Culture

Comment Victor Hugo était vu par l'URSS puis la Russie

Temps de lecture : 3 min

Un essai écrit par Myriam Truel observe la façon dont l'œuvre de l'écrivain français fut réceptionnée dans ce pays au fil des époques.

La statue de Victor Hugo, située dans la cour d'honneur de la Sorbonne. | Joel Saget / AFP
La statue de Victor Hugo, située dans la cour d'honneur de la Sorbonne. | Joel Saget / AFP

Agrégée de russe et docteure en études slaves, Myriam Truel livre une intéressante étude sur la figure auctoriale [relative à un auteur, ndlr] de Victor Hugo dans sa réception en Russie et en URSS. Cet axe directeur met en évidence la construction d'une figure étrangère dans le panthéon de la littérature russe, croisant ainsi la problématique de l'influence du contexte politique et social sur le regard porté sur des auteurs étrangers, et la question du rôle de la traduction et de l'édition, qui émettent des choix, infléchissant la construction d'une référence culturelle exogène.

Évolution historique: entre ruptures et constance

Le discours sur la réception de Victor Hugo en Russie, puis en URSS, reste tributaire de celui qui était contrôlé et promu par le pouvoir des années 1930 à 1950. De fait, une opposition binaire apparaît: la période tsariste établit une censure très marquée, avec des traductions de mauvaise qualité. A contrario, durant la période soviétique, apparaissent des traductions de qualité, permettant une large diffusion des œuvres. Ce sont majoritairement les écrivains russes, en lisant, en promouvant et parfois en traduisant l'œuvre hugolienne, qui ont permis sa diffusion.

Largement diachronique, cet essai envisage successivement plusieurs périodes. Des années 1830 à 1880, Hugo est un écrivain à la mode, mais qui ne fait pas l'unanimité. Le régime tsariste interdit de 1862 à 1880 la publication des Misérables, roman jugé subversif. Pourtant, d'autres textes apparaissent. Parfois, on reproche à l'auteur non pas son orientation politique, mais sa position romantique. La réception de son œuvre immense s'élargit toutefois grâce à sa capacité d'émouvoir le lecteur. Ainsi, de son vivant, Hugo est un auteur à la mode, avec ses admirateurs et ses détracteurs.

Cela étant, son statut évolue dès 1870, l'orientant vers la figure d'un auteur dit classique. Il entre dans le panthéon russe des écrivains étrangers, s'inscrivant ainsi dans une tendance européenne marquée par la création de panthéons littéraires nationaux. Ses écrits sont alors proposés à tous les publics, notamment scolaires. Son œuvre, considérée comme représentative de son siècle, est revendiquée par les éditeurs, qui souhaitent en offrir une vision d'ensemble –ce qui n'empêche par que Hugo soit perçu avant tout comme un romancier chez qui traducteurs et éditeurs puisent des morceaux choisis, minimisant ainsi les innovations stylistiques.

La Révolution apporte évidemment des changements dans la réception de Victor Hugo. Après 1920, les textes décrivant les soulèvements révolutionnaires sont privilégiés par les éditeurs. Mais l'intérêt pour l'aventure renforce la diversité des publications des œuvres et discours. Hugo s'impose en tant que soutien inconditionnel de la ferveur révolutionnaire tout en ouvrant à une différenciation pour les publics populaire et enfantin.

Le Victor Hugo soviétique est très proche du Victor Hugo pré-révolutionnaire.

C'est ainsi que, progressivement, entre 1930 et les années 2010, Victor Hugo se voit consacré. Il entre alors pleinement dans le panthéon littéraire de l'URSS. Il est considéré comme compatible avec la culture soviétique, donc l'esthétique illustre pleinement le réalisme. Les traductions et les adaptations canoniques sont largement diffusées et tendent à une lecture unique de l'œuvre. Cette consécration résulte d'un processus amorcé dès la fin du XIXe siècle. Le Victor Hugo soviétique est très proche du Victor Hugo pré-révolutionnaire. Mais on décèle tout de même une influence notable du Victor Hugo révolutionnaire, notamment par l'usage des citations.

Entre spécificité russe et universalité

En filigrane de cette optique historique, se construit un processus littéraire. La première étape, faite de publications, de traductions et de critiques, puis d'inclusion dans les programmes scolaires, ouvre ensuite à d'autres sphères, permettant la propagation de la figure auctoriale de Victor Hugo. C'est un processus non pas monolithique, mais complexe et varié en matière de rythme.

À cela s'ajoute la spécificité russe. Que ce soit dans le cadre de la Russie ou de l'URSS, l'intérêt se porte sur le caractère romanesque de l'œuvre, avec un accent particulier sur la critique sociale et les réflexions morales. Dès la fin du XIXe siècle, les adaptations comme Cosette et Gavroche deviennent des œuvres à part entière. Pourtant, dès les années 1880, c'est la préoccupation de la fidélité au sens des textes qui prime, ce qui mène aux traductions canoniques des années 1930 à 1950.

Cette étude, éclairante pour la Russie et la construction de son panthéon littéraire, rappelle ainsi combien il est essentiel d'envisager les perspectives étrangères qui nourrissent la construction d'une figure auctoriale de légende comme l'est celle de Victor Hugo.

Retrouvez plus d'articles sur le quotidien des livres et des idées sur le site de notre partenaire Nonfiction.

Victor Hugo en Russie et en URSS

de Myriam Truel

Classiques Garnier

23 juin 2021

488 pages

20 euros

Newsletters

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio