Société

Que faire quand on croise un animal en urgence vitale dans la rue?

Temps de lecture : 5 min

Quelques bons réflexes à adopter dans ce genre de situation.

Il convient en premier lieu de vérifier si l'animal est identifiable, pour contacter les propriétaires. | Niklas Hamann via Unsplash
Il convient en premier lieu de vérifier si l'animal est identifiable, pour contacter les propriétaires. | Niklas Hamann via Unsplash

Croiser un chien ou un chat sur son chemin est un petit plaisir qui se heurte parfois à la dureté de la vie –une mauvaise chute, une bagarre un poil trop acharnée entre deux congénères... Ainsi, au lieu de marcher en vitesse vers le bureau ou la crèche de la petite dernière, il vous faudra vous arrêter quelques minutes et prendre la meilleure décision pour secourir un animal mal en point dans la rue. Mais que faire au juste?

Prenons un exemple. Quelque part dans Rennes, un chat se fait percuter par un automobiliste inattentif, qui ne s'arrête pas. L'animal ne se relève pas du choc, il agonise sur la chaussée. Plusieurs personnes vont à sa rencontre et échangent sur ce qui conviendrait de faire pour le soulager. Une première suggère d'appeler les pompiers mais redoute un refus d'intervention de leur part, une autre de le tuer pour abréger ses souffrances, une troisième de contacter les services de voirie. Cette troisième option est retenue. Le malheureux félin est pris en charge par la municipalité pour ce qui semble être ses derniers instants de vie.

La marche à suivre

Tout d'abord, il faut vérifier si l'animal est identifiable par un collier, un tatouage dans une oreille et au niveau de la cuisse, ou une puce –mais seul un vétérinaire peut lire cette dernière (à quand l'application pour smartphones?). Un chat se promenant seul en ville n'est pas toujours errant. Si son propriétaire est joignable, il pourra gérer les soins nécessaires à prodiguer à son petit compagnon blessé. Si ce n'est pas le cas, tous les maires sont responsables des animaux «trouvés errants ou en état de divagation sur le territoire de la commune», conformément à l'article R211-12 du Code rural et de la pêche maritime, et doivent donc les prendre en charge s'ils sont blessés sur la voie publique.

Dans le cas de Rennes, c'est le Chenil service de la SACPA, située à Betton, qui assure ce service municipal. Les soirs, nuits et week-ends, les services d'urgence prennent le relais. Vous pouvez donc appeler les pompiers, la police ou la gendarmerie, à n'importe quelle heure et jour de l'année, qui vous indiquera la marche à suivre pour secourir le malchanceux.

L'animal non identifié est ensuite gardé jusqu'à huit jours au chenil avant d'être, soit récupéré par son propriétaire, soit transféré à la SPA locale afin d'être adopté par un nouveau foyer. Ses humains de compagnie sont le plus souvent retrouvés: les secrétaires du chenil diffusent une annonce en ligne sur VigiPets et regardent les autres plateformes, comme Pet Alert, Filalapat, Facebook et Twitter. La facture de la prise en charge de l'animal blessé sera remise au propriétaire.

Il est aussi possible d'aller directement chez le vétérinaire le plus proche pour faire soigner l'animal. Marie, vétérinaire dans un cabinet de Rennes, explique qu'elle et ses collègues se chargent d'identifier l'animal en vue de contacter ses propriétaires. Les premiers soins, en particulier en cas d'urgence vitale, sont réalisés quoiqu'il arrive –c'est une obligation déontologique– pour stabiliser l'état de l'animal en attendant l'arrivée des propriétaires ou des services municipaux selon la situation.

«Vous pouvez ramener un animal errant blessé chez le vétérinaire sans avoir peur de devoir payer.»
Marie, vétérinaire

À noter que tous les vétérinaires ne prennent pas toutes les espèces animales en charge. «On ne peut soigner les animaux que dans notre limite de compétence: chien, chat, rongeurs, précise Marie. Pour les oiseaux et la faune sauvage, il vaut mieux se tourner vers des services spécifiques comme la Ligue pour la protection des oiseaux Vous pouvez aussi contacter l'Office français de la biodiversité (OFB, anciennement ONCFS) pour savoir comment vous y prendre pour aider l'animal sans vous blesser à votre tour. Bon à savoir si un oiseau s'effondre sur votre balcon après s'être pris la fenêtre en plein vol.

Autre animal potentiellement présent dans nos rues: le hérisson. L'association Boules Épiques a mis sur son site toutes les ressources pour secourir ceux qui sembleraient mal en point. «Ne donnez jamais de lait à un hérisson, cela peut provoquer des coliques mortelles. Donnez-lui plutôt de l'eau sucrée. Détenir un hérisson en captivité est illégal en France et a des répercussions sur le bien-être et la santé de l'animal.» Par ailleurs, contrairement à l'image d'Épinal, il ne faut pas non plus donner de lait issu d'un autre animal (le plus répandu étant celui de vache) à un chat ni à un chien, sous peine de lui provoquer une diarrhée.

Autre précision de Marie à garder à l'esprit: «Vous pouvez ramener un animal errant blessé chez le vétérinaire sans avoir peur de devoir payer.» En effet, ce sont ses propriétaires une fois retrouvés, ou la mairie, qui s'acquitteront de la facture. Pas d'excuse pour laisser minet galérer avec sa patte cassée dans la rue donc, surtout si un cabinet est sur votre chemin.

Un cadre légal resserré

Parfois, il faut se résoudre à euthanasier, quand l'animal souffre trop et qu'il n'y a pas possibilité de le sauver, comme en cas de crâne fracassé ou de colonne vertébrale brisée. C'est la très fort probable issue au sort de notre pauvre chat cité en exemple au début de l'article, après sa rencontre trop rapprochée avec une voiture. Son corps est ensuite placé au congélateur, en attendant que son propriétaire se présente et choisisse comment en disposer (équarrissage ou incinération individuelle). L'euthanasie réalisée par un professionnel permet à l'animal de mourir sans douleur ni anxiété, et de laisser une dépouille la plus acceptable pour sa famille.

Vous n'avez pas oublié la personne suggérant de tuer notre cher chat pour abréger ses souffrances? Elle apprendra que, le cadre légal entourant les maltraitances envers les animaux s'étant récemment resserré, elle aurait des comptes à rendre au tribunal si une plainte contre elle était déposée. Aucun être vivant ne mérite une fin cruelle et approximative (nous vous épargnons les possibilités envisageables), et qui rendrait aussi le deuil de ses humains encore plus pénible. Puisqu'un rappel ne fait pas de mal, autant pour cette personne que celle au volant de la voiture fatale:

«Blesser ou tuer un animal involontairement est puni de 450 euros d'amende. Cela vaut que la blessure ou la mort soit causée par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou non respect d'une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi. La personne qui tue volontairement un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité, sans nécessité, publiquement ou non, encourt une amende de 1.500 euros. En cas de récidive, la personne encourt une amende de 3.000 euros.» La proposition de loi visant à lutter contre la maltraitance animale et conforter le lien entre les animaux et les hommes, adoptée par le Sénat le 18 novembre 2021, prévoit de durcir «en délit, le fait de donner volontairement la mort à un animal domestique ou apprivoisé». Alors même si la nécessité peut être discutée vu l'agonie endurée par le chat, abstenez-vous.

Newsletters

Nous avons la tête de notre prénom: faites le test!

Nous avons la tête de notre prénom: faites le test!

En 2017, une première étude avait déterminé que notre visage était socialement marqué par notre prénom. Des chercheuses ont souhaité pousser leurs recherches plus loin avec une nouvelle étape: des portraits-robots.

1,3 million de Britanniques nus: l'essor du naturisme post-Covid-19

1,3 million de Britanniques nus: l'essor du naturisme post-Covid-19

L'un des résultats inattendus de la pandémie a été l'attractivité nouvelle des pratiques nudistes.

Les découvertes sur l'orgasme n'en sont qu'à leurs préliminaires 

Les découvertes sur l'orgasme n'en sont qu'à leurs préliminaires 

[TRIBUNE] Certaines modalités de jouissance semblent être en train de changer.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio