Sciences

Des nouveaux fossiles de Denisoviens nous en disent un peu plus sur notre lointain ancêtre méconnu

Temps de lecture : 2 min

Avec Néandertal, l'homme de Denisova est le plus proche parent de l'homme moderne.

Les trois fossiles retrouvés dans la grotte sibérienne remonteraient à environ 200.000 ans. | Pierre Andrieu / AFP
Les trois fossiles retrouvés dans la grotte sibérienne remonteraient à environ 200.000 ans. | Pierre Andrieu / AFP

Direction la Sibérie, et plus précisément la grotte de Denisova, dans les montagnes de l'Altaï. Là-bas, la terre est grattée, retournée et passée au crible. Après la découverte il y a plus d'une dizaine d'années de cinq fossiles d'hommes de Denisova, le plus proche parent connu de l'homme moderne avec Néandertal, une équipe d'archéologues vient d'en découvrir trois nouveaux. Cette espèce éteinte et méconnue du genre Homo aurait autrefois vécu en Asie continentale, en Asie du Sud-Est insulaire et en Océanie.

Jusqu'à ce jour, seule une demi-douzaine de fossiles avait été déterrée à travers le monde et les scientifiques les avaient datés d'environ 112.000 à 194.000 ans. Mais la nouvelle découverte vient changer la donne. Les trois fossiles retrouvés dans la grotte sibérienne ont été analysés et ils remonteraient à environ 200.000 ans, ce qui en fait les plus anciens Denisoviens jamais trouvés.

Des ossements et des artefacts

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont pu examiner 3.791 fragments d'os de la grotte de Denisova, en ciblant les couches de terre où aucun autre fossile humain n'avait été trouvé auparavant. Ils ont recherché des protéines qu'ils savaient être denisoviennes sur la base de recherches antérieures sur l'ADN. Parmi ces restes, les scientifiques ont identifié cinq ossements humains, dont quatre contenaient suffisamment d'ADN pour être exploités. C'est là que les trois hommes de Denisova ont été identifiés, ainsi qu'un homme de Néandertal.

«Nous étions extrêmement enthousiastes à l'idée d'identifier trois nouveaux ossements de Denisova parmi les couches les plus anciennes de la grotte», rapporte Katerina Douka, archéologue en charge de l'étude et professeure à l'université de Vienne en Autriche.

Les découvertes sur les Denisoviens suggèrent qu'ils vivaient à une époque où le climat était chaud et comparable à celui d'aujourd'hui, dans un lieu favorable à la vie humaine qui comprenait des forêts de feuillus et des steppes ouvertes. Les restes d'animaux abattus et brûlés trouvés dans la grotte suggèrent que ces hommes se sont peut-être nourris de cerfs, de gazelles, de chevaux, de bisons et de rhinocéros laineux.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Nous pouvons en déduire que les Denisoviens étaient bien adaptés à leur environnement, utilisant toutes les ressources à leur disposition», conclut Katerina Douka.Autour des ossements, des artefacts en pierre –utilisés comme outils de grattage– ont été découverts, ainsi que des restes d'animaux. Ces trouvailles révèlent de nouveaux secrets sur les modes de vie des hommes de Denisova. «C'est la première fois que nous pouvons être sûrs que les Dénisoviens sont les créateurs des vestiges archéologiques que nous avons trouvés associés à leurs fragments d'os», explique Katerina Douka.

Newsletters

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

Comme sur Mars il y a des milliards d'années, Hunga Tonga s'est formé en présence d'eau.

Et si votre œil révélait la date de votre mort?

Et si votre œil révélait la date de votre mort?

Une intelligence artificielle étudie l'association entre l'âge rétinien et la mortalité.

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

Une nouvelle étude montre que 60% des effets indésirables seraient dus à l'effet nocebo.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio