France

Violence scolaire: «Parce qu'on regroupe la misère»

Slate.fr, mis à jour le 26.05.2010 à 16 h 03

Nicolas Sarkozy part en croisade contre l'absentéisme et la violence à l'école. Il s'est rendu mardi à Beauvais (Oise) pour y défendre sa politique et annoncer la création en septembre d'une dizaine «d'établissements de réinsertion scolaire» pour accueillir les 13-16 ans «les plus perturbateurs». Rabah Mézine, représentant de la fédération de parents d'élèves Peep dans le Nord, lui répond, dans une interview à LibéLille.

Pour Mézine, la violence est directement issue de la ghettoïsation, elle-même amplifiée par la réforme de la carte scolaire:

Certains établissements vivent la violence parce qu'on regroupe la misère. Les jeunes ne sont pas dupes, ils sentent cette ghéttoïsation. Il ne faut pas s'étonner que ça explose.

Les faiblesses de l'orientation au collège et au lycée sont également pointées. Pour le représentant des parents d'élèves, «les enfants d'ouvriers n'ont pas accès à toutes les informations sur les métiers, les concours», ce qui ne fait que renforcer les inégalités, contre lesquelles, selon lui, la discrimination positive ne peut rien.

Pour lutter contre l'absentéisme, Mézine exige plus de moyens humains «et pas seulement des profs (...) des personnes à la retraite (...), des parents référents, payés, bien sûr, des conseillers principaux d'éducation».

Il regrette que ses arguments n'aient pas été écoutés aux Etats généraux de la violence à l'école à Paris début avril, «où il n'a rien appris», «où on ne l'a pas écouté».

[Lire l'article de LibeLille]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Rentrée / Olibac via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte