Monde

La Miss Narco arrêtée à Buenos Aires

Temps de lecture : 2 min

missnarco
missnarco

Coupable ou innocente, les médias comme ses fans sur sa page Facebook s'interrogent. Après six mois de cavale, Angie Sanclemente Valencia, la «Miss Narco» colombienne, a été arrêtée mercredi à Buenos Aires, soupçonnée d'être liée à un trafic de cocaïne.

Selon le quotidien argentin Clarin, le top model est accusée d'avoir mis en place un réseau de «mules» –le plus souvent de jeunes et jolies filles– de Colombie vers l'Europe, via Cancun:

En décembre dernier, une fille de 21ans a été arrêtée en Ezeiza avec 55 kg de cocaïne et a signalé Sanclemente Valencia comme étant son contact dans la bande narco.

Surnommée Miss Narco pour avoir gagné le concours de «Reina del Café de Colombia» en 2000, Sanclemente Valencia vient d'être arrêtée dans une auberge de jeunesse de Buenos Aires, rapporte le journal péruvien El Comercio. Elle avait d'ailleurs changé d'aspect, devenue blonde et ayant pris quelques kg.

Si la «mannequin narco» clame toujours son innocence et se dit victime d'un complot, le récit de son histoire fait par les médias rappelle étrangement le mythe de la «Reina del Sur». Dans la nouvelle d'Arturo Perez-Reverte, la Mexicaine Teresa Mendoza, petite traficante de Sinaloa au Mexique, se convertit très vite en chef de réseau impitoyable à travers tout le pays puis à la frontière hispano-marocaine.

[Lire l'article sur Clarin ici, celui de El Mercurio ]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Angie Sanclemente Valencia lors de son arrestation, Marcos Brindicci/REUTERS

Newsletters

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

C'est le deuxième cas de la maladie dans le pays cette année, et le premier décès.

Au Ghana, porter plainte pour viol coûte minimum 2 mois de salaire

Au Ghana, porter plainte pour viol coûte minimum 2 mois de salaire

Le pays est loin de constituer une exception.

«Le Liban c'est la famille de la France»

«Le Liban c'est la famille de la France»

Pour témoigner de son soutien, Emmanuel Macron s'est rendu à la capitale à la suite de l'explosion dramatique qui l'a secouée. Il en faudra certainement davantage au peuple libanais pour se relever.

Newsletters