Sciences

Non, les neurochirurgiens et les ingénieurs de l'aérospatiale ne sont pas plus intelligents que nous

Temps de lecture : 2 min

Du moins, pas en moyenne, mais chaque discipline a son domaine d'excellence cognitive.

Plus de 300 ingénieurs aérospatiaux et 72 neurochirurgiens ont été testés à l'aide du Great British Intelligence Test. | JC Gellidon via Unsplash
Plus de 300 ingénieurs aérospatiaux et 72 neurochirurgiens ont été testés à l'aide du Great British Intelligence Test. | JC Gellidon via Unsplash

Comme tous les ans, la très sérieuse revue médicale BMJ publie un numéro spécial Noël dont le maître-mot est «l'originalité»: «Nous ne voulons rien publier qui ressemble à ce que nous avons déjà publié, précise son comité éditorial. Si les sujets légers et satiriques sont les bienvenus, nous ne publions pas de parodies, de canulars ou d'études fabriquées de toute pièce.»

C'est dans ce contexte qu'une équipe de neuroscientifiques, dirigée par Inga Usher de l'hôpital national de neurochirurgie et de neurologie de Londres, a décidé de mettre la langue anglaise à l'épreuve des faits. Le but, vérifier si les expressions «It's not rocket science» et «It's not brain surgery» –soit, littéralement «ce n'est pas de l'ingénierie aérospatiale» et «ce n'est pas de la neurochirurgie», que le français, prouvant une nouvelle fois son romantisme, traduit en «ce n'est pas sorcier»– avait une quelconque réalité empirique.

Six aspects cognitifs

Pour ce faire, ils ont tout simplement soumis une palanquée de neurochirurgiens et d'ingénieurs de l'aérospatiale (72 pour les uns et 329 pour les autres) à des tests d'intelligence et ont comparé leurs résultats à ceux de 18.257 anglais comme vous et moi (pour peu, bien sûr, que vous ne fassiez pas profession de découpe de cervelles ou de construction de fusées).

Tous les participants allaient devoir passer, en ligne, un test dûment validé mesurant six aspects cognitifs (ou domaines) distincts, dont la planification, le raisonnement, la mémoire de travail, l'attention ou encore le traitement des émotions. Pour obtenir les conclusions les plus objectives possibles, des facteurs connus pour biaiser de tels résultats –le genre, le fait d'être gaucher ou droitier, le nombre d'années d'expérience dans son domaine de spécialité– ont été pris en compte dans l'analyse finale.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

D'où il ressort que, non, les neurochirurgiens et les ingénieurs de l'aérospatiale ne sont pas significativement plus intelligents –en moyenne– que le commun des mortels. En revanche, chaque discipline a son champ d'excellence, les ingénieurs étant des cadors pour tout ce qui touche à la rotation mentale, là où les neurochirurgiens savent résoudre des problèmes sémantiques comme pas deux, tout en étant un peu plus lents sur le plan de la mémoire.

Newsletters

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Selon une nouvelle étude impliquant près de 1.800 participants, un manque de sommeil aigu à l'âge adulte participerait au développement de troubles de la concentration et de la mémoire.

On va construire sur la Lune et sur Mars (avec la poussière trouvée sur place)

On va construire sur la Lune et sur Mars (avec la poussière trouvée sur place)

Quant au sang et à l'urine des astronautes, ils pourraient permettre de fabriquer du ciment.

Pourquoi l'accouchement est plus difficile chez les humains que chez les grands singes

Pourquoi l'accouchement est plus difficile chez les humains que chez les grands singes

Une étude très récente s'est intéressée à l'accouchement chez les australopithèques pour comprendre depuis quand donner naissance était si compliqué pour notre espèce.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio