Santé / Tech & internet

Amazon doit payer 500.000 dollars pour ne pas avoir informé ses employés des cas de Covid

Temps de lecture : 2 min

Cette amende a été infligée par le procureur général de Californie.

Amazon doit se conformer au «droit de savoir» qu'impose une loi de l'État aux employeurs pour assurer la transparence au sujet des informations relatives à la propagation de l'épidémie sur les lieux de travail. l Christian Wiediger via Unsplash
Amazon doit se conformer au «droit de savoir» qu'impose une loi de l'État aux employeurs pour assurer la transparence au sujet des informations relatives à la propagation de l'épidémie sur les lieux de travail. l Christian Wiediger via Unsplash

C'est un jugement historique, le premier de ce genre aux États-Unis. L'entreprise Amazon a été condamnée par la justice de Californie à payer une amende de 500.000 dollars, soit un peu plus de 440.000 euros, pour ne pas avoir informé «de manière adéquate» le personnel de l'entrepôt qui tombe sous le coup de sa juridiction au sujet des nouveaux cas de Covid-19. Le procureur général de l'État, Rob Bonta, estime que l'employeur a mis les gens qui travaillent sous sa responsabilité dans l'«incapacité de suivre efficacement la propagation du virus».

Cette décision a poussé Amazon à accepter d'être surveillée par des responsables de l'État de Californie. Ces derniers sont chargés de vérifier si l'entreprise transmet bien des notifications aux membres de son personnel ainsi qu'aux agences de santé locales pour leur signaler les nouveaux cas de personnes touchées par le virus.

Respecter la loi de l'État sur le «droit de savoir»

En Californie, Amazon emploie près de 150.000 personnes dans plus de cent centres de distribution où sont préparées les commandes avant expédition. En octobre 2020, l'entreprise révélait qu'environ 20.000 salariés américains de première ligne avaient contracté le virus ou étaient présumés infectés. Faute d'être informés de la propagation sur le terrain, les travailleurs se sont retrouvés «terrifiés et impuissants à prendre des décisions éclairées pour se protéger et pour protéger leurs proches», explique Rob Bonta.

La justice californienne oblige pourtant Amazon à actualiser et à transmettre ces informations au jour le jour, selon une loi de l'État entrée en vigueur l'année dernière. Le «droit de savoir» exige que les employeurs soient transparents au sujet de l'évolution de l'épidémie sur les lieux de travail. La loi stipule également que des protections nécessaires soient mises au service du personnel ainsi que les plans de désinfection et de sécurité déployés pour faire face à la pandémie.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Cette décision de justice intervient alors que la période de Noël approche, et avec elle la quantité de travail qui va mobiliser les employés des entrepôts afin de venir à bout des multiples expéditions de commandes.

Newsletters

Pourquoi le variant Omicron pourrait résister au vaccin

Pourquoi le variant Omicron pourrait résister au vaccin

Une nouvelle lignée de SARS-CoV-2, B.1.1.529, a été identifiée. Baptisé Omicron par l'OMS, qui l'a catégorisé «préoccupant», ce variant a un profil génétique très différent des précédents.

Une nouvelle étude apporte un éclairage sur l'origine génétique de l'obésité

Une nouvelle étude apporte un éclairage sur l'origine génétique de l'obésité

Cette maladie pourrait résulter de l'absence d'un gène d'une protéine dans le corps humain.

En Sicile, un village atteint un taux de vaccination de 104%

En Sicile, un village atteint un taux de vaccination de 104%

La vie communautaire de ce petit village sicilien a poussé les habitants à construire un réseau d'entraide et de prévention.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio