Santé / Sciences

Une nouvelle étude apporte un éclairage sur l'origine génétique de l'obésité

Temps de lecture : 2 min

Cette maladie pourrait résulter de l'absence d'un gène d'une protéine dans le corps humain.

Sans le gène BDNF, les mitochondries ne peuvent pas transformer les nutriments en énergie, ce qui provoque l'obésité. | Towfiqu Barbhuiya via Unsplash
Sans le gène BDNF, les mitochondries ne peuvent pas transformer les nutriments en énergie, ce qui provoque l'obésité. | Towfiqu Barbhuiya via Unsplash

L'obésité provoque des dysfonctionnements dans le corps humain, comme l'altération du métabolisme et la réduction de l'endurance des muscles squelettiques. Une nouvelle étude, conduite par des scientifiques de l'université de Hong Kong, vient apporter un nouvel éclairage sur l'origine génétique de la maladie. L'obésité pourrait résulter de l'absence d'un gène d'une protéine dans le corps humain, appelé facteur neurotrophique dérivé du cerveau ou BDNF. Par ailleurs, une plante en Amérique du Sud pourrait en être le remède.

L'équipe de recherche a d'abord soupçonné un dysfonctionnement des mitochondries, les centrales électriques des cellules qui transforment les nutriments en énergie. Elle a alors réalisé des études sur des souris obèses modifiées. Les résultats indiquent que l'obésité réduit considérablement le gène BDNF dans les tissus musculaires squelettiques des souris. Elle a également supprimé ce gène chez certains spécimens, et les souris sans BDNF ont alors pris plus facilement du poids et développaient une résistance à l'insuline lorsqu'elles étaient nourries avec un régime riche en graisses. Cela a de fait entraîné une dépense énergétique plus faible. Ces réactions en chaîne ont aidé les scientifiques à faire le lien avec les mitochondries.

Une plante pour lutter contre l'obésité

En se concentrant sur les raisons de l'obésité et sur les mécanismes évoqués plus haut, les scientifiques ont découvert que les mitochondries des souris sans BDNF étaient incapables de transformer les nutriments en énergie. Les mitochondries qui ne parvenaient pas à jouer leur rôle se sont alors accumulées dans les tissus des souris obèses, impactant le métabolisme des lipides et la sensibilité à l'insuline.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Pour lutter contre la maladie, les scientifiques se sont alors tournés vers une plante qui se trouve en Amérique du Sud: la Godmania aesculifolia, qui imite le BDNF et a pu soulager le dysfonctionnement mitochondrial des souris. De précédentes recherches avaient montré que cette plante pouvait être un agent efficace pour réduire le poids corporel et améliorer la sensibilité à l'insuline chez les souris en surpoids. Son efficacité sur l'homme reste cependant encore à tester.

Newsletters

Fumer peut avoir un impact sur quatre générations

Fumer peut avoir un impact sur quatre générations

Selon des chercheurs, le tabagisme pré-pubère d'un homme pourrait être responsable du surpoids de ses arrière-petites-filles.

Consommation du CBD:  à chaque usage, ses avantages

Consommation du CBD: à chaque usage, ses avantages

En infusion, à inhaler ou vapoter, sous forme d’huile … Le CBD ou cannabidiol, cette molécule extraite du chanvre aux vertus anti-stress et anti-douleur, se consomme de plusieurs façons. Suivez notre guide pour comprendre les atouts de chaque usage.

Qui sont les non-vaccinés en France et quelles sont leurs motivations?

Qui sont les non-vaccinés en France et quelles sont leurs motivations?

L'hésitation vaccinale est un phénomène complexe et protéiforme. Les premières études arrivent, qui tentent de distinguer les différentes populations de non-vaccinés.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio