Société / Économie

Brève histoire des conteneurs et de leur crise 

Temps de lecture : 2 min

D'où viennent ces très grandes boîtes?

Le conteneur est apparu en 1956 aux États-Unis. | François Peyne via Unsplash 
Le conteneur est apparu en 1956 aux États-Unis. | François Peyne via Unsplash 

Les conteneurs, ces énormes blocs rectangulaires en métal peuvent contenir des tonnes de marchandises. Ils sont pratiques à empiler et s’adaptent aux dimensions des bateaux, trains et camions de transport de marchandises. Discrets malgré leur dimension, ils ont fait une entrée triomphale dans l’actualité à cause d’une crise mondiale du transport maritime provoquée par la pandémie. Mais, au fait, d’où viennent ces gigantesques boîtes de métal? Rebecca Heilweil a trouvé la réponse auprès de l’historien Marc Levinson, auteur d’un ouvrage sur l’histoire du transport maritime, pour le magazine Vox.

Le conteneur tel qu’on le connaît fait sa première apparition en 1956 aux États-Unis. Il est davantage utilisé pour les trajets intérieurs au pays avant de devenir international dix ans plus tard. Mais ce n’est que dans les années 80 que les entreprises prennent collectivement conscience de son intérêt et cela grâce à l’amélioration des moyens de communication.

Avant cette période, la plupart des produits étaient développés en entier à un endroit avant d'être exportés vers un autre. À la fin des années 80, les industriels comprennent qu’il est parfois plus intéressant financièrement de diviser la chaîne de production entre différents pays en fonction de leur spécialité.

L’intérêt de ces conteneurs se trouve dans leur standardisation mondiale, ils font tous la même taille (12 mètres de long) et ont les mêmes mécanismes d'accrochage. Le parcours du conteneur est lui aussi standardisé, sa place dans le bateau est calculée par un logiciel pour qu’il soit rangé le plus efficacement possible. Une fois arrivée à destination, le conteneur est déchargé puis rempli de nouveau pour repartir.

La crise des conteneurs

Avec la pandémie et la croissance de la consommation de produits affrétés, toute la filière du transport international est dépassée. Personne n'avait anticipé une si forte augmentation de la circulation des marchandises. Pour palier cela, davantage de conteneurs ont été mis en circulation et cela allonge les délais de traitement de chaque conteneur (chargement, déchargement, temps de navigation, etc.) qui effectue des trajets plus longs. Cela ralentit l'ensemble de la chaîne de transports.

De plus, le confinement global et l'arrêt net de certaines usines au printemps 2020 provoquent une dispersion des conteneurs à travers le monde. Quand l'activité reprend dans les usines chinoises, les conteneurs ne sont tout simplement pas au bon endroit. Une fois qu'ils reviennent aux usines de départ, le retard est déjà important et a toujours du mal à être résorbé à la fin de l'année 2021. Et chaque petit incident paralyse toute la chaîne comme le semi-naufrage de l'Ever Given au printemps 2021.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Aujourd’hui, l'offre de conteneurs étant inférieure à la demande, le coût du leur transport a été multiplié par quatre. Cela peut nuire aux plus petites entreprises qui n'ont pas la même force de négociation que les multi-nationales aux milliers de conteneurs par semaine.

Newsletters

Le culte de la confiance est-il un piège pour les femmes?

Le culte de la confiance est-il un piège pour les femmes?

Elles doivent être à la fois des mères confiantes et des travailleuses à plein temps qui s'affirment.

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

«Agitation politique», «lecture de romans»… Au XIXe siècle, on internait les femmes un peu trop émancipées

«Agitation politique», «lecture de romans»… Au XIXe siècle, on internait les femmes un peu trop émancipées

Dans son livre «Le Bal des folles», adapté en film, Victoria Mas évoque l'histoire des femmes placées de force à la Salpêtrière. Si les conditions d'internement en hôpital psychiatrique ne sont plus les mêmes aujourd’hui, des problèmes subsistent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio