Société

Pourquoi recevoir des cadeaux à Noël est stressant

Temps de lecture : 2 min

Un cadeau peut en dire long sur les liens que l'on a avec une personne.

L'approche des fêtes n'est pas toujours une partie de plaisir. | Kira auf der Heide via Unsplash
L'approche des fêtes n'est pas toujours une partie de plaisir. | Kira auf der Heide via Unsplash

Vitrines illuminées, chants de Noël, sapins magnifiquement décorés et... stress? Parfois, la magie de Noël n'opère pas aussi bien qu'on le souhaiterait. La faute notamment à un moment aussi attendu que redouté: la distribution des cadeaux.

Comme l'explique Discover Magazine, le rituel des cadeaux lors de fêtes de fin d'année est basé sur le principe de la réciprocité. Si l'on m'offre un cadeau, je dois en offrir un en échange. Une sorte de contrat invisible, ritualisé, qui génère de lourdes attentes, parfois source d'angoisses.

Cette anxiété de réciprocité est tout à fait justifiée, ajoute le média américain. Ne pas rendre la pareille correctement peut entraîner un «déséquilibre d'appréciation» entre deux personnes.

Alors que l'échange de cadeaux est un geste censé renforcer les liens sociaux, recevoir un cadeau moins important que celui que l'on vient d'offrir peut au contraire détériorer une relation. Le receveur peut avoir l'impression que le donateur ne l'apprécie pas de la même manière. Une situation encore plus inconfortable quand quelqu'un offre un cadeau à une personne qui, en retour, n'avait en revanche rien prévu.

«Le cadeau raconte la relation entre deux personnes», explique au média belge Le Soir Alexandra Balikdjian, docteur en psychologie de la consommation à l'Université Libre de Bruxelles. «Le cadeau raconte ce qui unit deux personnes, quelle est leur histoire passée, quel est l'intérêt qu'elles se portent mutuellement. À travers un cadeau, on transmet un vrai message à l'autre». Toute cette pression pèse sur les épaules à l'approche des fêtes, et la course aux cadeaux peut vite virer au cauchemar.

Ce principe de la réciprocité n'est pas seulement l'apanage des êtres humains: ce comportement a aussi été observé chez les singes. Et là encore, ne pas respecter les règles de cette norme sociale peut être mal perçu, comme chez les ouistitis, qui ont tendance à agir avec prudence vis-à-vis de leurs congénères n'ayant pas procédé à des échanges réciproques.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Angoisse, pression, fatigue: l'approche des fêtes n'est donc pas toujours une partie de plaisir. Au point que certains en viennent à détester cette période, voire à avoir peur de Noël. Un phénomène qui porte même un nom: la natalophobie.

Newsletters

Le culte de la confiance est-il un piège pour les femmes?

Le culte de la confiance est-il un piège pour les femmes?

Elles doivent être à la fois des mères confiantes et des travailleuses à plein temps qui s'affirment.

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

«Agitation politique», «lecture de romans»… Au XIXe siècle, on internait les femmes un peu trop émancipées

«Agitation politique», «lecture de romans»… Au XIXe siècle, on internait les femmes un peu trop émancipées

Dans son livre «Le Bal des folles», adapté en film, Victoria Mas évoque l'histoire des femmes placées de force à la Salpêtrière. Si les conditions d'internement en hôpital psychiatrique ne sont plus les mêmes aujourd’hui, des problèmes subsistent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio