Sciences / Société

Pourquoi nous achetons les cadeaux de Noël à la dernière minute

Temps de lecture : 2 min

Votre cerveau a bien plus à voir dans ces achats tardifs que vous ne l'imaginez.

Les Galeries Lafayette le 17 novembre 2021 à Paris. | Julien De Rosa / AFP
Les Galeries Lafayette le 17 novembre 2021 à Paris. | Julien De Rosa / AFP

Le monde se divise en deux catégories: ceux qui planifient et achètent leurs cadeaux de Noël largement en avance, et ceux qui attendent le dernier moment pour le faire. Si vous lisez cet article, c'est que vous faites sûrement partie de la deuxième catégorie.

Fatigue de fin d'année, virus en liberté, finances mal en point... Les raisons pour ne pas se ruer sur les magasins à l'approche des fêtes sont nombreuses. Mais ne blâmez pas trop votre paresse hivernale, le vrai fautif n'est pas forcément celui auquel vous pensez. Selon des neuroscientifiques, votre cerveau a bien plus à voir dans ces achats de dernière minute que vous ne l'imaginez.

Réaliser des tâches répétitives et chronophages, comme faire le tour des magasins à la recherche des bons cadeaux, ne libérerait qu'une toute petite quantité de dopamine, cette substance chimique du cerveau impliquée dans la récompense et le plaisir. En revanche, lorsqu'on procrastine, qu'on repousse sans cesse l'échéance au maximum, de la dopamine est libérée en plus grande quantité. Pourquoi? Tout simplement parce qu'on a choisi de ne pas accomplir la tâche la moins agréable.

Comme l'explique Discover Magazine, notre cerveau serait ainsi conçu pour tergiverser jusqu'à l'ultime limite. Un phénomène d'autant plus important si vous être un procrastinateur aguerri. La sensation agréable de remettre à plus tard n'en serait alors que décuplée. Et les fêtes semblent être le moment idéal pour faire vos preuves sur le sujet.

Cerveau recherche plaisir

En cherchant des récompenses, notre cerveau essaye aussi de fuir les échecs. Faire des cadeaux, c'est en effet se rendre vulnérable. En offrant un présent, on risque de se tromper, de décevoir. Bref, on s'expose à vivre un échec douloureux, bien loin de la récompense que nous brandit au loin notre chère procrastination. Entre les deux, notre cerveau fait vite le choix.

Si les dessous de la procrastination et l'action cachée de notre cerveau sont bien à l'œuvre au fur et à mesure que le 24 décembre se rapproche dangereusement, d'autres facteurs entrent également en jeu.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Retarder l'échéance, c'est un moyen de faire un pied-de-nez à Noël et sa frénésie, peu attractive pour certains. Quand on prend peu de plaisir à acheter des cadeaux au milieu de foules bruyantes et stressées, attendre l'ultime moment pour entrer à son tour dans la danse semble être une tactique de survie à l'angoisse des fêtes.

Newsletters

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

Comme sur Mars il y a des milliards d'années, Hunga Tonga s'est formé en présence d'eau.

Et si votre œil révélait la date de votre mort?

Et si votre œil révélait la date de votre mort?

Une intelligence artificielle étudie l'association entre l'âge rétinien et la mortalité.

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

Une nouvelle étude montre que 60% des effets indésirables seraient dus à l'effet nocebo.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio