Monde

Le risque d'une «guerre accidentelle» contre la Russie est au plus haut

Temps de lecture : 2 min

C'est ce qu'estime le chef d'état-major britannique Nick Carter.

Des migrants irakiens et syriens tentent de franchir la frontière biélorusse pour se rendre en Pologne, où l'armée est mobilisée. l Oksana Manchuk / BELTA / AFP
Des migrants irakiens et syriens tentent de franchir la frontière biélorusse pour se rendre en Pologne, où l'armée est mobilisée. l Oksana Manchuk / BELTA / AFP

L'actuel chef des forces britanniques, le général Sir Nick Carter, qui cédera sa place d'ici à la fin du mois, a fait part de sa grande inquiétude concernant la situation à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne.

Interrogé dans l'émission «Andrew Marr Show» de la BBC, il rappelle que le gouvernement biélorusse pousse des migrants irakiens et syriens vers «les frontières de l'Union européenne» pour tenter de déstabiliser la région. Ces agissements relèvent de la main de la Russie, affirme-t-il. D'après lui, le risque d'éclatement accidentel de conflit avec la Russie est au plus haut depuis la Guerre froide.

La Pologne a mobilisé ses troupes pour gérer cette crise, ce qui a valu une réaction de la part du ministère de la Défense biélorusse. Ce dernier accuse son voisin d'un renforcement militaire «sans précédent» à la frontière. En effet, le pays européen a déployé 15.000 soldats, des chars et des moyens de défense aérienne, entre autres.

Questionné sur le risque que «quelque chose de vraiment grave» se produise, le chef d'état-major britannique a répondu que cette hypothèse était envisageable: «Je pense que c'est un cas classique de stratégie hybride où la désinformation et la déstabilisation sont liées, et l'idée de pousser les migrants vers les frontières de l'Union européenne en est un exemple classique.»

L'armée britannique au secours de la Pologne

Vendredi 12 novembre, le ministère de la Défense britannique s'est exprimé sur la situation. Des soldats de l'armée vont être envoyés en Pologne afin de fournir un «soutien technique». Lors de son passage dans l'émission de la BBC, Nick Carter a expliqué que les forces envoyées sur place s'y rendaient pour aider à construire des clôtures le long de la frontière, et non pas pour combattre les forces biélorusses. «Ce que cela montre, c'est notre unité avec la Pologne et le fait que nous nous tenons à ses côtés contre ce genre de menaces», ajoute-t-il.

Selon l'Union européenne, le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, agit ainsi en signe de représailles. Encourager les passages illégaux à la frontière est sa réponse aux sanctions imposées par l'Europe après sa répression des manifestations nationales à la suite de sa réélection contestée en 2020.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Sir Nick Carter ne sait pas si la situation à la frontière dégénérera en une «guerre par balles», mais il invite le Royaume-Uni et l'Otan à rester sur leurs gardes.

Newsletters

L'Australie est le pays où les habitants ont été le plus ivres en 2021

L'Australie est le pays où les habitants ont été le plus ivres en 2021

Le Danemark et la Finlande sont les deux pays suivant dans le classement du Global Drug Survey.

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Ils peuvent recevoir un chèque d'une valeur correspondant à plus de 1.700 euros.

À quel point l'industrie française dépend-elle de la Chine?

À quel point l'industrie française dépend-elle de la Chine?

Les manquements que la crise sanitaire a révélés peuvent laisser croire que nous sommes très dépendants du continent asiatique. Ce n'est pas le cas.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio