Monde

La Camorra voulait le gros lot

Temps de lecture : 2 min

Gagner au loto peut tourner au cauchemar. Surtout quand la Camorra jalouse votre butin, explique le quotidien Il Corriere della Sera. En Italie, dans la province d'Avellino, en Campanie, un clan mafieux faisait du chantage aux gagnants du loto.

Le 17 janvier 2008, 30 joueurs regroupés en société avaient remporté le Superenalotto, la loterie italienne. Un joli pactole: 33 millions d'euros. Pas de chance: des membres du clan mafieux Cava-Genovese ont réussi à repérer des gagnants, pour la plupart des ouvriers et des artisans.

S'ensuivent menaces et intimidations pour leur extirper de l'argent. La Camorra comptait ainsi financer son clan, soutenir les membres incarcérés ainsi que leurs familles. Un certain nombre de gagnants a cédé aux pressions, mais d'autres se sont adressés à la gendarmerie.

Après un an et demi d'enquête, cinq membres du clan ont été arrêtés. Parmi eux, Marco Antonio Genovese, fils du boss Modestino Genovese. L'enquête a aussi révélé que le clan est à l'origine d'attentats perpétrés dans la province d'Avellino ces deux dernières années.

[Lire l'article sur Il Corriere della Sera]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: 50 euros / lilitvia Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

Élection turquée

Élection turquée

Turquie: Erdogan va pouvoir occuper la fonction qu'il a modelée selon son désir autocratique

Turquie: Erdogan va pouvoir occuper la fonction qu'il a modelée selon son désir autocratique

Recep Tayyip Erdogan a été réélu dès le premier tour président de la République de Turquie le 24 juin, dans un contexte de dénonciation de fraudes électorales par l'opposition.

Le combat de celles et ceux qui ne sont plus des «vrais Indiens»

Le combat de celles et ceux qui ne sont plus des «vrais Indiens»

Depuis plusieurs décennies, des tribus amérindiennes évincent certains de leurs membres sous prétexte qu’ils ne sont pas de «vrais Indiens». Aujourd’hui, ces exclus se rebiffent.

Newsletters