Culture

Art: Picasso et Warhol mieux que le Dow Jones et le CAC 40

Anne de Coninck, mis à jour le 24.05.2010 à 7 h 32

Pour les grandes fortunes d'Asie, du Moyen-Orient, de Russie et des Amériques, l'art offre aujourd'hui des investissements sûrs quand il s'agit de pièces incontestables.

La crise? Quelle crise? Elle est belle et bien oubliée sur le marché de l'art. Après une pause de près de trois années, les prix sont résolument repartis à la hausse et les records s'enchaînent. Il suffit de jeter un œil sur les dernières semaines de vente d'art impressionniste, moderne d'après guerre et contemporain qui viennent de se terminer à New York. Christie's et Sotheby's ont ramassé 1,1 milliard de dollars soit 415.4 millions de dollars de plus que lors de la même période de 2009. Des records, des prix élevés, très peu d'invendus du fait d'un pari résolu sur la qualité des pièces proposées, d'un nombre de lots réduit et d'estimations raisonnables. Ce n'est pas comparable à l'euphorie et aux excès des années 2005-2006, mais le signe d'un marché mature et d'acheteurs richissimes qui ne spéculent plus et ne jouent plus au poker mais savent cette fois ce qu'ils font et placent des sommes considérables sur des objets à la valeur incontestable.

En février, chez Sotheby's à Londres L'Homme qui marche I atteignait 104,3 millions de dollars (74 millions  d'euros). La sculpture d'Alberto Giacometti devenait la plus chère vendue aux enchères. Un record de courte durée: au début du mois c'était au tour de Christie's d'engranger un succès équivalent avec un Picasso Nu au plateau de sculpteur, à 106.5 million de dollars (82 millions d'euros)... Deux records coup sur coup. Bien sûr, il s'agit d'art moderne plus stable en temps de crise que l'art contemporain et moins sujet aux sautes d'humeur et aux effets de mode. Mais il a fallu tout de même attendre six années pour que le précédent record «tombe». C'était déjà un Picasso le garçon à la pipe (vendu en 2004 pour 104,1 million de dollars.)

Singulière accélération du marché de l'art... en période de crise. Ici l'effet de rareté a joué à fond tout comme l'aspect nouveau de valeur refuge pour milliardaires. Le tableau de Picasso Nu au plateau de sculpteur acheté en 1951 pour 19 800 dollars par un couple de milliardaires californiens les Brody, n'a quasiment jamais été exposé en 50 ans! Et cela ne risque pas de changer dans l'immédiat puisque son nouveau propriétaire est anonyme.

Les «super collectionneurs» venus d'Asie, du Moyen-Orient, de Russie et parfois des Amériques sont de retour et leurs fortunes colossales cherchent la sécurité. Ils considèrent que Picasso, Warhol ou Jasper Johns sont peut-être des valeurs plus sûres aujourd'hui que les actions des sociétés du Dow Jones et du CAC 40. Peut-être plus sûres aussi que les obligations d'Etats endettés et des monnaies soudain dépréciés. Ils sont attirés par des pièces exceptionnelles et des provenances tout aussi exceptionnelles à l'image de la vente de la collection de Michael Crichton, l'auteur de  Jurassic Park et créateur de la série Urgences... décédé en 2008 à 66 ans. Il possédait des oeuvres de Picasso, David Hockney, Jeff Koons, Roy Lichtenstein, Claes Oldenburg, Andy Warhol et était l'un des plus grands collectionneurs de Jasper Johns, dont il était également l'ami.

Le nom de Michael Crichton n'est ainsi pas pour rien dans le fait que la vente de ses objets a pulvérisé les estimations. Les 23 millions de dollars attendus pour les 31 pièces que ces héritiers mettaient en vente se sont transformés en 93 millions de dollars. Le record de la soirée un Flag de Jasper Johns que Chrichton avait directement acquis auprès du peintre, est parti pour 29.6 millions de dollars.

Le lendemain chez Sotheby's c'était au tour d'un autoportrait d'Andy Warhol à être vendu 32.6 million de dollars plus du double de l'estimation la plus haute (15 millions). Le portrait appartenait à Tom Ford, le créateur de mode et désormais réalisateur. L'autre record était atteint par une toile de Mark Rothko datant de 1961 parti elle pour 31.4 millions de dollars.

Contrairement aux années folles d'avant crise, ces records s'expliquent: un Picasso invisible pendant 50 ans, le drapeau Jasper Johns, un tableau mythique pour bon nombre d'américains, un Warhol de la dernière période qui commence a être redécouverte et appréciée. Des toiles qui selon le critique célèbre Jerry Saltz auraient du se retrouver dans des musées et non pas dans des mains privées... qui plus est anonymes.

Mais les prix sont tels maintenant qu'ils empêchent les musées d'être présents sur le marché. Les «super collectionneurs» changent la donne comme le souligne Thomas Sokolowski, le directeur du musée Andy Warhol de Pittsburgh.

Pour Phillips de Pury, la troisième grande maison d'enchères et la plus petite, la crise n'était pas totalement oubliée. La première partie de sa grande soirée de vente a étéelle  consacrée à la dispersion de la collection d'un presque inconnu Hasley Minor, ex star de l'internet (créateur de CNET). Il a été contraint par la justice de vendre une partie de sa collection pour renflouer ses créanciers, en l'occurrence ML Private Finance une filiale de Bank of America. Mission presque accomplie, 21 millions de dollars ramassés pour presque 26  millions de dollars de créance.

L'homme a un «œil» et avait des moyens. Sa vente forcée a attiré quelques célébrités comme le designer Marc Jacobs, ou le galeriste Larry Gagosian. A nouveau des records ont été battus même s'ils sont moins spectaculaires: 2,1 millions de dollars pour le prototype de la fantastique Lockheed Lounge du designer australien Marc Newson datant de 1988. Cette chaise longue réalisée en aluminium et carrossée comme une carlingue d'avion est un bijou de design contemporain.

Hasley Minor n'en a pourtant pas encore fini avec la justice. Il est toujours sous le coup de poursuites de la part de Christie's notamment pour défaut de paiement d'œuvres achetées... aux enchères. Il a tout de même remporté une bataille et un juge de Californie vient de lui donner raison contre la maison d'enchères. Mais il sera sans doute contraint de vendre en juin ce qu'il lui reste de sa collection.

Anne de Coninck

LIRE EGALEMENT: L'homme qui remet le marché en marche et Cent personnes qui font le marché de l'art.

Image de Une: Le flag de Jasper Johns appartenant à Michael Crichton vendu pour 29,6 millions de dollars Kevin Coombs / Reuters

Anne de Coninck
Anne de Coninck (68 articles)
Journaliste
artBourseCAC 40Dow JonesNew York
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte