Sciences

Les microbes évoluent et se nourrissent de plastique

Temps de lecture : 2 min

L'étude sur le sujet fournit la preuve que la pollution plastique a un effet mesurable sur les organismes.

Depuis les 70 dernières années, la production de plastique est passée de 2 millions à 380 millions de tonnes par an. | DS_30 via Pixabay
Depuis les 70 dernières années, la production de plastique est passée de 2 millions à 380 millions de tonnes par an. | DS_30 via Pixabay

Les microbes, beaucoup s'en méfient, mais il se pourrait qu'ils soient de bons alliés du changement climatique. Alors que le plastique pollue partout, des profondeurs océaniques jusqu'au sommet de l'Everest, les microbes pourraient contribuer à les désintégrer en les mangeant. Une étude, réalisée par une équipe de scientifiques de l'École polytechnique Chalmers en Suède, montre que les humains produisent tellement de plastiques polluants que les bactéries ont fini par évoluer et créer des enzymes capables de désintégrer le plastique.

L'équipe chargée de l'étude a d'abord compilé des données sur quatre-vingt-quinze enzymes qui étaient déjà connues pour dégrader le plastique –des protéines, dotées de propriétés catalytiques, souvent présentes dans les bactéries trouvées dans les décharges et d'autres endroits regorgeant de plastique.

Ensuite, des enzymes similaires ont été recherchées dans des échantillons d'ADN environnementaux prélevés par d'autres équipes dans 236 endroits différents du globe. Les résultats sont surprenants: 12.000 enzymes ont été trouvées dans des échantillons océaniques, prélevés à 67 endroits différents et à trois profondeurs différentes et 18.000 enzymes ont été identifiés dans les échantillons de sol prélevés sur 169 sites de 38 pays et 11 habitats différents. 60% des enzymes détectées n'avaient jamais été identifiées à ce jour, ce qui suggère que ces molécules capables de dégrader le plastique sont apparues avec le temps.

Bonne ou mauvaise nouvelle?

Mais cette découverte confirme le problème des trop grandes quantités de plastique dans l'environnement. «Nous ne nous attendions pas à trouver un si grand nombre d'enzymes dans autant de microbes et d'habitats environnementaux différents. C'est une découverte inquiétante qui illustre bien l'ampleur du problème», explique Jan Zrimec, chercheur à Chalmers et auteur de l'étude. Depuis les 70 dernières années, la production de plastique est passée de 2 millions à 380 millions de tonnes par an. Cette pollution a conduit l'environnement à réagir «aux pressions que nous imposons», ajoute Aleksej Zelezniak, lui aussi chercheur à Chalmers et auteur de l'étude.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Ces nouveaux enzymes seront néanmoins analysées de près afin d'étudier «leurs propriétés et le taux de dégradation plastique qu'ils peuvent atteindre», a déclaré Aleksej Zelezniak. Selon lui, il sera probablement possible de concevoir des communautés microbiennes chargées de dévorer un certain type de plastique. Un premier insecte mangeur de plastique a été découvert en 2016 au Japon dans une décharge. Après modifications, les enzymes de cet insecte ont vu leur vitesse de dégradation être multipliée par six.

Newsletters

La science peut vous aider à mieux vous souvenir du prénom des gens

La science peut vous aider à mieux vous souvenir du prénom des gens

La clef pour ne plus se tromper à la machine à café.

La solitude et les ruptures nuisent davantage à la santé des hommes qu'à celle des femmes

La solitude et les ruptures nuisent davantage à la santé des hommes qu'à celle des femmes

Plus de deux désunions et sept ans de solitude au cours de leur vie adulte se traduisent par un niveau d'inflammation plus élevé.

Des squelettes médiévaux révèlent les inégalités sociales à Cambridge

Des squelettes médiévaux révèlent les inégalités sociales à Cambridge

En Angleterre, 314 squelettes ont été excavés et leur état en dit long sur les inégalités de l'époque.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio