Société

«J'ai peur de ne jamais trouver quelqu'un et de rendre mes parents malheureux»

Temps de lecture : 5 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Manue, qui craint de connaître le même sort que les célibataires endurcies de sa famille.

«En ce moment, je suis attirée par quelqu'un mais je suis trop réservée et la peur m'empêche d'avancer.» | Lorenzo Lamonica via Unsplash
«En ce moment, je suis attirée par quelqu'un mais je suis trop réservée et la peur m'empêche d'avancer.» | Lorenzo Lamonica via Unsplash

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par WhatsApp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

J'ai 26 ans et je suis dans une période où je me sens perdue. Fille unique, j'ai toujours l'envie de rendre mes parents heureux, généralement avant mon propre bonheur. J'ai pris mon indépendance il y a peu et le fait de vivre seule m'a permis de réaliser certaines choses. Je n'ai jamais eu de petit ami et donc de relation intime, ce qui rend extrêmement malheureux mes parents. De mon côté, j'ai toujours rejeté la vie de couple et rejeté des garçons qui étaient intéressés. Désormais, autour de moi tout le monde s'installe avec son compagnon et commence à avoir un premier enfant, que ce soit dans mon univers professionnel ou personnel. Et moi? J'ai l'impression de pas avancer, d'avoir gâché ma jeunesse, car j'adore les voyages mais étant célibataire et une femme, je ne peux pas voyager. Mes amis sont tous des ermites et avec la pandémie, c'est encore pire. Je me sens de plus en plus seule, je ne fais plus grand-chose.

Aujourd'hui, j'ai peur de ne jamais trouver quelqu'un et de continuer à rendre mes parents malheureux. J'aimerais trouver quelqu'un mais mon problème, c'est que j'apporte trop d'importance au physique: si le garçon ne me plaît pas physiquement, alors je vais rien ressentir et cela me gêne. Il y a également mes critères de sélection qui sont compliqués. Sans parler du fait que je ne veux pas aller sur les sites de rencontres: je ne sais pas qui est vraiment derrière l'écran et je ne recherche pas de plan Q.

Je fais partie d'un groupe d'amis tous célibataires et du coup, j'ai l'impression que je n'arriverai pas à trouver.

Même dans mon nouveau boulot, j'ai l'impression que ça ne matche pas. En fait, la plupart des garçons qui m'attirent sont déjà en couple ou je ne les intéresse pas. La peur de devenir une célibataire endurcie est flagrante, j'ai deux personnes dans ma famille qui le sont et je ne veux pas finir comme cela, sachant que je commence à prendre du poids. Je veux vivre, profiter de la vie, et la société nous fait comprendre que seule, ce n'est pas possible.

En ce moment, je suis attirée par quelqu'un mais je suis trop réservée et la peur m'empêche d'avancer.

Je pourrais écrire tellement de choses sur mon mal-être. Je veux être comme tout le monde et avoir moi aussi droit au bonheur.

Pensez-vous que j'ai une chance quelque part? Ou que c'est déjà trop pour moi par rapport à mon âge?

Manue

Chère Manue,

Oui, je pense que vous avez une chance quelque part. Je pense même que vous avez toutes vos chances de mener une vie heureuse et épanouie. Pour l'instant, vous ne jugez votre parcours qu'au travers du regard de vos parents et de ce que vous pensez être les standards imposés par la société. Il n'y a jamais aucun moyen d'être heureuse dans ces conditions. En tant que femme, on est toujours trop grosse ou pas assez plantureuse, trop vieille ou pas assez expérimentée, trop effacée ou trop bruyante. Avoir un enfant ou ne pas en avoir est également un problème pour un employeur.

Ce dont vous avez besoin, c'est d'un changement de lunettes. Parce que je peux vous dire qu'en tant que parent moi-même, si nos enfants sont heureux dans leurs vies, quelles que soient leurs vies, nous le sommes aussi. Vos parents, Manue, sont probablement peinés que vous ayez tant de mal à trouver un équilibre. Mais au fond, ils ne veulent certainement que le meilleur pour vous. Et ils appliquent à cette idée du bonheur leur propre expérience du bonheur. Cela ne veut pas dire qu'ils ne comprendront jamais que votre parcours est différent. Entre leur génération et la vôtre, le monde a changé, c'est normal que votre histoire ne s'écrive pas tout à fait comme la leur, même si vous avez les mêmes aspirations. Il faut réaliser aussi que leur inquiétude est une expression de l'amour qu'ils vous portent et non pas une source de pression.

Ensuite, je veux croire qu'en 2021 les femmes seules puissent voyager et découvrir le monde en solo. Je vous invite à écouter les podcasts Sologamie de Marie Albert et Single Jungle de Louisa Amara pour découvrir les voix de femmes célibataires fortes qui ne refusent pas l'amour, mais militent pour le droit de s'épanouir autrement que dans le couple. Le travail des deux coachs créatrices du Self Love Project est aussi très utile et vise à l'appréciation de soi afin d'être dans les meilleures conditions pour une relation amoureuse la plus équilibrée possible. Vous n'êtes pas seule à vous poser ces questions et à vous sentir tiraillée entre le fantasme d'une norme sociale inatteignable et votre identité profonde.

C'est d'ailleurs ce qui me manque le plus dans votre message, et une question primordiale à explorer de votre côté: de quoi avez-vous vraiment envie? Parfois, il m'arrive d'être vraiment particulièrement exigeante dans mes choix potentiels et je finis souvent par me rendre compte que c'est parce que je n'ai pas vraiment envie de cette prise de décision ou de ce changement dans ma vie. Cela expliquerait peut-être pourquoi la liste de vos exigences en matière d'hommes est si longue. Attention, je ne dis pas que vous devez accepter de partager du temps ou une intimité avec n'importe qui et revoir vos standards à la baisse. Mais je veux vous dire que mes plus belles rencontres n'ont jamais su correspondre à mon «type» et mes goûts théoriques. Le coup de cœur arrive et c'est comme ça. Ensuite, avoir peur est normal. Mais vous ne risquez pas grand-chose à tenter votre chance. Au mieux, un rendez-vous, au pire... aucun changement dans votre vie amoureuse. C'est comme cette publicité pour le Loto, 100% des gagnants ont tenté leur chance. Les perdants sont aussi ceux qui ne tentent rien.

Vous ne pouvez pas laisser la peur de rester célibataire gouverner votre vie. Mais vous pouvez œuvrer pour vivre des moments qui vous épanouissent et vous rendent heureuse. Je crois que ce changement d'état d'esprit peut être capital dans votre vie. Avant de penser à ce qui rend tristes vos parents ou à tout ce que vous n'avez pas accompli, pensez au présent, à ce qui vous donnerait vraiment du plaisir. Une part de tarte aux noix de pécan pour le goûter? Une place de concert vendredi soir? Acheter un livre à la librairie le jour de sa sortie? Télécharger une application pour commencer à apprendre une nouvelle langue pour votre futur premier grand voyage? Ces petits et grands bonheurs changent tout au quotidien, je peux vous l'assurer. Et vous avez 26 ans, vous avez vraiment la vie devant vous.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

Une tempête de neige piège depuis trois jours les clients d'un pub

Une tempête de neige piège depuis trois jours les clients d'un pub

En Angleterre, certaines routes du Yorkshire Dales sont complètement bloquées.

La projection des films en classe, une pratique sous le signe du flou artistique

La projection des films en classe, une pratique sous le signe du flou artistique

À la suite du traumatisme de leur fille de 13 ans en raison du visionnage de «The Ring» en classe, des parents avaient déposé plainte.

Après le «Envoyé spécial» sur Nicolas Hulot, l'insupportable accusation de «tribunal médiatique»

Après le «Envoyé spécial» sur Nicolas Hulot, l'insupportable accusation de «tribunal médiatique»

Si on veut lutter contre ces violences, il faut bien les désigner sur la place publique.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio