Culture

«White Building» et «The Cloud in Her Room», jeunesses au-delà des ruines du souvenir

Temps de lecture : 5 min

Le film du Cambodgien Kavich Neang et celui de la Chinoise Zheng Lu Xinyuan offrent deux très belles réponses à la relation au passé et à l'inquiétude du présent, matérialisées par des lieux en mutation brutale.

Muzi (Jin Jing), visiteuse en réalité et en rêve du bâtiment où elle a grandi. | Norte Distribution
Muzi (Jin Jing), visiteuse en réalité et en rêve du bâtiment où elle a grandi. | Norte Distribution

Ce sont, l'un et l'autre, deux films passionnants. Ce qui les rapproche est aussi fascinant que ce qui les distingue. Ils viennent tous deux d'Asie –l'un du Cambodge, l'autre de Chine– et s'ils sortent ensemble ce 22 décembre, c'est surtout parce qu'il s'agit d'une «mauvaise date», réservée principalement aux petits films, notamment d'origines lointaines, qui n'ont pas pu être distribués à un moment plus propice. Dans leur cas, c'est singulièrement injuste.

L'un et l'autre sont centrés sur un bâtiment, bâtiment dont on verra la destruction à la fin de la projection. Ces destructions étrangement similaires sont accomplies par les énormes bulldozers armés de mâchoires et de piques d'acier qui semblent constituer la forme contemporaine la plus littérale des dragons massacreurs de toutes les légendes du monde.

Dans l'un et l'autre cas, l'immeuble est le territoire réel et la métaphore d'une histoire, d'un passé, collectif en ce qui concerne le film de Kavich Neang, personnel pour Zheng Lu Xinyuan.

Mais si White Building et The Cloud in Her Room sont des premiers longs métrages, témoins, parmi d'autres, de la vitalité cinématographique asiatique, et s'ils ont aussi en commun d'être interprétés par de jeunes acteurs non professionnels (ou pas encore), ils relèvent de partis pris stylistiques très différents.

Certes, on trouve chez le jeune Cambodgien comme chez la jeune Chinoise un art de la composition entre documentaire et fiction. Mais pas du tout dans les mêmes proportions, ni selon la même approche.

«White Building» de Kavich Neang

Dès le plan d'ouverture, long survol de l'immeuble de Phnom Penh qui donne son titre au film, le lieu s'impose comme personnage central du récit. Puisqu'il s'agit bien en effet d'un récit, l'histoire de Sanmang et de ses deux copains âgés comme lui de 20 ans, en quête d'un avenir dans un univers qui bouge vite, et sans eux.

Sanmang et ses parents habitent le White Building, qui fut dans les années 1960 une construction moderne, destinée aux cadres de l'administration culturelle à l'époque de Norodom Sihanouk. L'immeuble a vieilli, les parents (dont le père de Sanmang, atteint d'une maladie qu'il refuse de soigner) aussi. Le quartier est devenu mal famé, aux alentours se développent les projets de centres commerciaux et d'hôtels de luxe.

Décrépi et mal entretenu, cible des promoteurs, le White Building est un personnage central du film autant que son décor. | Les Films du Losange

Les trois jeunes gens ont formé un groupe de danse qui mêle tradition locale et hip-hop, et dès la séquence où ils répètent ensemble, sans musique, s'impose la grâce aérienne et rigoureuse d'un cinéaste qui sait voir la poésie dans le quotidien, et la richesse documentaire dans les péripéties de la fiction.

Tandis que se déploient ainsi les tribulations du trio, et les évolutions au sein de la famille alors que les habitants du White Building tentent de s'organiser pour résister à leur éviction programmée, Kavich Neang réussit un rare et heureux prodige de cinéma. Celui qui advient quand le scénario et le jeu des acteurs deviennent les délicats capteurs d'une multitude d'éléments de réalité sensibles, humoristiques, pathétiques, sensuels, rêveurs.

Sanmang (Chhun Piseth), singulier au sein du collectif des habitants. | Les Films du Losange

On songe aux premiers films de Pasolini, ou à certains films de Jia Zhangke (qu'on ne s'étonne pas de retrouver au générique), tandis que, de tentatives de drague à moto en concours de danse, et d'assemblée houleuse de locataires en rencontre avec les marginaux qui peuplent aussi le bâtiment, le film semble suivre un chemin décousu, mais en fait très solide et très expressif.

La gangrène de l'immeuble et celle qui détruit le corps du père également privé de son rôle de responsable de la communauté des habitants, ainsi que la dissolution des liens d'amitié entre trois jeunes gens sommés d'un devenir adulte selon des voies qu'ils n'ont pas choisies, sont les trois fils narratifs que tisse le scénario.

Mais au-delà de cette efficace construction, c'est surtout la finesse de l'attention aux détails, aux instants, aux petits gestes, aux atmosphères, aux lumières et aux sonorités, aux saveurs devinées, qui nourrit une émotion à la fois intense et complexe, où ne cessent de se recomposer les registres, du plus léger au plus grave.

«The Cloud in Her Room» de Zheng Lu Xinyuan

Le magnifique noir et blanc très contrasté du film semble le situer très loin du précédent film, du côté d'une recherche plastique à laquelle fera écho la construction en aplats narratifs, scènes à peine reliées entre elles même si elles concernent toutes Mizu, la jeune fille autour de laquelle The Cloud in Her Room se développe.

Et les séquences sans doute oniriques, parfois en négatif, participent du sentiment de voyager constamment entre réalité et imaginaire, présent et souvenirs, fantasmes et expériences.

Mais le film ne cesse de déjouer ces oppositions simplistes, pour s'ouvrir à une circulation où les affects comptent davantage que les repères factuels. L'invention visuelle des images (cadrages, inversion des noirs et des blancs, angles de prise de vue) de la part d'une cinéaste qui est aussi photographe –au cinéma Saint-André-des-Arts, où le film est projeté, est également présentée une petite exposition de ses photos– contribue avec vigueur à cette heureuse déstabilisation.

Dans la ville à la fois réelle et rêvée de Hangzhou, entre Mizu et sa mère qui vit avec un amant japonais, son beau soupirant qu'elle tient à distance par peur de s'attacher et l'homme plus âgé qui l'attire mais qui maintient un écart, se met en mouvement une série de tensions, d'attractions, de crises, de moments de douceur et d'attention.

Un monde aux limites de l'imaginaire et du quotidien. | Norte Distribution

La splendeur mélancolique des images et le côté hypnotique du montage participent de la sensualité du film tout entier, dont la composante explicitement érotique, autour du corps de la jeune femme et de son désir, est un des éléments, à la fois important et jamais dominant.

D'autres protagonistes –le père de Mizu, sa demi-sœur– mais surtout cet appartement où elle a passé une époque de sa vie désormais révolue, son enfance mais aussi le temps où ses parents vivaient ensemble, composent un univers aux formes mouvantes, constamment palpitantes d'une vie qui parait toujours attendre de pouvoir enfin s'accomplir.

Muzi et Yu Feng (Chen Zhou), qui l'aime un peu trop peut-être... | Norte Distribution

Les rues de la ville, les parcs, le bord d'un des lacs qui font la célébrité de celle qui fut naguère désignée comme la plus belle ville de Chine, désormais en pleine mutation urbaine, un cimetière dans la montagne, une autoroute déserte multiplient les espaces à la fois réalistes et chargés de résonances intimes, proches du fantastique.

Grâce aussi à l'étonnante présence de la jeune interprète principale, Jin Jing, mais également à la capacité de Zheng Lu Xinyuan de filmer chacune et chacun, même en mauvais état physique ou émotionnel, avec une égale affection, le film ne cesse d'imposer sa force douce, de susciter des échos dont on peut se douter qu'ils renvoient à l'expérience de la cinéaste, mais qui peuvent résonner pour tous.

White Building

de Kavich Neang

Avec Chhun Piseth, Sithan Hout, Sokha Uk, Chinnaro Soem, Sovann Tho

Séances

Durée: 1h30

Sortie: 22 décembre 2021

The Cloud in Her Room

de Zheng Lu Xinyuan

Avec Jin Jing, Chen Zhou, Liang Cuishan, Dong Kanming

Séances

Durée: 1h41

Sortie: 22 décembre 2021

Newsletters

Deux épouses mortes, un rockeur blanchi: Jerry Lee Lewis est-il si innocent?

Deux épouses mortes, un rockeur blanchi: Jerry Lee Lewis est-il si innocent?

Mythe du rock'n'roll, Lewis est avant tout un homme d'une violence terrible. En 1983, sa quatrième femme, Shawn Michelle Lewis, est retrouvée morte à leur domicile. Un décès mystérieux, une enquête bâclée, et des soupçons qui pèsent fortement sur celui que tout le monde surnomme The Killer.

Comment écrire un roman quand on n'a pas d'histoire à raconter?

Comment écrire un roman quand on n'a pas d'histoire à raconter?

Un scénariste et romancier répond.

L'organisation du Super Bowl demande aux danseurs et danseuses de travailler gratuitement

L'organisation du Super Bowl demande aux danseurs et danseuses de travailler gratuitement

De l'exploitation en bonne et due forme, qui concerne avant tout les artistes afro-américains.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio