France

Au coeur d'une reconduite à la frontière

Ariane Bonzon, mis à jour le 28.05.2010 à 9 h 25

Depuis quelques temps, la France veut faire du chiffre et expulser le plus possible d'immigrés illégaux.

Il est 11h, mardi 11 mai: nous embarquons sur le vol THY1822 Paris-Istanbul. Au fond de l'avion, un Turc d'une trentaine d'années se débat et crie. Menotté, fermement immobilisé sur son siège, il est encadré par deux policiers français, l'un assis à ses côtés, l'autre penché sur lui. Un troisième policier, le chef sans doute, surveille l'opération. L'homme injurie les policiers. («Fils de pute, allez tous vous faire enculer!»). Ceux-ci ne comprennent pas le turc, à la différence de la plupart des passagers qui piquent du nez.

Un attroupement de quatre, cinq personnes se forme cependant à l'arrière de l'avion. «Voilà une belle image de la France!», lance en colère un archéologue turc qui travaille depuis vingt ans avec des Français. «Ça ne vous fait pas quelque chose de traiter cet homme avec si peu d'humanité?», leur demande une touriste française. L'homme compte parmi ces immigrés en situation irrégulière, clandestins ou dont le visa est expiré, que la France renvoie de force dans leur pays d'origine. En Turquie donc, pour celui-ci.

La bataille du chiffre

Cela s'appelle une «reconduite à la frontière». Ça n'est pas nouveau. Ce qui est nouveau en revanche, c'est que les autorités françaises veulent prouver leur efficacité en faisant du chiffre. Pour 2009, le ministère de l'Immigration avait tablé sur 26.000 «reconduites». Il y en eut 29.288. Un chiffre difficile à détailler entre départs volontaires et expulsions: soient un rapport d'un tiers, deux tiers, selon certaines estimations. «Plus aucun chiffre fiable n'est édité en France concernant ces sujets! s'exclame un chercheur au CNRS, et il est particulièrement difficile d'obtenir des statistiques.» L'un des conseillers de presse d'Eric Besson, le ministre de l'Immigration, m'a cependant précisé que pour l'année 2009, 1.467 Turcs en situation irrégulière avaient été interpellés et 934 Turcs reconduits à la frontière soit vers la Turquie, soit vers un pays de transit. Autrement dit en 2009, 1 sur 30 immigrés reconduits à la frontière serait de nationalité turque. Enfin, 314 Turcs ont essayé d'entrer sur le territoire français avant d'être refoulés. Les Turcs tenteraient d'ailleurs de moins en moins l'aventure européenne. Ni la France, ni l'Europe de l'Ouest ne sont plus des destinations privilégiées pour eux. S'ils le peuvent, ils préfèrent se rendre aux Etats-Unis ou bien en Azerbaïdjan, en Irak, ou au Kazakhstan, des pays dans lesquels ils sont assurés d'être embauchés par les entrepreneurs turcs, de plus en plus nombreux et actifs au Proche-Orient et en Asie centrale.

Mais revenons au vol THY1822 du 11 mai 2010. L'avion n'a toujours pas décollé et les passagers sont en train de comprendre de visu ce qu'est une reconduite à la frontière. «C'est la loi, on ne peut rien faire contre», dit une dame, turque. «L'important, c'est qu'on arrive à l'heure», répond comme en écho un monsieur, français. Le «reconduit», lui, ne cesse de se cabrer et de crier.

Pourquoi sur Turkish Airlines?

«C'est du cinéma, ne faites pas attention à lui, nous explique le chef policier. Il fait ça pour attirer votre attention. Il a de la famille en France, il va redemander un visa en bonne et due  forme à Istanbul et il pourra revenir. Dès que l'avion se sera envolé, il se calmera. Voilà quatre ans que je fais des escortes, il n'y a jamais eu de problèmes», précise-t-il. Mezzo voce, une passagère turque, mariée à un Français, confie: «Ce n'est pas vrai! Deux fois déjà, j'ai fait le voyage Paris-Istanbul sur Air France avec un homme, puis une femme qu'on renvoyait. Et bien, ils ont pleuré et crié tout le voyage; c'était insupportable!»

«Au fait, pourquoi utilisez-vous Turkish Airlines (THY) pour renvoyer cet homme? demande calmement un homme turc au français impeccable. Utilisez la compagnie française pour ça, pas la turque!» Le chef policier semble, soudain, un peu embarrassé: «Pour des questions de délai, il faut absolument que cet irrégulier parte aujourd'hui et les vols Air France sont pleins.»

Pleins, les vols d'Air France Paris-Istanbul en ce début de semaine de l'Ascension? Sans doute. Ils transportent aussi du beau linge. Le Président Jacques Chirac, d'abord, à qui l'Université francophone de Galatasaray remettait, ce mardi-là justement, un titre de Docteur Honoris Causa. Et le lendemain, c'était au tour de la ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse, de s'envoler pour la Turquie. Les autorités françaises auraient-elles voulu éviter à nos deux dirigeants politiques l'inconfort de voyager  en compagnie de ce passager bruyant, agité et quelque peu encombrant?

Peu convaincu en tout cas par l'argument, le passager turc s'entête: «Faites votre boulot entre Français sur Air France! Mais pas sur Turkish Airlines; je vais porter plainte!», menace-t-il, en se dirigeant vers la cabine de pilotage. «Si l'homme que nous escortons, en situation irrégulière, ne part pas aujourd'hui, il ira en prison pour trois mois», argumente le policier en chef. De longues minutes s'écoulent durant lesquelles l'homme est réduit au silence: le haut de son thorax est comprimé par le poing qu'y appuie fortement un policier tandis qu'un autre le bâillonne pour étouffer ses cris.

Sans doute alerté par le passager têtu, le commandant de bord turc remonte la travée et donne l'ordre aux policiers français de prendre «leur déporté» et de débarquer.

Jusqu'au bout, les trois policiers français auront été remarquables de professionnalisme et de calme. Gestes précis. Explications rodées. Seulement, cette fois-ci la procédure s'est enrayée. Une voiture de police française s'arrête sur le tarmac. Les trois policiers descendent de l'avion et engouffrent leur colis humain, toujours menotté, dans le véhicule. Le vol THY1822 Paris-Istanbul du 11 mai 2010 décolle. Avec trois quart d'heure de retard.

Ariane Bonzon

Photo: Un avion de Turkish Airline à Nicosie, en avril 2010. REUTERS/Murad Sezer

Ariane Bonzon
Ariane Bonzon (221 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte