Monde

Des requins et des hippocampes vivent dans la Tamise

Temps de lecture : 2 min

Une analyse complète depuis 1950 a été réalisée dans le fleuve qui traverse Londres.

Près de 115 espèces de poissons et 4.100 phoques ont été recensés dans l'estuaire de la Tamise. | Sanders Crombash via Unsplash 
Près de 115 espèces de poissons et 4.100 phoques ont été recensés dans l'estuaire de la Tamise. | Sanders Crombash via Unsplash 

La vie a repris dans le fleuve londonien. Une étude réalisée par les scientifiques de la Zoological Society of London dévoile les différentes espèces qui cohabitent dans la Tamise. Hippocampes, anguilles, phoques, et même requins ont repris place dans cette voie navigable déclarée biologiquement morte dans les années 1950, date à laquelle la dernière analyse complète avait été effectuée.

Les 115 espèces de poissons, 900 phoques communs et 3.200 phoques gris partagent l'estuaire avec différentes espèces de requins lorsque la Tamise est en période de marée. Le squalus, pourvu d'une épine venimeuse sur les nageoires, et le misandre font partie des requins recensés par la Zoological Society of London.

La Tamise, fleuve ou poubelle?

La reprise de la vie dans l'estuaire pourrait pourtant se voir à nouveau menacée par les quantités de déchets qui s'accumulent dans la Tamise. Les 153 kilomètres du fleuve sont menacés par une augmentation des niveaux de nitrate rejetés par les industriels et les eaux usées. Ces concentrations chimiques peuvent nuire à la qualité de l'eau et à la faune.

La Zoological Society of London met aussi en évidence la pollution plastique qui s'étend du bas de la ville de Teddington (au sud-ouest de Londres, sur la rive nord de la Tamise) à celle de Shoeburyness (située à l'embouchure du fleuve). Outre les bouteilles, les lingettes nettoyantes sont une véritable plaie. À Barnes, dans la banlieue de Londres, un monticule de lingettes a augmenté de plus d'un mètre depuis 2014 et couvre aujourd'hui 1.000 mètres carrés.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Alison Debney, responsable du programme de conservation de la Zoological Society of London pour le rétablissement des écosystèmes des zones humides, a pris la parole à ce sujet. «Les estuaires sont l'un de nos écosystèmes négligés et menacés Il est important de préserver ces fleuves qui fournissent de l'eau propre, protègent des inondations et abritent un écosystème, ajoute-t-elle. Une lutte cruciale pour parvenir à atténuer le dérèglement climatique et à «construire un avenir solide et résilient pour la nature et les humains», conclut Alison Debney.

Newsletters

L'Australie est le pays où les habitants ont été le plus ivres en 2021

L'Australie est le pays où les habitants ont été le plus ivres en 2021

Le Danemark et la Finlande sont les deux pays suivant dans le classement du Global Drug Survey.

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Ils peuvent recevoir un chèque d'une valeur correspondant à plus de 1.700 euros.

À quel point l'industrie française dépend-elle de la Chine?

À quel point l'industrie française dépend-elle de la Chine?

Les manquements que la crise sanitaire a révélés peuvent laisser croire que nous sommes très dépendants du continent asiatique. Ce n'est pas le cas.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio