Politique

Cette promesse de l'OTAN à la Russie qui n'a jamais existé

Temps de lecture : 5 min

D'après Vladimir Poutine et ses soutiens en France, la Russie ne ferait que se défendre face à l'OTAN qui n'aurait pas tenu sa promesse de non extension à l'Est après la chute du mur de Berlin. Une contre-vérité historique.

Un soldat ukrainien en attente dans une tranchée située près de la ville d'Avdiïvka (dans la région de Donetsk), le 10 décembre 2021. | Anatolii Stepanov / AFP
Un soldat ukrainien en attente dans une tranchée située près de la ville d'Avdiïvka (dans la région de Donetsk), le 10 décembre 2021. | Anatolii Stepanov / AFP

«Il y a un bon adage qui dit que la première victime de toute guerre est la vérité», professe Jean-Luc Mélenchon sur France 24, le 7 décembre dernier. Interrogé au sujet de l'escalade de tensions à la frontière ukrainienne, où la Russie amasse des troupes depuis plusieurs mois, le leader de La France insoumise va pourtant asséner une contrevérité historique: «Il faut bien que nous nous rendions compte que nous avons manqué de parole aux Russes. On leur avait dit: “Si vous laissez tomber le mur [de Berlin], nous on n'ira pas mettre l'OTAN à leur porte.” Bon, ils ont laissé tomber le mur, et qu'est-ce qu'on a fait: on a mis l'OTAN à leur porte.»

Éric Zemmour a répété la même chose sur France 2, le 9 décembre. Jean-Luc Mélenchon et lui s'accordent d'ailleurs sur un point: la France devrait simplement quitter l'alliance. Cette supposée promesse trahie par l'OTAN à la fin de la guerre froide est invoquée par les soutiens de Vladimir Poutine dès que les tensions avec la Russie repartent. Elle permet de remettre en cause l'existence même de l'OTAN, qui n'aurait plus de raison d'être depuis la chute de l'URSS et la dissolution du pacte de Varsovie.

Ce discours, c'est d'abord celui de Vladimir Poutine lui-même. En 2007, le président russe avait ainsi déclaré: «Nous avons le droit de poser la question: contre qui cette expansion [de l'OTAN] est-elle dirigée? Et qu'est-il advenu des assurances données par nos partenaires occidentaux après la dissolution du pacte de Varsovie?» En 2014 encore, pour justifier l'annexion illégale de la Crimée par la Russie, il affirmait: «Les Occidentaux nous ont menti à maintes reprises. Ils ont pris des décisions dans notre dos et présenté devant nous un fait accompli. Cela s'est produit avec l'expansion de l'OTAN à l'Est, ainsi qu'avec le déploiement d'infrastructures militaires à nos frontières.»

Un mythe démenti par les archives

La plupart des dirigeants occidentaux de l'époque ont démenti, mais la Russie n'a cessé de formuler cette accusation. Le débat avait été lancé en 1998 par un analyste britannique, Michael MccGwire. Dans un article publié par la Review of International Studies, il critiquait la décision d'inviter la République tchèque à rejoindre l'alliance transatlantique, affirmant qu'en 1990, «Mikhaïl Gorbatchev a reçu des garanties de haut niveau que l'Occident n'élargirait pas l'OTAN, promettant une zone tampon non alignée entre la frontière orientale de l'OTAN et la Russie».

Le non-élargissement de l'OTAN n'a même pas été un sujet de discussion en 1990.

L'analyste estimait à l'époque que l'OTAN «viole le marché conclu en 1990 permettant à une Allemagne réunifiée de faire partie de l'OTAN». Une référence aux négociations diplomatiques qui se sont tenues cette année-là entre l'Allemagne de l'Ouest, la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis et l'URSS au sujet de la réunification de l'Allemagne.

Il faudra attendre 2009 pour que l'affaire soit finalement tirée au clair. Grâce à la déclassification des comptes-rendus de réunions provenant aussi bien des archives allemandes qu'américaines et russes, Mark Kramer, chercheur à Harvard, démontre dans un article publié par The Washington Quarterly que le non-élargissement de l'OTAN n'a même pas été un sujet de discussion en 1990.

Et pour cause: à cette époque, personne n'imagine encore que l'URSS va s'effondrer avec le pacte de Varsovie. L'enjeu principal est alors de savoir si l'Allemagne, dont la partie ouest faisait déjà partie de l'alliance, resterait ou non au sein de l'OTAN en tant que nation réunifiée, et à quelles conditions.

Les Occidentaux s'engagent alors sur trois points. Premièrement: ne déployer en Allemagne de l'Est que des troupes allemandes ne faisant pas partie de l'OTAN tant que le retrait soviétique n'est pas fini. Deuxièmement: des troupes allemandes de l'OTAN pourront être déployées en Allemagne de l'Est après le retrait soviétique, mais aucune force étrangère ni installation nucléaire. Et enfin, troisièmement: ne pas augmenter la présence militaire française, britannique et américaine à Berlin.

Et c'est Gorby qui le dit

Après d'âpres négociations, ces conditions ont finalement été acceptées par Gorbatchev et inscrites dans le traité concernant les aspects internationaux de la réunification, signée par toutes les parties en septembre 1990. Nulle part, y compris dans les archives russes, n'est fait mention d'une quelconque promesse formelle de ne pas inclure d'autres pays d'Europe de l'Est dans l'OTAN à l'avenir.

Les Russes continuent d'affirmer que les Occidentaux auraient néanmoins offert des garanties informelles.

Même après 2009, l'accusation a pourtant continué à prospérer. Et ce en dépit des dénégations de Mikhaïl Gorbatchev en personne, pourtant assez bien placé pour savoir ce qui s'est vraiment dit à l'époque. Dans une interview accordée en 2014 à Russia Beyond the Headlines, l'ancien président de l'URSS se montre catégorique: «Le sujet de l'expansion de l'OTAN n'a pas du tout été abordé et n'a pas été abordé au cours de ces années.»

Gorbatchev précise que l'URSS voulait surtout «s'assurer que les structures militaires de l'OTAN n'avanceraient pas, et que des forces armées supplémentaires ne seraient pas déployées sur le territoire de l'ex-RDA après la réunification allemande». Et d'ajouter: «Tout ce qui aurait pu être et devait être fait pour consolider cette obligation politique a été fait.»

Gorbatchev y affirme bien que l'élargissement de l'OTAN constituerait une trahison de ce qu'était selon lui «l'esprit» des discussions de l'époque, mais réaffirme qu'aucun engagement formel n'avait été pris. Les Russes continuent d'affirmer que les Occidentaux auraient néanmoins offert des garanties informelles. Une théorie qui a l'avantage d'être par nature impossible à vérifier.

Un traité violé… par la Russie

La pertinence de l'expansion de l'OTAN continue cependant de faire débat, y compris au sein des experts occidentaux. Comme le notait le chercheur Olivier Schmitt en 2018, la question a repris de l'importance à partir de 1993 sous l'impulsion du président américain Bill Clinton, alors même qu'une bonne partie de l'administration américaine y était défavorable par crainte des perceptions russes.

Mais pour rassurer la Russie, l'OTAN avait justement fait le choix en 1993 de l'intégrer dans son Partenariat pour la paix. Le but: «bâtir un partenariat avec la Russie, en instaurant un dialogue et une coopération pratique dans des domaines d'intérêt commun». Cette coopération n'a été suspendue qu'en 2014, quand la Russie a décidé d'annexer la Crimée.

Ce que les supporters de Vladimir Poutine prennent bien soin de ne pas préciser, c'est qu'au moment de l'invasion de la Crimée, c'est bien la Russie qui bafouait une promesse, réelle celle-là. Signé par la Russie, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et la Chine en 1994, le mémorandum de Budapest garantissait à l'Ukraine le respect de sa souveraineté et de son intégrité territoriale, en échange de son adhésion au traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et de l'abandon des stocks d'armes nucléaires héritées de l'URSS.

Surtout, outre leur passé douloureux avec l'URSS, c'est la politique agressive de la Russie vis-à-vis des anciennes républiques soviétiques, et leur volonté de s'arrimer à un espace démocratique, qui ont en partie poussé celles-ci dans les bras de l'OTAN. Ainsi, alors qu'une majorité d'Ukrainiens s'opposaient à une adhésion à l'alliance transatlantique avant 2014, l'opinion publique a totalement basculé dans le sens inverse depuis le début de la guerre: 58% des Ukrainiens souhaitent désormais rejoindre l'alliance. Le mythe de la Russie assiégée a tout d'une prophétie autoréalisatrice.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Newsletters

Nouveau gouvernement: après l'attente, la déception?

Nouveau gouvernement: après l'attente, la déception?

Le gouvernement d'Élisabeth Borne, à la composition tant attendue, est déjà mis en difficulté.

L'impensé colonial de la France ressurgit avec la nomination de Pap Ndiaye

L'impensé colonial de la France ressurgit avec la nomination de Pap Ndiaye

[Chronique #50] Les attaques virulentes dont fait l'objet le nouveau ministre de l'Éducation nationale montrent le retour d'un racisme biologique typique de l'époque coloniale qui s'est banalisé dans le discours politique français au cours des dernières décennies.

Affaire Damien Abad: plus glauque, tu meurs

Affaire Damien Abad: plus glauque, tu meurs

[BLOG You Will Never Hate Alone] Dans cet embrouillamini au milieu de querelles de pouvoir, on a quelque mal à s'y retrouver.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio