encore, l'Union soviétique symbolise, aux yeux des autorités russes, la puissance géopolitique d'antan que Moscou exerça sur une partie du monde de l'après-Seconde Guerre mondiale. Des références publiques à l'URSS permettent ainsi à la Russie contemporaine de justifier ses ambitions actuelles, tout en préservant son aura de grande puissance, attestée notamment par le statut de membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU. Cet état d'esprit, porté par le Kremlin depuis des années, fut consacré sur le plan juridique à l'occasion de la révision de la Constitution russe, en 2020, son article 67.1 stipulant désormais que la Fédération de Russie est l'«héritière», ou le «successeur en droit» [pravopreemnik], de l'Union soviétique.

La fin d'un Empire?

Contrairement aux récits historiques mis en œuvre par les autres pays postsoviétiques, la nouvelle Russie entretient un rapport ambigu à son histoire impériale. Trente ans après la chute de l'URSS et plus d'un siècle après celle de l'Empire des Romanov, la question «où s'arrête l'empire et où commence la nation?» demeure sans réponse définitive dans les débats russes. Les dirigeants de la Russie postsoviétique ont favorisé la promotion d'une lecture continuiste de l'histoire nationale, qui relie l'époque contemporaine au tsarisme et au communisme au nom du maintien d'un État fort et pérenne dans un vaste espace eurasien.

Il n'en est pas moins vrai que, même aujourd'hui, la Russie constitue un État de la taille d'un empire, quoique «diminué», qui englobe des régions autrefois réunies par conquête ou par consentement plus ou moins volontaire. Ces régions, ayant bénéficié du statut de territoires autonomes aux débuts de l'époque soviétique et appelées depuis «républiques» [respoubliki], sont des foyers à forte concentration de communautés ethniques avec leurs langues, leurs cultures et leurs mœurs, différentes de celles de la majorité ethnique du pays. Les relations entre les chefs locaux et le Kremlin évoquent le système de gouvernement impérial plutôt que fédéral, dans la mesure où l'exercice du pouvoir sans partage par ces chefs est conditionné par la déclaration d'une loyauté pleine et entière, sinon de la soumission, vis-à-vis du chef suprême: Vladimir Poutine.

On a vu la peur d'une dislocation de l'État s'estomper au fil des années.

Le maintien de cet espace mosaïque, qualifié par le président d' «acte héroïque» [podvig] des Russes, représente une importante source de légitimité pour le régime politique en place. C'est au moment de la «deuxième guerre de Tchétchénie» que Poutine, fraîchement nommé Premier ministre avant de succéder à Boris Eltsine à la tête de l'État, jette les bases de son image d'homme fort capable d'endiguer la menace séparatiste et de garantir l'ordre et la sécurité pour tous. Par la suite, les dérives autoritaires du régime sont justifiées par cette stabilisation, dont l'un des objectifs serait d'éviter une nouvelle phase de désintégration du pays.

Toutefois, on a vu cette peur d'une dislocation de l'État s'estomper au fil des années, l'intégrité territoriale du pays «coûte que coûte» étant progressivement devenue sujet à controverse. Songeons au slogan «Arrêtons de nourrir le Caucase», lancé par des nationalistes russes au début des années 2010 et soutenu par l'opposant Alexeï Navalny pour protester contre les transferts budgétaires, jugés disproportionnés, que reçoivent les républiques musulmanes du Nord-Caucase. Un autre exemple, plus récent: le vif échange entre Vladimir Poutine et le cinéaste Alexandre Sokourov, membre du Conseil présidentiel russe pour les droits humains, qui a proposé de «laisser partir» les territoires «ne souhaitant plus vivre avec nous dans le même État» et selon les mêmes lois fédérales. Dans sa réponse, le président russe a mis en garde contre la reproduction du «scénario yougoslave» en Russie, faisant référence aux guerres ethniques qui se sont déroulées sur le territoire de l'ex-Yougoslavie dans les années 1990.

Une diversité intrinsèque

Si la construction nationale en Russie reste profondément marquée par le passé impérial du pays, les autorités cherchent à mobiliser des valeurs censées rassembler le plus grand nombre. Ce sont les valeurs patriotiques et conservatrices, ou «traditionnelles», promues par l'État et les acteurs paraétatiques, dont l'opposition parlementaire loyale au Kremlin, l'Église orthodoxe russe ou les autorités spirituelles musulmanes. Ce supposé consensus conservateur n'est pourtant pas la baguette magique qui permettrait d'outrepasser les divisions internes.

L'une d'elles est symbolisée par un écart persistant entre ethnos et demos, la communauté ethnoculturelle et la communauté de citoyens. Cette distinction est d'abord terminologique: ce qui est «russe» [rousskiï, l'adjectif relatif à la langue, à la culture et à l'ethnicité] n'est pas égal à ce qui est «de Russie» [rossiïskiï, l'adjectif relatif à l'État et au domaine public]. Mais elle reflète aussi une réalité tangible: sur près de 146 millions d'habitants du pays, trente millions environ appartiennent à des groupes ethniques (ou «nationalités») minoritaires. Une bonne partie de ces groupes se désignent comme des nations et peuvent, à certains égards, être décrits comme tels.

La diversité intrinsèque au contexte russe s'exprime également sur le plan religieux. Aux côtés d'une grande majorité de citoyens –jusqu'à 70%, soit cent millions de personnes– se déclarant comme chrétiens orthodoxes (bien qu'il s'agisse d'une identification culturelle plutôt que religieuse), 20 millions d'habitants de la Russie sont de culture ou de religion musulmane. La proportion de ces populations musulmanes est d'ailleurs susceptible de s'accroître dans les prochaines décennies, en raison des tendances démographiques et du facteur migratoire, ce qui aura des conséquences majeures sur les débats identitaires dans le pays.

La promotion de l'appartenance à une communauté des citoyens de Russie pourrait permettre de transcender ces différences ethnoculturelles. Or, en pratique, elle se heurte à la persistance d'une xénophobie «diffuse» qui vise les minorités dites visibles et couramment appelées «personnes d'apparence non slave».

Cette xénophobie n'épargne pas les citoyens de Russie ethniquement non russes, dont les représentants font systématiquement l'objet de stigmatisation et de discrimination. Les minorités, qu'elles soient autochtones ou issues de l'immigration récente (par exemple, des pays d'Asie centrale), sont les cibles d'émeutes ethniques ou raciales, comme ce fut le cas à Kondopoga, en Carélie, en 2006, ou à Biriouliovo, banlieue du sud-ouest de Moscou, en 2013.

Il est par ailleurs difficile de parler d'une communauté nationale qui adhère consciemment à l'État et à ses lois, pour reprendre la définition classique de la nation proposée par Marcel Mauss, dans un contexte où de nombreux Russes accordent une faible confiance aux institutions publiques. Ainsi, plus de 50% des interrogés ne font pas confiance à la police, aux pouvoirs régionaux et locaux, tandis que le taux de méfiance envers le gouvernement, le Parlement et les partis politiques dépasse, lui, les 60%.

Les choix ambigus des autorités russes

Ces dynamiques discordantes trouvent un écho dans l'ambiguïté des stratégies adoptées par les autorités russes pour y faire face.

D'abord, les autorités russes condamnent publiquement toute expression de xénophobie, mais contribuent en pratique à la légitimation des attitudes xénophobes via l'usage de notions comme «criminalité ethnique» ou le déploiement d'un discours anti-immigration. Par exemple, le maire de Moscou Sergueï Sobianine considère la «criminalité ethnique» comme «l'un des principaux problèmes» de la capitale russe et souhaite remplacer des travailleurs migrants sur les chantiers par des gens «d'une qualité supérieure», c'est-à-dire des citoyens de Russie issus des régions avoisinantes de Moscou.

Toutefois, depuis le début des années 2010, les autorités russes ont réprimé les groupuscules ultranationalistes et cherchent, dans le nouveau contexte géopolitique marqué par une confrontation aiguë entre la Russie et l'Occident, à canaliser la haine éprouvée par de nombreux habitants à l'égard des migrants et des minorités ethniques pour la projeter sur les pays occidentaux. En effet, l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, a provoqué une baisse significative de la xénophobie interne, celle-ci ayant été partiellement redirigée vers les États-Unis et l'Ukraine.

La crise ukrainienne a mis un terme définitif à l'idée d'un éventuel projet d'intégration nationale entre
la Russie et l'Ukraine.

Ensuite, les dirigeants russes mettent systématiquement en valeur le discours sur la Russie en tant qu'État «pluriethnique et multiconfessionnel», en insistant sur l'égalité des citoyens d'appartenances ethniques ou religieuses diverses. Mais en même temps, aujourd'hui ils s'investissent davantage dans la promotion du terme rousskiï, et non rossiïskiï, dans l'objectif de renforcer leur politique d'influence vis-à-vis de la diaspora russe dans l'espace de l'ex-URSS, et au-delà. La décision de Vladimir Poutine de mettre fin à l'apprentissage obligatoire des langues minoritaires dans les écoles publiques situées sur le territoire des républiques autonomes contredit ce discours officiel et sème les germes de conflits futurs.

Enfin, la crise ukrainienne, dont l'issue reste indéterminée, a mis un terme définitif à l'idée d'un éventuel projet d'intégration nationale entre la Russie et l'Ukraine. La seconde s'émancipe de la première, que ce soit sur un plan politique, économique, culturel ou même spirituel –avec la création de l'Église orthodoxe d'Ukraine, en décembre 2018, rattachée au Patriarcat de Constantinople. Cette séparation de deux pays historiquement et culturellement proches pourrait donner un nouvel élan à la construction nationale en Russie, comme c'est déjà le cas en Ukraine. Cependant, depuis l'annexion de la Crimée, la Fédération de Russie se retrouve dans la situation d'un État dont les frontières sont, et resteront, contestées depuis l'extérieur du pays.

Aussi peut-on remarquer que, trente ans après la fin de l'URSS, les structures identitaires de la société russe demeurent indéfinies, et les obstacles à la consolidation nationale encore nombreux.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Newsletters

Pourquoi tant de vélos finissent-ils au fond de l'eau?

Pourquoi tant de vélos finissent-ils au fond de l'eau?

Accidents ou vandalisme: les fleuves deviennent des cimetières aquatiques pour bicyclettes.

Chaleur et libido, un cocktail trop hot

Chaleur et libido, un cocktail trop hot

Pas toujours évident de s'amuser par plus de 40 degrés... Mais ce serait tout de même dommage de s'en passer. 

L'acné adulte existe aussi et la plupart des gens ne savent pas quoi faire

L'acné adulte existe aussi et la plupart des gens ne savent pas quoi faire

On associe souvent l’acné aux poussées d’hormones adolescentes mais que se passe-t-il à l’âge adulte? 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio