Sciences

Les scientifiques ont réussi à lire dans l'esprit des méduses

Temps de lecture : 2 min

Des méduses qui avaient un petit creux.

Les méduses n'ont pas besoin de cerveau, leur esprit repose sur un réseau de neurones. | Matteo Vella via Unsplash
Les méduses n'ont pas besoin de cerveau, leur esprit repose sur un réseau de neurones. | Matteo Vella via Unsplash

Les scientifiques étudient depuis longtemps les mystères des méduses. Il faut dire que les zones d'ombre autour de ces drôles de créatures sont nombreuses: gélatineuses, ces dernières n'ont, entre autres, pas vraiment de cerveau. Comment, sans cet organe précieux, leur esprit, source de leur prise de décision et de déplacements, peut-il fonctionner? C'est la question sur laquelle se sont penchés plusieurs scientifiques, dont les recherches viennent tout juste d'être publiées dans la revue Cell.

Les méduses n'ont en fait pas besoin de cerveau: leur esprit repose sur un réseau de neurones développé il y a plus de 500 millions d'années, qui a peu changé depuis, explique Science Alert. Un réseau particulièrement étrange, qui ressemble en fait à une sorte de parapluie.

Des neurones fluorescents

Les chercheurs ont étudié l'espèce de méduses Clytia hemisphaerica qui, de par sa toute petite taille (un centimètre environ) et son réseau de neurones moins complexe que celui de ces congénères, est plus facilement analysable. Pour comprendre le fonctionnement de ces connexions, ils ont modifié génétiquement quelques-uns de ces spécimens, de sorte que leurs neurones deviennent fluorescents lorsqu'ils s'activent en présence de nourriture. L'outil parfait pour voir en direct ce qui se passe dans ces drôles d'êtres flasques.

Résultats: pour pallier l'absence du système centralisé coordonnant tous les mouvements, les méduses disposent d'un réseau de neurones en forme de parapluie. Un réseau également divisé en plusieurs sous-ensembles autonomes, à l'instar des branches d'un parapluie, ici reliés à un tentacule. Ainsi, quand une proie entre en contact avec un tentacule, son réseau neuronal s'enclenche, l'extrémité se replie, permettant un mouvement de transfert de la nourriture vers la bouche. Tout est parfaitement synchronisé.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Et ce n'est pas tout. Les scientifiques ont même découvert quel neurone se cache derrière cette drôle de façon de se nourrir. En supprimant un type de neurone en particulier, appelé R. Fa+, les méduses n'arrivaient plus à faire ce mouvement de repli si précieux pour leur alimentation. D'un autre côté, tous les autres mouvements restaient inchangés, précise Numerama. Les scientifiques en ont donc conclu que les neurones RFa+ étaient directement liés à ce mouvement permettant aux méduses de se restaurer. Comme quoi, pas besoin de posséder un cerveau pour avoir un petit creux!

Newsletters

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

Comme sur Mars il y a des milliards d'années, Hunga Tonga s'est formé en présence d'eau.

Et si votre œil révélait la date de votre mort?

Et si votre œil révélait la date de votre mort?

Une intelligence artificielle étudie l'association entre l'âge rétinien et la mortalité.

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

Une nouvelle étude montre que 60% des effets indésirables seraient dus à l'effet nocebo.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio