Politique

Ciotti vs Pécresse: les enseignements du premier tour de la primaire LR

Temps de lecture : 2 min

Parti en outsider, le député des Alpes-Maritimes, représentant d'une droite dure, arrive en tête du scrutin des adhérents.

Éric Ciotti et Valérie Pécresse se sont qualifiés ce jeudi 2 décembre lors du premier tour du congrès Les Républicains, chargé d'investir le candidat de droite à l'élection présidentielle. Il s'affrontent lors d'un second tour dont l'issue sera connue samedi 4 décembre. Avec 25,59% des voix, le député des Alpes-Maritimes devance légèrement la présidente de la région Île-de-France, qui a obtenu 25% des suffrages. Sur le podium suivent Michel Barnier (23,93%), puis Xavier Bertrand (22,36%) et Philippe Juvin (3,13%).

Ces résultats nous livrent deux enseignements: d'une part, le noyau dur des militants LR –les quelque 112.000 adhérents qui ont voté– se positionne très à droite, en accordant la victoire au candidat le plus sécuritaire et contre l'immigration. D'autre part, c'est une grosse claque pour Xavier Bertrand, qui se voyait déjà être le troisième homme de la présidentielle, voire à l'Élysée.

«Je n'ai plus de concurrents chez Les Républicains, je n'ai que des clones», disait Marine Le Pen sur Europe 1 il y a quelques jours. A-t-elle raison? L'irruption d'Éric Zemmour a-t-elle obligé Les Républicains à virer plus à droite? Ont-ils dû beaucoup se forcer?

Roselyne Febvre et Jean-Marie Colombani, directeur de Slate.fr, en discutent avec leurs invités David Revault d'Allonnes, chef du service politique au JDD, et Yasmina Jaafar, fondatrice de la société de production la Ruche Media et journaliste à Franc-Tireur, dans l'émission «Politique» de France 24, en partenariat avec Slate.

Newsletters

La farce tranquille

La farce tranquille

Commission d'enquête du Sénat: autoportraits de Bolloré et Arnault en bienfaiteurs ingénus

Commission d'enquête du Sénat: autoportraits de Bolloré et Arnault en bienfaiteurs ingénus

Auditionnés comme d'autres patrons de presse, les deux milliardaires ont principalement esquivé les questions essentielles, se présentant comme des anges gardiens connaissant mal le milieu des médias.

Avec l'intervention d'Anna Mouglalis, la Primaire populaire finit de discréditer la gauche

Avec l'intervention d'Anna Mouglalis, la Primaire populaire finit de discréditer la gauche

[Chronique #36] Primaire pour l'union ou prime à la division?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio